Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Tétanos

(trismus)

Par Larry M. Bush, MD, Affiliated Associate Professor of Medicine;Affiliated Professor of Biomedical Sciences, University of Miami-Miller School of Medicine;Charles E. Schmidt College of Medicine, Florida Atlantic University

Le tétanos est dû à une toxine produite par une bactérie anaérobie, Clostridium tetani. Sous l’action de la toxine, les muscles se rigidifient et se contractent involontairement (spasmes).

  • Le tétanos est rare aux États-Unis mais fréquent dans les pays en voie de développement.

  • Le diagnostic repose sur la clinique.

  • La vaccination ainsi que la désinfection des plaies peuvent empêcher le développement du tétanos.

  • Le traitement consiste à administrer des immunoglobulines antitétaniques pour neutraliser la toxine et prendre en charge les symptômes jusqu'à leur disparition.

Bien que rare aux États-Unis, le tétanos tue jusqu’à 500 000 personnes chaque année, principalement dans les pays en voie de développement.

Les spores de Clostridium tetani peuvent vivre pendant des années dans les selles des animaux et dans le sol. La bactérie du tétanos peut pénétrer dans l'organisme par

  • des plaies contaminées par de la terre ou des excréments (en particulier si la plaie n'est pas suffisamment nettoyée)

  • piqûres par des aiguilles non stériles (comme celles utilisées pour l'injection de drogues illicites ou pour les tatouages ou le piercing)

Parfois, la blessure est si petite que la personne ne consulte pas un médecin. Le tétanos a plus tendance à se développer au niveau des blessures où la peau est nécrosée (telles que les brûlures, les engelures, la gangrène ou les blessures par écrasement). L’oxygène étant absent dans les tissus nécrosés, les spores de la bactérie responsable du tétanos se multiplient et produisent une toxine qui chemine dans tout l’organisme et bloque l’envoi de signaux entre les nerfs.

Occasionnellement, le tétanos peut provoquer un avortement ou la mort du fœtus in utero s’il existe des lésions au niveau de l’utérus. Dans les pays en voie de développement, la contamination par de la terre du cordon ombilical sectionné peut être responsable de l’apparition de la maladie chez les nouveau-nés.

La vaccination pendant l’enfance plus des injections de rappel tous les 10 ans chez l’adulte peuvent empêcher l’apparition du tétanos (prévention). De ce fait, l’infection apparaît principalement chez les personnes qui n’ont pas été vaccinées ou dont la vaccination n’est pas à jour. Cette situation est plus fréquente dans les pays en voie de développement. Aux États-Unis, le risque de tétanos est élevé chez les utilisateurs de drogues illicites par voie injectable. Le risque est également élevé chez les personnes âgées car généralement, ils n’ont jamais été correctement vaccinés.

Symptômes du tétanos

Les symptômes du tétanos apparaissent généralement 5 à 10 jours après la blessure.

Les spasmes musculaires sont le trait caractéristique du tétanos. Les muscles se contractent involontairement (spasme) et se rigidifient. Les spasmes commencent généralement au niveau de la mâchoire (provoquant un trismus) et de la gorge (entraînant des difficultés pour avaler), puis au niveau du cou, des épaules, du visage et finalement de l’abdomen et des membres. De tels spasmes peuvent agir sur la respiration, parfois de façon tellement importante que les patients deviennent bleus. Le visage peut se trouver figé dans un sourire avec les sourcils relevés. Les muscles du dos se contractent, provoquant une cambrure extrême du dos. Les spasmes des muscles des sphincters peuvent provoquer une constipation et des difficultés pour uriner. De petites perturbations – comme un bruit, ou un coup donné dans le lit – peuvent déclencher des spasmes musculaires douloureux sur tout le corps. Rarement, les spasmes peuvent être limités aux groupes musculaires voisins de la lésion. Cette forme de tétanos localisé peut durer des semaines.

D'autres symptômes surviennent parce que le tétanos affecte le système nerveux, notamment la région qui contrôle les processus physiologiques internes, par exemple, la rapidité des battements du cœur. La personne atteinte peut être agitée et irritable. Même quand la maladie est grave, la personne reste consciente. Les personnes atteintes peuvent avoir les symptômes suivants : accélération du rythme cardiaque, transpiration excessive et forte fièvre.

Dans le monde entier, environ 50 % des personnes atteintes du tétanos meurent, généralement parce que les spasmes musculaires au niveau de la gorge, du thorax et de l'abdomen interfèrent avec la respiration. Mais aux États-Unis, environ 6 % seulement meurent si l’infection est correctement traitée. Les formes mortelles ont plus de chance d’être vues chez les utilisateurs de drogues illicites par voie intraveineuse, les très jeunes enfants et les personnes très âgées.

Chez les nouveau-nés, le tétanos touche l'ensemble du corps et est fréquemment mortel. Les enfants qui survivent peuvent être atteints de surdité.

Le saviez-vous ?

  • Un nettoyage méticuleux et précoce des plaies souillées peut empêcher l’apparition de cette maladie.

Diagnostic du tétanos

  • Examen du médecin

Un médecin suspecte un tétanos devant l’apparition d’une rigidité ou de spasmes au niveau de certains muscles (fréquemment, la mâchoire et les muscles du dos), en particulier si le patient a une blessure.

On peut parfois mettre la bactérie en culture à partir d’un échantillon prélevé au niveau de la blessure. Cependant, les résultats de la culture indiquent parfois un tétanos alors que la bactérie n'est pas présente (un résultat faux-positif), et le tétanos peut être présent même si aucune bactérie n'est détectée (un résultat faux-négatif). Par conséquent, le médecin ne se base pas sur la culture pour diagnostiquer un tétanos.

Prévention du tétanos

La prévention du tétanos est de loin préférable au traitement de la maladie déclarée.

Vaccination

Le tétanos se développe rarement chez les personnes qui ont reçu la totalité des doses de la primovaccination contre le tétanos (trois injections intramusculaires ou plus) et qui ont eu des injections de rappel tous les 10 ans, comme cela est recommandé. Le vaccin antitétanique stimule la production d’anticorps neutralisant la toxine. Mais la neutralisation peut demander des semaines.

Chez les jeunes enfants, le vaccin antitétanique est administré en association avec les vaccins contre la diphtérie et la coqueluche ( Vaccination des nourrissons et des enfants).

Les adultes qui ont eu une primovaccination complète doivent faire un rappel tous les 10 ans.

Après une blessure :

Lorsqu’une personne se blesse, elle doit immédiatement nettoyer minutieusement la plaie pour éviter l’apparition du tétanos. On peut vacciner contre le tétanos les personnes qui se sont blessées pour prévenir l’apparition de la maladie. Comme le vaccin n’est pas efficace avant plusieurs semaines, on fait parfois en plus des injections d’immunoglobulines antitétaniques. Ces injections fournissent des anticorps qui neutralisent immédiatement la toxine.

Après une blessure : Qui a besoin d’une vaccination antitétanique ?

plaies mineures, propres

Plaies profondes ou sales ⃰

Nombre d’injections antérieures

vaccin antitétanique

Immunoglobulines antitétaniques

vaccin antitétanique

Immunoglobulines antitétaniques

Incertain ou moins de 3

Oui

Non

Oui

Oui

3 ou plus

Oui, si délai supérieur à 10 ans depuis la dernière dose

Non

Oui, si délai supérieur à 5 ans depuis la dernière dose

Non

⃰*sont inclues les plaies contaminées par de la poussière, des selles ou de la salive, ainsi que les piqûres, les blessures avec perte de tissu, les blessures causées par un objet contondant ou par écrasement, les brûlures et les engelures.

La forme de vaccin utilisée dépend de l’âge de la personne. Pour les sujets âgés de 7 ans et plus, le vaccin diphtérie-tétanos est utilisé (Td). Les enfants âgés de moins de 7 ans sont vaccinés par le vaccin diphtérie-coqueluche-acellulaire- tétanos (dcaT). Les enfants qui ne peuvent pas être vaccinés par le vaccin contre la coqueluche (par exemple, ceux qui ont des convulsions ou sont atteints de certaines maladies cérébrales ou neurologiques) recevront le vaccin diphtérie-tétanos (DT)

Si trois doses seulement de vaccin ont été administrées, il convient d’administrer une 4ème dose.

Traitement du tétanos

  • Nettoyage de la plaie et élimination des tissus morts et des corps étrangers

  • Antibiotiques

  • Immunoglobulines antitétaniques

  • Traitement des symptômes, parfois en utilisant la ventilation mécanique

Les patients atteints de tétanos sont admis dans une unité de soins intensifs. La chambre est maintenue dans le calme pour éviter toutes perturbations pouvant déclencher des spasmes musculaires. Les blessures sont soigneusement nettoyées et le tissu nécrosé et les corps étrangers sont éliminés.

Des antibiotiques (généralement le métronidazole) sont administrés par voie intraveineuse pour tuer les bactéries et donc stopper la production de toxines. Cependant, les antibiotiques n’ont aucun effet sur les toxines déjà produites. De telles toxines continuent à provoquer des spasmes musculaires. On administre généralement des immunoglobulines antitétaniques pour neutraliser les toxines déjà produites. Le vaccin antitétanique est administré sauf si la vaccination du patient est à jour.

Des sédatifs, tels que le diazépam, une benzodiazépine, peuvent être prescrits pour contrôler les spasmes musculaires, pour aider à relaxer les muscles rigidifiés et pour supprimer la douleur et l’anxiété.

Si la rigidité musculaire interfère avec la respiration, un tube peut être placé dans la trachée (intubation trachéale), les muscles de la personne atteinte sont alors paralysés à l'aide d'un médicament qui de ce fait empêche les spasmes. Le tube est alors relié à Ventilation mécanique.

En cas de difficultés de déglutition, l’alimentation et l’hydratation se font par voie intraveineuse ou, plus rarement, par l’intermédiaire d’une tubulure insérée dans l’estomac par voie nasale.

Dès que le patient a récupéré, il est vacciné selon le schéma vaccinal complet, pour éviter les futurs épisodes de tétanos.

Pour plus de renseignements

Ressources dans cet article