Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Comment tirer le meilleur parti d’une consultation de soins de santé

Par Michael R. Wasserman, MD, University of Colorado Denver School of Medicine

Se préparer à une consultation permet de tirer le maximum du temps passé avec un médecin ou un autre professionnel de la santé. Se préparer à l’avance permet aussi une communication plus efficace avec le médecin. Il est conseillé d’écrire les informations et les questions à poser au médecin avant la visite.

Première consultation

La première fois qu’une personne consulte son médecin généraliste, elle devra lui poser toutes les questions qui sont pertinentes pour choisir un médecin et qu’elle n’a pas posées ou qu’elle a besoin de poser de nouveau ( Ce médecin est-il le bon ?). En outre, plusieurs autres questions peuvent être utiles :

  • Comment les problèmes de santé urgents et soudains survenant la nuit ou pendant le week-end sont-ils pris en charge ?

  • Comment obtient-on les résultats des analyses ? (Par exemple, où faut-il appeler ou à quelle adresse faut-il envoyer un courriel s’il revient à la personne de demander ces résultats).

  • Pourquoi devrais-je avoir établi des directives anticipées (comme un testament de fin de vie ou une procuration durable, Directives anticipées : Procuration durable en matière de soins de santé) ? Comment dois-je faire pour rédiger ces documents ?

Si la personne a déjà établi des directives préalables, elle devra apporter une copie ou l’original à copier pour les dossiers du médecin. Elle doit également rassembler tous les médicaments qui constituent son traitement en cours, y compris les médicaments en vente libre, les plantes médicinales et les vitamines, et les apporter au médecin.

Lors de la première consultation, le médecin pose des questions sur des sujets tels que l’état de santé de la personne dans le passé et actuellement, la santé de ses parents proches, ses traitements, ses analyses et son mode de vie. Même si le médecin omet des questions, la personne doit s’assurer que le médecin dispose de certaines informations à son sujet :

  • Toutes les considérations personnelles, spirituelles ou culturelles qui pourraient influer sur les décisions concernant la santé

  • Les informations sur les précédentes hospitalisations, l’utilisation des services de santé à domicile ou les soins dispensés par des spécialistes ou d’autres professionnels de la santé (y compris les praticiens de la médecine alternative), avec les noms, adresses et numéros de téléphone de ces sources de soins de santé

  • Les informations sur les diagnostics et les traitements déjà prévus

  • Les habitudes liées à l’activité physique, au sommeil, à l’alimentation (y compris la consommation de caféine), aux pratiques sexuelles et à l’utilisation de tabac et de médicaments non prescrits par un professionnel de la santé (y compris l’alcool, les médicaments en vente libre et les plantes médicinales)

Fournir ces informations contribue à améliorer la qualité des soins et à assurer le bon déroulement d’un éventuel changement de médecin. Par exemple, il est recommandé de donner à son médecin généraliste les coordonnées des autres professionnels de santé consultés et établissements visités. Ainsi, les professionnels de la santé concernés peuvent communiquer entre eux plus facilement. Les coordonnées permettent aussi au médecin généraliste d’obtenir des copies des informations pertinentes au dossier médical.

Consultations suivantes

Chaque fois qu’une personne consulte son médecin, elle doit préparer une liste pour s’assurer que le médecin dispose de toutes les informations utiles concernant sa santé. La liste doit comprendre les éléments suivants :

  • toute question liée à la santé

  • tout symptôme ou problème médical, y compris les problèmes de santé mentale

  • tout effet secondaire survenu lors de la prise de médicaments

  • tout diagnostic ou tout nouveau traitement recommandé par un autre professionnel de la santé

  • toute omission d’une dose de médicament ou écart par rapport à la prescription et la raison de cette omission ou de cet écart (par exemple, « J’ai l’impression d’avoir des douleurs abdominales à cause du médicament » ou « Je n’ai pas les moyens d’acheter le médicament »)

  • tout changement dans les informations personnelles, y compris les principaux événements de la vie (comme la retraite, le changement d’état civil, un décès dans la famille ou un changement de domicile)

Les listes doivent être écrites. Lors d’une consultation où de nombreuses questions sont posées, il est facile d’oublier ce que l’on voulait dire. La liste doit également être hiérarchisée, les éléments les plus importants figurant en premier. Les symptômes doivent être décrits aussi précisément et exactement que possible en faisant attention de ne pas les minimiser ou les exagérer. S’informer avant une consultation en lisant ou en parlant avec une personne qui a eu un trouble ou s’est vue recommander un examen de diagnostic ou un traitement peut permettre à la personne de poser des questions utiles et plus spécifiques.

Tous les documents (pour l’assurance, l’école ou les formulaires préalables à une embauche) à remplir par le médecin ou le secrétariat du cabinet doivent être apportés. Il faut également apporter sa carte d’assurance en cours de validité, les éventuelles recommandations nécessaires et un moyen de paiement pour les frais requis.

Il est bon d’arriver au cabinet médical 10 à 15 minutes avant l’heure du rendez-vous (en particulier pour la première consultation) pour laisser le temps au personnel du secrétariat médical de s’assurer que les informations concernant l’assurance sont à jour et que tous les formulaires nécessaires sont remplis.

Lors de la consultation, il est essentiel d’écouter attentivement le médecin et de lui apporter les réponses les plus complètes avec un maximum de franchise même sur des questions sensibles (comme le contrôle de la vessie ou les pratiques sexuelles). Si le médecin envisage un traitement ou un test de diagnostic invasif, il faut demander ce qui suit :

  • Quelle est l’efficacité du traitement ou la précision du test de diagnostic ?

  • De quelle manière les résultats du test affecteront-ils le traitement ?

  • Quels sont les effets secondaires possibles ?

  • Quels sont les autres choix possibles ?

  • Quels sont les objectifs spécifiques du traitement ?

  • Comment la réponse au traitement sera-t-elle suivie ou surveillée ?

  • Toutes les autres questions que l’on peut avoir au sujet du traitement ou du test.

Il faut demander des éclaircissements sur tous les points non compris ainsi qu’un document informatif sur le sujet à l’intention du patient, si disponible. Demander au médecin d’écrire les instructions et les lui relire à la fin de la consultation permet de s’assurer que les consignes sont bien comprises. La relecture donne au médecin l’occasion de corriger tout malentendu. Prendre des notes lors de la consultation peut également aider. Pour les personnes ne pouvant pas utiliser de supports écrits ou ayant des problèmes de vue, de parole ou d’audition, d’autres approches peuvent être nécessaires pour enregistrer l’information. Par exemple, les instructions peuvent être enregistrées sur cassette, ou un membre de la famille ou un ami peut accepter de lire les instructions en cas de besoin. Lorsqu’on se rend à la pharmacie pour se procurer les médicaments, on peut utiliser les mêmes approches.

Avant de partir, on doit consulter sa liste de questions et de symptômes et interroger le médecin sur tout ce qui n’a pas été abordé. Si de nombreux aspects restent à éclaircir, le médecin peut prévoir un autre rendez-vous ou orienter la personne vers un autre professionnel de la santé, comme un(e) infirmier(ière), un pharmacien ou un diététicien/une diététicienne, pour un complément d’informations et de conseils.

Après la consultation, on doit prendre rendez-vous pour toutes les consultations préconisées pour le suivi. Toutes les ordonnances doivent être exécutées et tous les documents fournis par le médecin ou le pharmacien doivent être lus. En outre, on peut envisager de tenir un carnet pour noter les aspects importants du traitement. Par exemple, une personne souffrant de céphalées continues peut noter le moment où apparaît un épisode, ce qui les déclenche et l’effet des médicaments.