Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Quand survient la mort

Par Elizabeth L. Cobbs, MD, Professor, Medicine, Geriatrics and Palliative Care;Chief, Geriatrics, Extended Care and Palliative Care, George Washington University;Washington DC Veterans Administration Medical Center ; Karen Blackstone, MD, Assistant Professor, Medicine, Geriatrics and Palliative Care;Director, Palliative Care, George Washington University;Washington DC Veterans Administration Medical Center ; Joanne Lynn, MD, MA, MS, Director, Center for Elder Care and Advanced Illness, Altarum Institute

Le décès doit être constaté de manière officielle et en temps opportun par une personne habilitée (comme un médecin ou un(e) infirmier(ière)), qui doit en certifier les causes et les circonstances. Les formalités varient énormément d’un pays à l’autre. Si une personne prévoit de mourir chez elle, la famille doit savoir à l’avance à quoi s’attendre et ce qu’il faut faire. Quand une personne reçoit des soins palliatifs, l’infirmier(ière) de l’hospice explique généralement le protocole à suivre. Si la police ou d’autres membres de la fonction publique doivent être prévenus, la famille doit le savoir et il faut signaler à l’avance à ces fonctionnaires que la personne est en train de mourir à son domicile. Les structures de médecine palliative et les organismes d’aide à domicile ont généralement l’habitude de prévenir les personnes concernées, épargnant ainsi à la famille des démarches difficiles. En l’absence de telles structures, la famille doit contacter le médecin légiste ou une société de pompes funèbres, de préférence avant le décès, pour savoir quoi faire. Le certificat de décès est exigé par les assurances, pour l’accès aux comptes bancaires, pour le transfert des biens au nom du défunt et pour le règlement de la succession. La famille peut avoir besoin de plusieurs dizaines de copies.

La famille peut être réticente à demander ou accepter une autopsie, qui, si elle est requise, n’est pas couverte par l’assurance dans la plupart des cas. Bien qu’elle ne soit d’aucune utilité au défunt, une autopsie peut faire avancer les connaissances sur les maladies mortelles et peut aider la famille à lever toute incertitude sur ce qui a causé la mort. Après l’autopsie, le corps est préparé par des agents des pompes funèbres ou par l’entourage du défunt, en vue de l’inhumation ou de la crémation. Les incisions pratiquées lors de l’autopsie sont habituellement cachées par les vêtements. Il est généralement préférable de prendre les décisions relatives à l’autopsie avant la mort parce que c’est une période d’ordinaire moins stressante qu’immédiatement après la mort.

Avoir déjà pris contact avec une société de pompes funèbres, et même avoir payé d’avance les frais peut aider la famille, tout comme le fait de connaître les volontés du malade concernant les dispositions à prendre pour son corps après sa mort. Les options sont l’inhumation, la crémation ou le don de son corps à la science. Beaucoup de familles préparent des funérailles ou un rassemblement pour honorer la mémoire de l’être aimé. Certains choisissent d’organiser une cérémonie funéraire immédiatement après la mort de la personne, tandis que d’autres préfèrent une cérémonie commémorative planifiée, quelques semaines, voire quelques mois plus tard.

La manière dont une personne continuera de vivre après la perte d’un être cher dépend de la nature de la relation qui la liait au défunt, de l’âge de la personne décédée, des circonstances de la mort de l’être cher, et des ressources personnelles et financières de cette personne. Par ailleurs, la famille doit pouvoir être certaine d’avoir fait tout ce qu’elle se devait de faire et se sentir rassurée. S’entretenir avec le médecin quelques semaines après le décès peut aider à répondre à certaines interrogations qui subsistent. La plupart des personnes qui ont perdu un proche vivent au moins 6 mois de deuil, ce qui peut se traduire par incrédulité, colère, dépression, solitude, désorientation, et nostalgie. La douleur s’apaise avec le temps, mais un sentiment de perte persiste. Une personne ne « surmonte » pas un décès, au lieu de cela, elle lui donne un sens et continue à vivre.