Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Coccidioïdomycose

Par Alan M. Sugar, MD, Boston University School of Medicine;Cape Cod Healthcare

La coccidioïdomycose (fièvre de la vallée de San Joaquin, fièvre de la vallée) est une infection provoquée par le champignon Coccidioides immitis qui atteint généralement les poumons.

  • L’infection est provoquée par l’inhalation de spores de ce champignon.

  • En cas d’infection bénigne, l’infection pulmonaire est responsable de symptômes ressemblant à ceux de la grippe et parfois, d’un essoufflement, mais elle peut s’aggraver et se propager à tout le corps, provoquant différents symptômes.

  • Le diagnostic peut être confirmé par l’identification des champignons dans des échantillons de matériels infectés par examen microscopique ou mise en culture.

  • Les médicaments antifongiques doivent être administrés par voie orale ou intraveineuse, pendant des années, parfois durant toute la vie.

Les spores de coccidioïdes sont présentes dans les sols du sud-ouest des États-Unis, d’Amérique Centrale et d’Amérique du Sud. Les éleveurs et les agriculteurs sont davantage sujets à l’inhalation des spores et donc au développement de l’infection. L’infection contractée pendant un voyage peut ne pas donner de symptômes avant le retour.

Il existe deux formes de coccidioïdomycose :

  • Infection respiratoire bénigne (coccidioïdomycose primaire aiguë) : Cette infection disparaît sans traitement. Elle représente environ la moitié des cas de cette infection.

  • Infection sévère, progressive (coccidioïdomycose progressive). L’infection se propage à tout l’organisme et est souvent fatale. Elle est beaucoup plus fréquente chez les hommes et parmi la population noire, les Philippins et les Indiens d’Amérique. Cette forme est plus susceptible d’affecter les patients immunodéprimés – soit à cause d’une pathologie (en particulier le SIDA) soit à cause d’un traitement par des médicaments qui dépriment le système immunitaire.

Le saviez-vous ?

  • Une réaction allergique aux champignons coccidioïdes signifie généralement que le patient lutte efficacement contre l’infection.

Symptômes

La plupart des patients qui présentent une coccidioïdomycose aiguë primitive sont asymptomatiques. Lorsque les symptômes apparaissent, ils surviennent 1 à 3 semaines après le début de l’infection. Les symptômes sont généralement modérés et ressemblent à ceux de la grippe. Ils se manifestent par une toux, de la fièvre, des frissons, des douleurs thoraciques et parfois une dyspnée (essoufflement). La toux peut entraîner des expectorations éventuellement sanglantes. Certains sujets développent le rhumatisme du désert, qui associe une inflammation de la surface des yeux (conjonctivite), des articulations (arthrite) et la formation de nodules cutanés (érythème noueux). Ces effets, qui peuvent être douloureux, sont des réactions allergiques au champignon et sont le signe que les patients luttent efficacement contre le champignon.

La forme progressive est rare et peut se développer des semaines, des mois ou même des années après l’infection initiale. Une fièvre modérée et une perte de l’appétit associée à un amaigrissement et à une diminution de la force musculaire apparaissent alors. L’infection pulmonaire peut s’aggraver et provoquer une dyspnée (essoufflement). L’infection peut également se propager à partir des poumons aux os, aux articulations, au foie, à la rate et aux reins. Les articulations peuvent enfler et devenir douloureuses. Les champignons peuvent aussi infecter le cerveau et les tissus entourant le cerveau (méninges), provoquant une méningite. Cette infection souvent chronique est responsable de maux de tête, de confusion, de perte de l’équilibre, de dédoublement de la vue, et d’autres problèmes. Non traitée, cette méningite est toujours mortelle.

Diagnostic

Après avoir vécu ou séjourné dans des régions où la maladie est fréquente, des patients peuvent développer, dès leur retour ou peu après, des symptômes qui permettent de suspecter une coccidioïdomycose. La radiographie pulmonaire montre des anomalies. Mais pour identifier les champignons et donc confirmer le diagnostic, le médecin peut faire un examen au microscope d’échantillons de sang, de crachats, de pus, ou d’autres tissus infectés ou les mettre en culture.

Traitement

La coccidioïdomycose aiguë primitive disparaît en général spontanément sans traitement et la guérison est généralement complète. Cependant, lorsque le poumon est touché, certains médecins préfèrent traiter le patient.

Dans la forme progressive, le fluconazole est administré par voie orale, ou l’amphotéricine B par voie intraveineuse. Sinon, on peut traiter l’infection par le voriconazole ou le posaconazole.

En cas de méningite, l’amphotéricine B ou le fluconazole peuvent être injectés par voie intraveineuse. L’amphotéricine B peut être aussi injectée directement dans le liquide céphalorachidien.

Les récidives sont fréquentes à l’arrêt du traitement médicamenteux, mais il peut être efficace dans les infections localisées (par exemple, de la peau, des os ou des articulations). Il doit donc être prolongé pendant des années, et souvent à vie.

Les symptômes allergiques doivent souvent être traités comme par des corticoïdes.

Ressources dans cet article