Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Fièvre typhoïde

(fièvre entérique)

Par Larry M. Bush, MD, Affiliated Associate Professor of Medicine;Affiliated Professor of Biomedical Sciences, University of Miami-Miller School of Medicine;Charles E. Schmidt College of Medicine, Florida Atlantic University

La fièvre typhoïde est due à la bactérie Salmonella typhi ou à une bactérie apparentée, Salmonella paratyphi.

  • La contamination peut se faire en consommant des aliments ou de l’eau contaminée par les selles ou les urines d’une personne infectée.

  • Les symptômes sont identiques à ceux de la grippe, parfois suivis de l’apparition d’un délirium, d’une toux, d’une très grande fatigue, occasionnellement d’une éruption cutanée, et de diarrhées.

  • Des échantillons de sang, de selles, d’autres liquides biologiques ou de tissus sont envoyés au laboratoire pour être mis en culture (croissance de la bactérie).

  • Pour prévenir l’infection, les individus voyageant dans les régions où la fièvre typhoïde est fréquente doivent être vaccinés et, sur place, doivent éviter de consommer certains aliments et ne boire que de l’eau en bouteille.

  • Les personnes infectées avec ou sans symptômes sont traitées par des antibiotiques.

La fièvre typhoïde est l'une des infections provoquées par les salmonelles.

La fièvre typhoïde est fréquente dans les pays en développement où les conditions sanitaires sont précaires. La plupart des cas survenant aux États-Unis sont acquis au cours de voyages dans ces régions.

Salmonella typhi existe uniquement chez l’homme. Les personnes infectées excrètent la bactérie dans les selles et, rarement, dans les urines. Seules quelques personnes infectées développent une infection chronique au niveau de la vésicule biliaire ou des voies urinaires. Elles continuent à excréter la bactérie dans les selles ou les urines, même après la disparition des symptômes. C'est ce que l'on appelle des « porteurs sains ». Par conséquent, elles ne savent pas qu’elles peuvent transmettre l’infection. Au cours du 20ème siècle, une femme, une cuisinière nommée Mary Mallon, a transmis la fièvre typhoïde à un grand nombre de personnes et a été surnommée Mary Typhoïde.

La contamination des aliments ou des boissons par cette bactérie peut se faire par l’intermédiaire de mains mal lavées après défécation ou miction. L’eau du robinet peut être contaminée si les eaux usées ne sont pas correctement traitées. Les mouches peuvent transmettre les bactéries directement des selles aux aliments. Parfois, l'infection se propage par contact direct lors de jeux entre enfants, ou entre adultes lors de rapports sexuels oro-anaux.

Comme toutes les autres salmonelles, il faut qu’un grand nombre de ces bactéries soit ingéré pour que l’infection se développe, sauf en cas de déficit du système immunitaire ou de déficit en acide gastrique.

Le saviez-vous ?

  • Mary Mallon, également appelée Mary Typhoïde, était une cuisinière qui a transmis la fièvre typhoïde à de nombreuses personnes au début du 20ème siècle.

Dissémination par la circulation sanguine

La bactérie se propage du tube digestif dans la circulation sanguine (provoquant une bactériémie) et peut aller infecter des organes éloignés comme le foie, la rate, la vésicule biliaire, les poumons (provoquant une pneumonie), les articulations (provoquant une arthrite infectieuse), les reins (provoquant une pyélonéphrite), les valves cardiaques (provoquant une endocardite), l’appareil génital, les tissus recouvrant le cerveau et la moelle épinière (provoquant une méningite) et les os (provoquant une ostéomyélite). Ces infections se développent principalement lorsque la personne n'est pas traitée ou lorsque le traitement est retardé.

Symptômes

Typiquement apparaît un syndrome pseudo-grippal 8 à 14 jours (jusqu’à 30 jours) après l’infection. Les symptômes de la fièvre typhoïde apparaissent progressivement. Il s'agit de fièvre, céphalées, mal de gorge, douleurs musculaires et articulaires, douleurs abdominales et toux sèche. Il peut y avoir une perte d’appétit.

Après quelques jours, la fièvre atteint son maximum à environ 39-40 °C, et reste élevée pendant 10 à 14 jours supplémentaires, pour revenir à des valeurs normales au cours de la quatrième semaine suivant l'apparition des symptômes. Souvent le rythme cardiaque ralentit, les patients sont épuisés et parfois délirent.

Au cours de la deuxième semaine, une éruption cutanée formée de taches roses et plates apparaît sur la poitrine et l'abdomen dans environ 10 à 20 % des cas.

Les personnes tout d’abord peuvent être constipées, puis, après 2 semaines, peut apparaître une diarrhée. Chez environ 1 à 2 % des personnes, l’intestin se déchire (perforation) ou saigne. Un nombre limité de personnes souffrent d'hémorragie grave, parfois menaçant le pronostic vital.

Si l’infection se propage à d’autres organes, les symptômes spécifiques peuvent aussi apparaître.

Chez environ 8 à 10 % des personnes, les symptômes peuvent réapparaître approximativement 2 semaines après la disparition de la fièvre.

Sans traitement, environ 12 % des personnes décèdent. Les malades qui meurent sont en général dénutris, très jeunes ou très âgés. Les signes d’infection sévère de mauvais pronostic sont une stupeur (absence de réponse qui nécessite une stimulation énergique pour que le patient se réveille), un coma et un choc.

Diagnostic

  • Examen et culture d'échantillons de sang, de selles, ou d'autres liquides biologiques ou tissus

Pour confirmer le diagnostic, le médecin prélève des échantillons de sang, de selles, d'urine, d’autres liquides biologiques ou de tissus et les envoie dans un laboratoire pour être mis en culture (croissance de la bactérie). Ces échantillons sont examinés et on y recherche la présence de la bactérie.

On réalise également des tests pour déterminer les antibiotiques susceptibles d'être efficaces (antibiogramme).

Prévention

Les voyageurs qui se rendent dans une région où la fièvre typhoïde est endémique doivent éviter de manger des légumes crus et toute autre nourriture servie ou conservée à température ambiante. Généralement, ils peuvent manger en toute sécurité des aliments qui sont servis très chauds immédiatement après avoir été cuits, ils peuvent consommer des boissons en bouteille ou en canette scellées, du thé ou du café chaud, et des fruits qu’ils ont épluchés eux-mêmes. Ils doivent admettre que les glaçons et l’eau (à moins qu’elle n’ait été bouillie ou traitée par le chlore avant utilisation) sont dangereux. Pour se laver les dents, ils doivent utiliser de l’eau en bouteille capsulée.

Vaccination

Il existe un vaccin administré par voie orale et un vaccin polysaccharidique injectable qui peuvent contribuer à la prévention de la fièvre typhoïde. Ces deux vaccins ont quelques effets indésirables. La vaccination est recommandée pour :

  • les personnes qui voyagent dans les zones où la fièvre typhoïde est endémique

  • Les personnes vivant sous le même toit ou qui ont des contacts directs avec des porteurs sains

  • Le personnel des laboratoires travaillant sur cette bactérie

Les personnes sont protégées pendant au moins 2 ans après une vaccination par la forme injectable et pendant 5 ans après la vaccination par la forme orale. Cependant, elles peuvent être infectées si un très grand nombre de bactéries est ingéré. Aux États-Unis, 80 % des cas de fièvre typhoïde surviennent chez des voyageurs de retour de régions du monde où la fièvre typhoïde est fréquente. La plupart de ces cas auraient pu être évités si les personnes avaient été vaccinées.

Traitement

  • Antibiotiques

  • Pour les infections graves, corticostéroïdes

Si les antibiotiques sont utilisés, la fièvre dure seulement 3 à 5 jours, plutôt que 3 à 4 semaines, et le risque de mortalité est réduit à moins de 1 %. Le rétablissement complet peut prendre des semaines ou des mois.

Les antibiotiques de choix comprennent le ceftriaxone par injection, les fluoroquinolones (comme ciprofloxacine, lévofloxacine, ou moxifloxacine) par voie orale ou par injection, et l'azithromycine par voie orale. Le chloramphénicol est utilisé dans le monde entier. Cependant, il peut endommager les cellules de la moelle osseuse qui fabriquent les globules rouges. De plus, la résistance de Salmonella typhi à cet antibiotique a fortement augmenté.

Si l'infection est grave, la personne recevra également des corticostéroïdes, en particulier si elle est atteinte de délire, si elle est comateuse, ou en état de choc.

Tant que la personne a de la fièvre, l'alitement est recommandé. Un régime alimentaire liquide strict peut aider à limiter la diarrhée. L'aspirine, les laxatifs, et les lavements sont à éviter.

Chez 10 à 20 % des patients traités par des antibiotiques, l’infection réapparaît, typiquement, 1 semaine après l’arrêt de ce traitement. L’infection est plus légère que la maladie initiale mais est traitée de la même façon.

Traitement des porteurs sains

Les porteurs sains doivent être déclarés auprès des autorités de santé locales et il leur est interdit de travailler dans l’alimentation. Un traitement antibiotique pendant 4 à 6 semaines peut éradiquer la bactérie chez de nombreux porteurs sains. Si un porteur sain est atteint d'une maladie de la vésicule biliaire, une intervention chirurgicale visant à enlever la vésicule biliaire peut être efficace. Cependant, une telle intervention ne garantit pas que la bactérie sera éradiquée.

Pour plus de renseignements

Ressources dans cet article