Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Flore résidente

Par Allan R. Tunkel, MD, PhD, Brown University;

Une personne en bonne santé vit en harmonie avec la plupart des micro-organismes qui sont implantés sur ou dans son corps (la colonisent). Les micro-organismes qui colonisent habituellement un site particulier du corps humain sont appelés la flore résidente. La flore résidente est composée de 10 fois plus de cellules que le corps humain lui-même. Les micro-organismes qui colonisent l’hôte pendant quelques heures ou quelques semaines mais qui ne s’y établissent pas de façon permanente sont appelés la flore transitoire.

La flore résidente de chacun des sites du corps humain est formée de différents types de micro-organismes. Certains sites sont normalement colonisés par plusieurs centaines de types différents de micro-organismes. Les facteurs environnementaux, tels qu’un régime alimentaire, les conditions sanitaires, la pollution atmosphérique ou les habitudes d’hygiène, influencent le type des espèces formant la flore résidente d’une personne donnée. Lorsque cette flore résidente est perturbée de façon transitoire (par exemple, suite à un lavage ou à l’utilisation d’antibiotiques), elle se régénère généralement très rapidement.

Plutôt que de provoquer des maladies, la flore résidente protège souvent l’organisme contre les germes pathogènes. Cependant, dans certaines conditions, les micro-organismes qui font partie de la flore résidente peuvent provoquer une maladie. Ces facteurs comprennent l’utilisation d’antibiotiques et une altération du système immunitaire (comme chez les patients qui souffrent du SIDA ou d’un cancer et en cas de traitement par des corticoïdes ou par chimiothérapie). Lorsque des antibiotiques utilisés pour traiter une infection tuent une grande proportion de certains types de bactéries constituant la flore résidente, d’autres bactéries de la flore résidente ou des champignons peuvent se développer de façon anarchique. Par exemple, si une femme est traitée par des antibiotiques pour une infection de la vessie, les antibiotiques tuent certaines bactéries de la flore résidente, permettant la multiplication des levures au niveau vaginal responsables de l’apparition d’une mycose vaginale.