Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Fièvre pourprée des montagnes Rocheuses

(fièvre pourprée, fièvre à tique, typhus à tique)

Par William A. Petri, Jr, MD, PhD, Wade Hampton Frost Professor of Medicine and Chief, Division of Infectious Diseases and International Health, University of Virginia School of Medicine

La fièvre pourprée des montagnes Rocheuses est une rickettsiose potentiellement mortelle transmise par les tiques du chien et les tiques des bois. Elle est responsable d’une éruption cutanée, de maux de tête et d’une très forte fièvre.

  • La transmission de l’infection se fait par la piqûre d’une tique infectée.

  • Il y a apparition de maux de tête, de frissons, d’un épuisement extrême et de douleurs musculaires, avec survenue, quelques jours plus tard, d’une éruption cutanée.

  • La meilleure mesure de prévention est d’éviter les morsures de tiques.

  • Les personnes, qui sont piquées par une tique et qui ont des symptômes typiques, sont immédiatement traitées par des antibiotiques.

La fièvre pourprée des montagnes Rocheuses (FPMR) est provoquée par la bactérie Rickettsia rickettsii. Les rickettsies sont un type de bactéries qui ne peut vivre qu’à l’intérieur des cellules d’autres organismes (voir aussi Généralités sur les infections à rickettsies).

La fièvre pourprée des montagnes Rocheuses est probablement la rickettsiose la plus fréquente aux États-Unis. Elle a été mise en évidence la première fois dans les états des montagnes Rocheuses mais elle existe dans la plupart des régions de la partie continentale des États-Unis. Elle est très fréquente dans les états du Sud-est et de la région centrale du Sud (Caroline du Nord, Oklahoma, Arkansas, Tennessee et Missouri). Elle est présente aussi en Amérique Centrale et du Sud.

La FPMR survient principalement entre mars et septembre, lorsque les tiques adultes sont actives et en cas de séjour dans des régions infestées. Dans les états du sud des États-Unis, la maladie peut se manifester toute l’année. Les personnes qui s’attardent dans des zones à haut risque, telles que les enfants de moins de 15 ans, sont davantage exposées au risque d’infection.

Les tiques deviennent l’hôte de la rickettsie en se nourrissant du sang de mammifères infectés, généralement des rongeurs. Les tiques femelles infectées peuvent aussi transmettre la bactérie aux larves. La transmission de la bactérie se fait par piqûre de tiques des bois ou de tiques du chien. Cette rickettsiose ne se transmet probablement pas d’homme à homme.

Les rickettsies vivent et se multiplient dans les cellules de la paroi des vaisseaux sanguins. Les vaisseaux cutanés, sous-cutanés, cérébraux, pulmonaires, cardiaques, rénaux, hépatiques (foie) et spléniques (rate) sont souvent infectés. Lorsque des vaisseaux de petit calibre développent l’infection, ils peuvent être bloqués par des caillots de sang (thrombose). Si l’infection est grave, des caillots sanguins peuvent se former dans tout l’organisme, provoquant une coagulation intravasculaire disséminée.

Le saviez-vous ?

  • Presque trois quarts des patients se souviennent d’avoir été piqués par une tique.

Symptômes

Les symptômes de la fièvre pourprée des Montagnes Rocheuses associent généralement maux de tête intenses, frissons, asthénie intense (prostration) et douleurs musculaires. Ils apparaissent soudainement 3 à 12 jours après la piqûre de tique. Plus les symptômes apparaissent tôt, plus l’infection est sévère. Une fièvre élevée s’installe en quelques jours qui, dans les infections graves, persiste pendant 1 à 3 semaines. Une toux sèche irritative peut également se développer. Des nausées et des vomissements sont fréquents.

Entre le premier et le sixième jour de fièvre, une éruption cutanée apparaît au niveau des poignets et des chevilles, puis s’étend rapidement à la paume des mains, à la plante des pieds, aux avant-bras, au cou, au visage, aux aisselles, aux fesses et au tronc. L’éruption est initialement plane et rosée, avant de devenir plus foncée et légèrement boursouflée. Elle est non prurigineuse (absence de démangeaisons). L’eau chaude, par exemple, d’un bain, rend l’éruption plus évidente. Au bout de 4 jours, en raison d’un saignement sous-cutané, de petites zones violacées (pétéchies) se développent. Si l’infection est grave, certaines zones de la peau peuvent mourir et devenir noires, signe d’une gangrène.

Environ 10 % des personnes atteintes de la fièvre pourprée des Montagnes Rocheuses ne développent pas d’éruption cutanée.

Au cours de l’évolution de cette infection, on peut voir apparaître d’autres symptômes :

  • nervosité, insomnie, syndrome confusionnel ou parfois coma si les vaisseaux sanguins du cerveau sont atteints

  • Douleur abdominale

  • Inflammation des voies aériennes et pneumonie

  • Lésions cardiaques

  • Anémie

  • Grave diminution de la pression artérielle et mort (très rarement, en cas d’infection sévère)

Diagnostic

  • Examen clinique

  • Analyses de sang et biopsie de l’éruption cutanée

Le médecin suspecte une fièvre pourprée des montagnes Rocheuses si le patient

  • vit dans ou près d’une région boisée située dans l’hémisphère ouest

  • présente de la fièvre, des maux de tête et douleurs musculaires au printemps, en été ou en automne, qu’il présente ou non une éruption cutanée ou une morsure de tique

Environ 70 % des patients n’ont aucun souvenir d’une piqûre de tique.

Les médecins effectuent des analyses de sang qui détectent les anticorps dirigés contre les bactéries. Toutefois, ces tests ne peuvent détecter ces anticorps qu’environ 7 à 10 jours après l’apparition des symptômes. Les tests de détection des anticorps effectués avant ce délai pourront être négatifs. De ce fait, ces tests ne permettent pas aux médecins de diagnostiquer l’infection immédiatement après qu’une personne tombe malade, mais ils permettent de confirmer le diagnostic par la suite.

Pour confirmer le diagnostic, les médecins réalisent généralement un test par immunofluorescence sur un échantillon prélevé au niveau de l’éruption cutanée. Pour le test par immunofluorescence, des substances étrangères produites par la bactérie (antigènes) sont colorées par un produit fluorescent, ce qui facilite la détection et l’identification de la bactérie.

Prévention

Il n’existe pas de vaccin contre la fièvre pourprée des montagnes Rocheuses, par conséquent éviter les morsures de tiques et enlever immédiatement les tiques fixées constituent la meilleure prévention. Les mesures suivantes peuvent être utiles :

  • rentrer le pantalon dans les bottes ou dans les chaussettes et appliquer un insecticide à base de perméthrine pour limiter les portes d’entrée cutanée de la tique au niveau des vêtements.

  • Des répulsifs contre les tiques, comme le DEET (diéthyltoluamide), peuvent être appliqués sur la peau. Ils sont efficaces, mais provoquent exceptionnellement des réactions toxiques, telles que des convulsions, chez les jeunes enfants.

  • Faire une recherche fréquente des tiques contribue à la prévention de l’infection car la tique doit rester attachée en moyenne 24 heures pour transmettre l’infection.

  • Les tiques attachées sur la peau doivent être retirées avec précaution à l’aide d’une pince à épiler. Il faut saisir la tête de la tique le plus près possible de la peau. Il faut faire très attention lorsqu’on extrait une tique car les rickettsies peuvent être transmises si une tique gorgée de sang, est écrasée au cours de son extraction.

Prévention des morsures de tiques

Pour rendre la peau moins accessible aux tiques, il faut :

  • Rester sur les chemins et sentiers

  • Rentrer son pantalon dans les bottes ou les chaussettes

  • Porter des chemises à manches longues

  • Appliquer un répulsif contenant du diéthyltoluamide (DEET) à la surface de la peau

Le DEET doit être utilisé avec prudence chez les très jeunes enfants, car des réactions toxiques ont été signalées. La perméthrine sur les vêtements tue efficacement les tiques. Des inspections régulières visant à trouver les tiques, en particulier dans les zones recouvertes de poils et sur les enfants, sont essentielles dans les zones endémiques.

Les tiques gorgées de sang doivent être retirées avec soin et ne doivent pas être écrasées entre les doigts, car l’écrasement d’une tique peut entraîner la transmission de maladies. Le corps de la tique ne doit pas être saisi ni écrasé. En tirant progressivement sur la tête avec une petite pince, il est possible de déloger la tique. Le point d’attache doit être nettoyé avec de l’alcool. La vaseline, les allumettes ou d’autres produits irritants ne sont pas efficaces pour extraire les tiques et ne doivent pas être utilisés.

Il n’existe aucun moyen pratique de se débarrasser des tiques dans des régions entières, mais les populations de tiques peuvent être réduites dans les zones endémiques en contrôlant les populations de petits animaux.

Traitement

  • Antibiotiques

Le médecin prescrit immédiatement des antibiotiques s’il suspecte la fièvre des montagnes Rocheuses en se basant sur les symptômes et sur la possibilité d’exposition à des tiques infectées, même si les résultats des tests biologiques ne sont pas encore disponibles. Un traitement antibiotique précoce a fait chuter la mortalité d’environ 20 % à 5 %.

La doxycycline est généralement utilisée. Elle est administrée par voie orale en cas d’infection légère ou par voie intraveineuse en cas d’infection plus sévère. Le traitement antibiotique est poursuivi tant que les patients ont de la fièvre et pendant les 24 à 48 heures après disparition de la fièvre ; le traitement doit durer au minimum 7 jours. Le chloramphénicol est également efficace, mais peut avoir des effets secondaires graves et il n’est pas disponible aux États-Unis.

Cependant, le médecin ne prescrit généralement aucun antibiotique à des personnes qui ont été piquées par une tique mais qui sont asymptomatiques. En revanche, il est demandé à cette personne de signaler immédiatement tout symptôme.

Ressources dans cet article