Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Généralités sur les infections mycosiques

Par Alan M. Sugar, MD, Boston University School of Medicine;Cape Cod Healthcare

  • Comme les spores des champignons sont souvent présentes dans l’air ou sur le sol, les infections mycosiques débutent souvent au niveau des poumons ou de la peau.

  • Ces infections sont rarement graves sauf si le système immunitaire est affaibli, suite à des traitements médicamenteux ou à des pathologies.

  • Ce sont des infections à évolution lente.

  • Les médicaments antifongiques peuvent être appliqués directement sur le site infecté ou, en cas d’infection grave, être administrés par voie orale ou injectable.

Les champignons ne sont ni des plantes ni des animaux. On pensait autrefois que les champignons appartenaient au monde des plantes, mais maintenant ils ont leur propre règne. Certains champignons, y compris des levures telles que le genre Candida et des moisissures telles que les Aspergillus, ne peuvent être vus qu’au microscope. D’autres, y compris la moisissure du pain, et les « vrais champignons », sont visibles à l’œil nu. Les champignons peuvent se développer sous une forme ronde (comme les levures) ou sont formés de longs filaments fins (les hyphes). Certains peuvent apparaître sous ces deux formes au cours de leur cycle de vie.

Certains champignons se reproduisent par diffusion de spores microscopiques. Ces spores sont souvent présentes dans l’air et peuvent être inhalées ou se déposer à la surface de tout l’organisme, principalement la peau. Les infections mycosiques (mycoses) atteignent donc généralement les poumons ou la peau. La majorité des spores présentes sur la peau ou inhalées ne provoquent pas d’infection. En dehors de certaines infections des couches superficielles de la peau, les mycoses se transmettent rarement d’une personne à l’autre. Si le système immunitaire est normal, les mycoses ne se propagent pas aux organes profonds de l’organisme.

Le saviez-vous ?

  • Les champignons ont leur propre règne – ce ne sont ni des plantes ni des animaux.

Certains types de champignons (tels que les Candida) sont habituellement présents à la surface du corps ou dans l’intestin. Bien qu’ils ne soient normalement pas pathogènes, ces champignons sont responsables parfois d’infections localisées au niveau de la peau et des ongles ( Infections mycosiques de la peau), du vagin ( Généralités sur les infections vaginales), de la bouche ( Gingivite due à des infections), ou des sinus ( Infections fongiques des sinus). Les champignons sont rarement responsables de graves problèmes, sauf chez les patients atteints d’un déficit du système immunitaire ou les porteurs de matériels étrangers (y compris les matériels médicaux implantables comme les cathéters intraveineux ou les prothèses artificielles d’articulation ou de valve cardiaque).

La modification des conditions d’équilibre qui maintiennent les champignons sous le contrôle de l’organisme entraîne parfois le développement de l’infection. Par exemple, les bactéries de la flore intestinale et vaginale limitent le développement de champignons dans ces régions. Les antibiotiques prescrits dans le cadre d’un traitement peuvent éliminer ces bactéries protectrices et permettre aux champignons de se développer de façon anarchique. Il en résulte une croissance massive des champignons qui peut se manifester par des symptômes, généralement bénins. Lorsque les bactéries se multiplient de nouveau, l’équilibre se rétablit et le trouble disparaît.

Certaines infections mycosiques (l’histoplasmose, la blastomycose, la coccidioïdomycose, et la paracoccidioïdomycose) peuvent être dangereuses même chez des personnes en bonne santé. Les champignons responsables de ces infections existent dans l’environnement dans différentes régions du monde. Certaines infections mycosiques sont plus fréquentes dans certaines zones géographiques. Par exemple, la coccidioidomycose est presque exclusivement observée dans le sud-ouest des États-Unis. L’histoplasmose est particulièrement fréquente dans les vallées de l’Ohio et du Mississippi. La blastomycose, quant à elle, est observée essentiellement dans le centre et l’est des États-Unis (ainsi qu’en Afrique).

De nombreuses mycoses se développent lentement, et des mois ou années peuvent s’écouler avant que le patient ne consulte un médecin. Mais chez les patients immunodéprimés, les mycoses peuvent être très agressives, avec invasion d’autres organes aboutissant souvent à la mort. Le système immunitaire peut être affaibli suite à des traitements qui dépriment ce système (les immunosuppresseurs), comme les chimiothérapies ou les médicaments utilisés dans la prévention du rejet des greffes d’organes, ou suite à des pathologies telles que le SIDA.

Plusieurs médicaments sont actifs contre les infections mycosiques, mais la structure et la composition chimique des champignons rend leur élimination difficile. En cas de mycose, les antifongiques peuvent être appliqués directement sur la peau ou d’autres surfaces corporelles, comme le vagin ou l’intérieur de la bouche. Les médicaments antifongiques peuvent également être administrés par voie orale ou injectable pour traiter les infections plus graves. Dans le cas des infections graves, il est souvent nécessaire de faire un traitement pendant plusieurs mois.

Médicaments utilisés dans les mycoses sévères

Médicament

Exemples d’utilisation :

Quelques effets secondaires

Amphotéricine B

Large variété de mycoses

Frissons, fièvre, maux de tête, vomissements, diminution du taux sanguin de potassium, lésions rénales, et anémie

Anidulafungine

Caspofungine

Micafungine

Aspergilloses, candidoses, et éventuellement d’autres infections

Fièvre, nausées, et inflammation des veines

Fluconazole

Candidose et autres mycoses, y compris la cryptococcose

Inflammation du foie (hépatite) mais moins importante qu’avec le kétoconazole

Flucytosine

Candidoses et infections à cryptocoques

Atteinte de la moelle osseuse et des reins

Itraconazole

Candidoses et autres infections mycosiques

Nausées, diarrhée, inflammation hépatique (foie) mais moindre qu’avec le kétoconazole

Absorption erratique du médicament au niveau intestinal

Kétoconazole

Candidoses et autres infections mycosiques

Nausées et vomissements, inhibition de la production de testostérone et de cortisol, et inflammation hépatique

Posaconazole

Aspergilloses, candidoses et nombreuses autres mycoses

Nausées, vomissements et rarement, inflammation hépatique

Voriconazole

Aspergilloses et candidoses

Troubles de la vue réversibles

Ressources dans cet article