Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Infections à Escherichia coli

(Infections à E. coli)

Par Larry M. Bush, MD, Affiliate Professor of Clinical Biomedical Sciences;Affiliate Associate Professor of Medicine, Charles E. Schmidt College of Medicine, Florida Atlantic University;University of Miami-Miller School of Medicine

La bactérie Escherichia coli (E. coli) est une bactérie Gram négative qui normalement réside dans les intestins des personnes saines mais dont certaines souches sont responsables d’infections.

  • Les infections à E. coli sont dues à l’ingestion d’aliments contaminés, au contact avec des animaux infestés ou à l’absorption de l’eau contaminée d’une piscine.

  • Les infections intestinales provoquent des diarrhées, quelquefois graves ou sanguinolentes, et des douleurs abdominales.

  • Les antibiotiques peuvent traiter efficacement les infections à E. coli survenant hors du tube digestif et la plupart des infections intestinales mais ne sont pas utilisés pour traiter des infections intestinales dues à une souche particulière de ces bactéries.

Certaines souches de E. coli vivent normalement dans le tube digestif des personnes en bonne en santé. Cependant, certaines de ces souches d'E. coli ont acquis des gènes qui peuvent les rendre responsables d’une infection au niveau du tube digestif et d’autres parties de l’organisme, le plus fréquemment des voies urinaires. E. coli est la cause la plus fréquente des infections de la vessie chez les femmes.

Ces bactéries peuvent aussi être responsables d’infection de la prostate (prostatite), de la vésicule biliaire, infections qui se développent suite à une appendicite ou une diverticulite, d’infections au niveau des plaies (y compris les plaies d’origine chirurgicale), d’infections des escarres, d’infections du pied chez les diabétiques, de pneumonie, de méningite chez les nouveau-nés et d’infections de la circulation sanguine. De nombreuses infections à E. coli survenant hors du tube digestif apparaissent chez des personnes affaiblies, résidant dans des centres de soins ou qui ont été traitées par des antibiotiques.

Ces bactéries peuvent aussi être responsables d'infections hors de l'intestin si celui-ci présente des déchirures ou des lésions, par exemple en raison d'une blessure ou d'un trouble, comme la maladie inflammatoire chronique de l’intestin. Les bactéries peuvent alors quitter l'intestin et se répandre sur les structures avoisinantes qui sont sans défense contre elles ou elles peuvent entrer dans la circulation sanguine.

Une de ces souches produit une toxine qui provoque une diarrhée aqueuse de courte durée. Cette pathologie (appelée diarrhée des voyageurs) survient généralement chez des voyageurs qui consomment des aliments ou de l’eau contaminés dans des régions où l’eau est insuffisamment purifiée.

Infection à E. coli O157:H7

Certaines souches d'E. coli produisent une toxine qui endommage le colon et provoque une grave inflammation (colite). En Amérique du Nord, la souche E. coli O157:H7 est la plus fréquente d'entre elles, mais il en existe plus de 100 autres. Ces souches sont parfois appelées collectivement E. coli entérohémorragiques (entéro signifie intestinal, et hémorragique signifie saignement).

L’infection par ces souches se fait de la façon suivante :

  • consommation de viande de bœuf hachée contaminée insuffisamment cuite (une des causes les plus fréquentes)

  • caresses ou contact avec des animaux porteurs de cette bactérie au niveau du tube digestif

  • consommation de plats tout préparés (comme dans les bars à salade) confectionnés avec des aliments lavés avec une eau contaminée ou contaminée par du fumier

  • absorption d’une eau insuffisamment traitée par le chlore contaminée par les matières fécales de personnes infectées dans les piscines ou les pataugeoires

La transmission d’homme à homme de cette bactérie peut être due à une mauvaise hygiène, en particulier chez les jeunes enfants portant des couches.

Symptômes

Les symptômes E. coli varient en fonction de la région du corps affectée et de la souche d’E. coli en cause.

Le saviez-vous ?

  • E. coli est la cause la plus fréquente des infections de la vessie chez les femmes.

Diarrhée du voyageur

Les personnes atteintes de diarrhée du voyageur ont des crampes abdominales et une diarrhée aqueuse et parfois des nausées et des vomissements. Les symptômes sont souvent bénins et disparaissent en 3 à 5 jours.

E. coli O157:H7

Lorsque l'infection résulte d'E. coli O157:H7 ou d'une autre souche d'E. coli entérohémorragique, les symptômes apparaissent environ 3 jours après l'exposition. Les personnes atteintes souffrent de sévères crampes abdominales et de diarrhées aqueuses, qui peuvent devenir sanglantes dans les 24 heures. (Cette maladie est parfois appelée colite hémorragique). Les personnes souffrent généralement de sévères douleurs abdominales et de diarrhées plusieurs fois par jour. Parfois, ils ressentent un besoin impérieux d’aller à la selle mais sans résultat. La plupart des patients n’ont pas de fièvre.

Comme cette infection se propage très facilement, les patients atteints doivent être hospitalisés et mis en quarantaine.

Dans 85 % des cas, la diarrhée guérit d’elle-même, généralement en 1 à 8 jours.

Cependant, un syndrome hémolytique et urémique apparaît chez 5 à 10 % des personnes infectées (principalement des enfants de moins de 5 ans et des adultes de plus de 60 ans) environ 1 semaine après le commencement des symptômes. Dans ce syndrome, des substances toxiques s'accumulent dans le sang (cela s'appelle l'urémie) de la personne atteinte parce que ses globules rouges sont détruits (hémolyse) et qu'elle est en proie à une insuffisance rénale. Cette complication est une cause fréquente de maladie rénale chronique chez les enfants.

L'infection à E. coli O157:H7 peut entraîner la mort, en particulier chez les personnes âgées, qu'un syndrome hémolytique et urémique survienne ou non.

Diagnostic

  • Culture d’un échantillon de tissu infecté

Des échantillons de sang, de selles, parfois d’urines ou de tout autre matériel infecté sont prélevés et envoyés au laboratoire pour être mis en culture (croissance de la bactérie). Le diagnostic est confirmé par la mise en évidence de la bactérie dans l’échantillon.

Si la bactérie est identifiée, des analyses peuvent être effectuées pour déterminer les antibiotiques efficaces (un procédé appelé antibiogramme).

Si on a détecté E. coli O157:H7, des tests sanguins doivent être réalisés fréquemment pour mettre en évidence un syndrome hémolytique et urémique.

Traitement

  • Différents traitements suivant l'infection

  • Pour la diarrhée du voyageur, le lopéramide et parfois des antibiotiques

  • Pour la diarrhée due à E. coli O157:H7, solutés

  • Pour de nombreuses autres infections, antibiotiques

Le traitement varie en fonction de

  • la localisation de l'infection

  • son intensité

  • le type d'E. coli responsable

Par exemple, si l'infection a provoqué un abcès, le médecin peut pratiquer un acte chirurgical afin de drainer le pus.

Diarrhée du voyageur

Les personnes atteintes de diarrhée du voyageur doivent boire beaucoup de liquides.

Le lopéramide peut être administré pour ralentir le passage des aliments dans l’intestin et de ce fait, contribuer à contrôler la diarrhée. Ce médicament n'est pas utilisé si la personne a de la fièvre, des selles sanglantes, ou est âgée de moins de 2 ans.

Si la diarrhée est modérée à sévère, des antibiotiques (comme l'azithromycine, la ciprofloxacine, ou la rifaximine) sont souvent administrés pour mettre fin aux symptômes plus rapidement. Les antibiotiques ne sont généralement pas nécessaires pour les diarrhées légères.

Si la diarrhée est accompagnée d'une fièvre ou est sanglante, le voyageur doit consulter un médecin.

Diarrhée due à E. coli O157:H7

Beaucoup de patients atteints d’une diarrhée due à E. coli O157:H7 doivent recevoir des solutés contenant des sels minéraux par voie intraveineuse.

Ce type d’infection n’est pas traité par le lopéramide ou des antibiotiques. Les antibiotiques peuvent aggraver la diarrhée et augmenter les risques de syndrome hémolytique et urémique.

Si le syndrome hémolytique et urémique apparaît, les patients sont admis en unité de soins intensifs et peuvent nécessiter une hémodialyse.

Autres infections à E. coli

De nombreuses autres infections à E. coli, généralement les infections des voies urinaires ou de la vessie, sont traitées par des antibiotiques, comme le triméthoprime/sulfaméthoxazole ou une fluoroquinolone. Cependant, de nombreuses bactéries, en particulier celles contractées en milieu hospitalier, sont résistantes à certains antibiotiques. Pour augmenter les chances de succès du traitement antibiotique, un traitement simultané par plusieurs antibiotiques peut être utilisé jusqu’à ce que le médecin ait les résultats des tests indiquant quels sont les antibiotiques les plus probablement efficaces. Après l'obtention des résultats, le médecin change d'antibiotique si nécessaire.

Pour les infections plus graves, on peut utiliser des antibiotiques efficaces contre un grand nombre de bactéries différentes (antibiotiques à large spectre).

Informations supplémentaires

Ressources dans cet article