Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Légionellose

(Maladie du légionnaire)

Par Larry M. Bush, MD, Affiliated Associate Professor of Medicine;Affiliated Professor of Biomedical Sciences, University of Miami-Miller School of Medicine;Charles E. Schmidt College of Medicine, Florida Atlantic University

Legionella pneumophila est responsable de la légionellose ; celle-ci touche le plus souvent les poumons, produisant une pneumonie et des symptômes similaires à ceux de la grippe.

  • L'infection est généralement contractée en inhalant des gouttelettes d'eau contaminée, qui peuvent être vaporisées à partir d'une pomme de douche ou d'un climatiseur.

  • Les personnes atteintes ont de la fièvre, des frissons, des douleurs musculaires, et la respiration peut être difficile et douloureuse.

  • Le médecin identifie l'infection en analysant des échantillons de crachats, de liquide pulmonaire, ou d'urine.

  • Des antibiotiques, comme les fluoroquinolones, peuvent traiter efficacement la maladie du légionnaire.

L'infection par les bactéries du genre Legionella a été identifiée pour la première fois en 1976 lorsqu'une importante épidémie de pneumonie mortelle s'est déclarée lors d'un congrès de l'American Legion à Philadelphie, en Pennsylvanie. Pour cette raison l'infection porte aussi le nom de maladie du légionnaire.

Le risque d’infection est augmenté par les facteurs suivants :

  • un système immunitaire affaibli

  • diabète

  • une affection pulmonaire chronique

  • tabagisme

  • âge avancé

  • être âgé de moins de 1 an

Les légionelles sont souvent présentes dans le sol et dans l'eau douce. Une épidémie de légionellose commence souvent dans le système de distribution d'eau d'un bâtiment. Dans ce cas, les personnes contractent l'infection en inhalant des gouttelettes d'eau contaminée qui sont vaporisées par les pommes de douches, les brumisateurs, les jacuzzis, ou les tours aéroréfrigérantes des climatiseurs. Il n’y a pas de transmission interhumaine.

Les légionelles infectent généralement les poumons, provoquant la maladie du légionnaire.

Parfois la bactérie ne contamine que les voies aériennes supérieures, produisant des symptômes similaires à ceux du rhume et de la grippe. Cette infection porte le nom de fièvre de Pontiac.

Dans de rares cas, les légionelles peuvent aussi infecter d'autres régions de l'organisme, principalement chez des personnes dont le système immunitaire est affaibli ou atteintes d'une maladie grave. Le cœur est le plus souvent touché, mais le cerveau et la moelle épinière, le foie, la rate, les ganglions lymphatiques, et les intestins peuvent aussi être atteints.

Symptômes

La légionellose ressemble à la grippe. Elle provoque de la fièvre, des frissons, une sensation générale de malaise, des douleurs musculaires, des maux de tête, et un état de confusion. Parmi les autres symptômes figurent la nausée, des selles molles ou une diarrhée aqueuse, des douleurs abdominales, une toux, et des douleurs articulaires. La survenue d'une pneumonie est fréquente. Les personnes atteintes peuvent avoir des difficultés à respirer, et la respiration peut être douloureuse. Elles peuvent produire des crachats sanglants.

Avec un traitement, les personnes autrement en bonne santé guérissent. Cependant, certains facteurs augmentent le risque de décès (jusqu'à 40 %) :

  • contracter l'infection dans un hôpital (jusqu'à la moitié des personnes infectées meurent)

  • un âge avancé

  • un système immunitaire affaibli

Sans traitement, environ 5 à 40 % des personnes atteintes de légionellose meurent.

Diagnostic

  • Culture et analyse d'un échantillon d'expectorations ou de liquide pulmonaire.

  • Parfois, analyse d'urine.

Pour établir son diagnostic, le médecin prélève des échantillons d'expectorations ou de liquide pulmonaire et les envoie dans un laboratoire pour qu’il soit mis en culture. Un test de détection par réaction en chaîne par polymérase (PCR) peut être effectué. Ce test amplifie la quantité d’ADN bactérien et, de ce fait, facilite l’identification des bactéries.

Un échantillon d'urine peut être analysé pour y déceler la présence de la bactérie. Les analyses d'urine ne permettent pas de détecter certains types de légionelles, mais elles permettent de détecter le type de légionelle responsable de la plupart des infections.

Une radiographie du thorax est effectuée pour révéler une éventuelle pneumonie.

Traitement

  • Un antibiotique

Les personnes atteintes de légionellose doivent recevoir un antibiotique. Généralement, une fluoroquinolone, comme la ciprofloxacine ou la lévofloxacine, est administrée par voie intraveineuse ou orale pendant 7 à 14 jours et, si la personne a un système immunitaire très affaibli, parfois jusqu'à 3 semaines. Parmi les autres antibiotiques efficaces figurent l'azithromycine et la clarithromycine.

Pour plus de renseignements