Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Mucormycose

Par Alan M. Sugar, MD, Boston University School of Medicine;Cape Cod Healthcare

La mucormycose (zygomycose) est une infection provoquée par des moisissures appartenant à l’ordre des Mucorales.

  • L’infection est provoquée par l’inhalation de spores produites par ces moisissures.

  • Elle est responsable de douleurs, de fièvre et parfois, de toux et peut détruire des structures du visage.

  • Le diagnostic est fait par identification du champignon dans des échantillons tissulaires.

  • La plupart des patients sont traités par de fortes doses d’amphotéricine B administrées par voie intraveineuse, et les tissus infectés et nécrosés (morts) sont éliminés chirurgicalement.

La mucormycose est due à l’inhalation de spores produites par des moisissures appartenant à l’ordre des Mucorales. De nombreuses moisissures du pain font partie de ces moisissures qui sont fréquentes dans l’environnement. Les patients inhalent probablement les spores de ces moisissures continuellement. Cependant, la plupart de ces moisissures ne sont pas pathogènes.

Cette infection touche le plus fréquemment le nez, les sinus, les yeux, et le cerveau – cette forme est appelée la mucormycose rhinocérébrale. Cette infection sévère potentiellement mortelle affecte typiquement les patients atteints d’un déficit immunitaire suite à une pathologie, telle que la malnutrition ou un diabète incontrôlé. Le poumon est l’autre site de développement fréquent de la mucormycose. La peau et le tube digestif sont rarement atteints.

Symptômes

Des douleurs, de la fièvre et une infection de l’orbite (cellulite orbitaire), qui se traduit par une saillie de l’œil atteint (proptose), constituent les symptômes de la mucormycose rhinocérébrale. Du pus est éliminé par le nez. Le palais, les os faciaux de l’orbite, les sinus et le septum nasal (paroi séparant les narines) peuvent être détruits par l’infection. Lorsqu’elle touche le cerveau, cette infection provoque parfois des convulsions, une paralysie partielle et un coma.

La mucormycose pulmonaire provoque de la fièvre, une toux et parfois des difficultés respiratoires.

Le champignon a tendance à envahir les artères. Ce phénomène aboutit à la formation de caillots sanguins et la mort des tissus. Le champignon se développe anarchiquement au niveau des tissus nécrosés (morts), qui noircissent. Les zones entourant le tissu nécrosé peuvent saigner.

Diagnostic

Les symptômes de mucormycose peuvent s’apparenter à ceux d’autres maladies infectieuses, et le diagnostic est parfois difficile à poser d’emblée. Généralement, le diagnostic est fait par identification du champignon dans les cultures des échantillons de tissus infectés.

Le saviez-vous ?

  • Si le diagnostic et le traitement ne sont pas faits précocement, la mucormycose peut provoquer des dégâts sur le visage ; la chirurgie est nécessaire mais si ces dégâts sont très graves, les patients sont alors défigurés.

Traitement

La plupart des patients atteints de mucormycose sont traités par de fortes doses d’amphotéricine B administrée par voie intraveineuse. De l’insuline est administrée aux patients atteints d’un diabète incontrôlé, afin de diminuer leur glycémie (taux de sucre dans le sang).

Les tissus infectés et en particulier, les tissus nécrosés (morts) doivent être éliminés par exérèse chirurgicale. Il est nécessaire de diagnostiquer et de traiter précocement cette infection pour éviter le décès ou une exérèse chirurgicale très importante, qui souvent provoque une défiguration.

La mucormycose est une infection très grave. Même lorsqu’on enlève le maximum de tissus infectés et de tissus nécrosés et que les antifongiques appropriés sont administrés, un grand nombre de patients meurent.

Ressources dans cet article