Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Facteurs de risque de cancer

Par Bruce A. Chabner, MD, Harvard Medical School;Massachusetts General Hospital Cancer Center ; Elizabeth Chabner Thompson, MD, MPH, New York Group for Plastic Surgery

De nombreux facteurs génétiques et environnementaux augmentent le risque de développer un cancer. Cependant, les personnes exposées à des carcinogènes ou ayant d’autres facteurs de risque ne développent pas toutes un cancer.

Antécédents familiaux et facteurs génétiques

Certaines familles présentent un risque élevé de développer certains cancers. Parfois, l’augmentation du risque est due à un seul gène et, parfois, à l’interaction de plusieurs d’entre eux. Les facteurs environnementaux, communs à la famille, peuvent modifier cette interaction génétique et provoquer un cancer.

Un chromosome, altéré ou supplémentaire, peut augmenter le risque de cancer. Par exemple, les personnes qui souffrent d’un syndrome de Down et qui ont trois copies du chromosome 21 au lieu des deux normales, ont un risque 12 à 20 fois plus élevé de développer une leucémie aiguë, mais paradoxalement, un risque plus faible de développer un carcinome.

Âge

Certaines tumeurs, comme la tumeur de Wilms, le rétinoblastome et le neuroblastome, sont observées presque exclusivement chez les enfants. Ces cancers découlent de mutations des gènes suppresseurs qui sont héréditaires ou qui apparaissent pendant le développement fœtal. Cependant, la plupart des autres cancers sont plus fréquents chez les adultes, en particulier les personnes âgées. Aux États-Unis, plus de 60 % des cancers surviennent au-delà de 65 ans. L’élévation du pourcentage des tumeurs provient probablement de l’association d’une exposition accrue et prolongée aux agents carcinogènes et d’une dépression du système immunitaire.

Facteurs environnementaux

De multiples facteurs environnementaux augmentent le risque relatif de développer un cancer.

La fumée de tabac contient des agents carcinogènes qui augmentent considérablement le risque de développer un cancer du poumon, de la bouche, de la gorge, de l’œsophage, du rein et de la vessie.

La pollution de l’air ou de l’eau, telle que l’amiante, les rejets industriels ou la fumée de cigarette, peut augmenter ce risque. De nombreuses substances chimiques sont connues pour être cancérigènes, et beaucoup d’autres sont suspectées de l’être. Par exemple, l’exposition à l’amiante peut être la cause de cancers du poumon et de mésothéliomes (cancer de la plèvre). L’exposition à des pesticides est associée à une augmentation du risque de certains types de cancer (par exemple, la leucémie et le lymphome non-hodgkinien). L’intervalle de temps entre l’exposition au composé chimique et le développement du cancer peut être de plusieurs années.

L’exposition aux rayonnements est un facteur de risque avéré. L’exposition prolongée aux ultraviolets, principalement solaires, induit l’apparition de cancers de la peau. Les radiations ionisantes sont particulièrement cancérigènes. Les radiographies (y compris la tomodensitométrie [TDM]) utilisent des rayonnements ionisants et les personnes qui passent plusieurs examens avec des doses élevées de rayons X sont exposées à un risque accru de cancer ( Présentation des examens d’imagerie : Risques associés au rayonnement en imagerie médicale). L’exposition au radon, un gaz radioactif provenant du sol, augmente le risque de cancer du poumon. Normalement, le radon se disperse rapidement dans l’atmosphère et ne provoque pas de maladies. Cependant, si un édifice est construit sur un terrain dégageant beaucoup de radon, ce dernier peut s’y accumuler, atteignant parfois des concentrations suffisamment élevées dans l’air pour provoquer des maladies. Le radon est inhalé dans les poumons et peut provoquer un cancer du poumon. Si une personne exposée est, de plus, tabagique, le risque de cancer du poumon s’en trouve accru.

De nombreuses autres substances ont été étudiées comme causes possibles de cancer, mais des études plus poussées sont nécessaires pour identifier les substances chimiques qui majorent le risque de cancer.

Géographie

Le risque de cancer varie en fonction du lieu d’habitation, mais les raisons de ces différences géographiques sont souvent complexes et mal comprises. La variation géographique du risque de cancer est probablement multifactorielle, c’est-à-dire une combinaison de facteurs génétiques, diététiques et environnementaux.

Par exemple, le risque de cancer du côlon et du sein est faible au Japon, mais ce risque s’accroît chez les Japonais immigrés aux États-Unis et rejoint celui du reste de la population américaine. À l’inverse, les Japonais ont des taux très élevés de cancer de l’estomac. Lorsqu’ils émigrent aux États-Unis, et adoptent un régime de type occidental, le risque diminue pour rejoindre celui des États-Unis, bien que cette décroissance puisse n’être évidente qu’à la génération suivante.

Régime alimentaire

Les substances présentes dans l’alimentation peuvent augmenter le risque de cancer. Par exemple, un régime riche en graisses non saturées et l’obésité en elle-même ont été associés à une augmentation du risque de cancer du côlon, du sein et, peut-être, de la prostate. La consommation de grandes quantités d’alcool augmente le risque de développer un cancer affectant la tête et le cou et un cancer de l’œsophage. Un régime riche en aliments fumés, conservés dans le vinaigre ou grillés au barbecue, majore le risque de cancer de l’estomac. Les personnes en surpoids ou obèses présentent un risque plus élevé de cancer du sein, de la muqueuse utérine (endomètre), du côlon, des reins et de l’œsophage.

Médicaments et traitements médicaux

Certains médicaments et traitements peuvent augmenter le risque de développer un cancer. Par exemple, les œstrogènes dans les contraceptifs oraux peuvent légèrement augmenter le risque de cancer du sein, mais ce risque diminue au fil du temps. Les hormones œstrogène et progestérone qui peuvent être données aux femmes pendant la ménopause (traitement hormonal substitutif) augmentent également le risque de cancer du sein. Le diéthylstilbestrol (DES) augmente le risque de cancer du sein chez les femmes qui ont pris le médicament et chez leurs filles si elles y ont été exposées avant la naissance. Le tamoxifène, un médicament utilisé dans le traitement du cancer du sein, augmente le risque de cancer de l’endomètre. L’utilisation prolongée de testostérone ou d’autres hormones masculines (androgènes) peut légèrement augmenter le risque de cancer du foie. Le traitement du cancer avec certains médicaments chimiothérapiques (agents alkylants) et par radiothérapie peut augmenter le risque de développer un nouveau cancer quelques années plus tard.

Principaux cancérigènes

Cancérigènes

Type de cancers

Environnementaux et industriels

Arsenic

Poumon

Amiante

Poumon

Plèvre

Amines aromatiques

Vessie

Benzène

Leucémie

Chromates

Poumon

Gaz d’échappement de moteurs diesel

Poumon

Rayonnements ionisants

Leucémie

Nickel

Poumon

Sinus paranasaux

Pesticides

Poumon

Radon

Poumon

Rayons ultraviolets

Peau

Chlorure de vinyle

Foie

Liés au mode de vie

Noix de bétel

Bouche

Gorge

Tabac

Vessie

Œsophage

Rein

Poumon

Bouche

Gorge

Utilisés en médecine

Androgènes

Foie

Médicaments chimiothérapiques (tels que les agents alkylants et les inhibiteurs de la topo-isomérase)

Vessie

Leucémie

Diéthylstilbestrol

Sein (chez les femmes ayant pris le médicament et les femmes ayant été exposées avant la naissance)

Col de l’utérus (en cas d’exposition avant la naissance)

Endomètre (chez les femmes ayant pris le médicament)

Vagin (en cas d’exposition avant la naissance)

Radiothérapie

Leucémie

Sarcomes

Infections

Différents virus provoquent des tumeurs chez l’homme ; on suspecte que de nombreux autres puissent le faire. Le papillomavirus humain (VPH, responsable des verrues génitales) est l’une des causes majeures du cancer du col de l’utérus chez les femmes et du cancer du pénis et de l’anus chez les hommes. Le VPH peut également entraîner certains cancers de la gorge. Le virus de l’hépatite B ou de l’hépatite C peut provoquer un cancer du foie. Certains rétrovirus (virus à ARN) humains provoquent des lymphomes et d’autres tumeurs du système hématopoïétique. Certains virus provoquent des cancers dans certains pays, mais pas dans d’autres. Par exemple, le virus d’Epstein-Barr entraîne un lymphome de Burkitt (un type de cancer) en Afrique, et des cancers du nez et du pharynx en Chine.

Certaines bactéries peuvent également provoquer le cancer. Helicobacter pylori, qui entraîne des ulcères gastriques, peut majorer le risque de cancer de l’estomac et de lymphomes.

Certains parasites peuvent provoquer le cancer. Schistosoma haematobium peut entraîner une inflammation chronique et la cicatrisation de la vessie, pouvant déboucher sur un cancer. Un autre type de parasite, Opisthorchis sinensis, a été associé à un cancer du pancréas et des canaux biliaires.

Maladies inflammatoires

Les maladies inflammatoires augmentent souvent le risque de cancer. Parmi ces maladies, la rectocolite hémorragique (RCH) et la maladie de Crohn peuvent provoquer un cancer du côlon et des canaux biliaires.

Ressources dans cet article