Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Filariose lymphatique

Par Richard D. Pearson, MD, University of Virginia School of Medicine

La filariose lymphatique est l’infection du système lymphatique par une espèce de vers ronds parmi trois.

  • La personne infectée a de la fièvre, des ganglions lymphatiques enflés, une douleur dans les membres et à l’aine, et, si l’infection devient chronique, l’œdème peut devenir permanent et défigurant.

  • Le diagnostic repose sur l’identification des formes immatures (microfilaires) du ver dans un échantillon de sang.

  • Les personnes infectées sont généralement traitées par la diéthylcarbamazine, qui tue les larves immatures dans le sang et certains des vers adultes.

La filariose lymphatique est une filariose fréquemment responsable d’invalidité permanente dans le monde entier. Environ 120 millions de personnes sont infectées, et 40 millions de personnes ont été défigurées par la maladie. La filariose lymphatique est due à

  • Wuchereria bancrofti : Dans les régions tropicales et subtropicales de l’Afrique, l’Asie, le Pacifique, et les Amériques, y compris Haïti.

  • Brugia malayi ou Brugia timori : En Asie du Sud et du Sud-Est.

Mode de transmission

L’infection est transmise lorsqu’un moustique infecté pique une personne et dépose des larves du ver dans la peau de la personne. Les larves passent dans le système lymphatique, où elles parviennent à maturité. Les vers adultes peuvent faire 4 à 10 centimètres de long. Les adultes produisent des millions de larves immatures (appelées microfilaires) qui circulent dans le sang et le système lymphatique. L’infection se propage lorsqu’un moustique pique une personne infectée, puis pique une autre personne.

Symptômes

Les symptômes de la filariose lymphatique sont généralement provoqués par les vers adultes. Les microfilaires ne produisent pas de symptômes et disparaissent progressivement de la circulation sanguine une fois que la personne a quitté la région touchée par l’infection.

Stade précoce de l’infection (aiguë)

Tôt au cours de l’infection, la personne infectée peut présenter des symptômes pendant 4 à 7 jours. Elle peut présenter une fièvre, une hypertrophie (gonflement) des ganglions au niveau de l’aine et des aisselles, et des douleurs au niveau de l’aine et des membres. Du pus peut s’accumuler dans une jambe et diffuser à la surface de la peau, produisant une cicatrice.

Les infections bactériennes de la peau et des tissus sous-cutanés sont plus susceptibles de survenir, car le système lymphatique est moins en mesure de défendre l’organisme contre les infections à cause du ver.

Souvent, les symptômes disparaissent, puis reviennent. Ils sont plus sévères quand la personne est exposée à l’infection pour la première fois.

Infection chronique

Après de nombreuses années d’infection, les vaisseaux lymphatiques s’élargissent. La plupart des personnes infectées à ce stade sont asymptomatiques. Mais chez certains, le gonflement devient progressivement permanent (chronique). Les jambes sont affectées le plus souvent, mais les bras, les seins, et les organes génitaux peuvent l’être aussi. Ce gonflement (appelé lymphœdème) se développe parce que

  • Les vers adultes vivent dans le système lymphatique et réduisent le flux de lymphe provenant des tissus, ce qui provoque une accumulation de lymphe dans les vaisseaux lymphatiques.

  • Les vers déclenchent une réponse du système immunitaire qui génère une inflammation et un gonflement.

Le gonflement rend la peau spongieuse. Une pression appliquée sur la peau laisse une empreinte qui ne disparaît pas immédiatement (phénomène dénommé œdème prenant le godet). Le gonflement chronique peut durcir et épaissir la peau (éléphantiasis). Chez les hommes, le scrotum peut enfler.

Les infections bactériennes et fongiques de la peau sont fréquentes. Elles contribuent au développement de l’éléphantiasis.

Certaines personnes ont de légères douleurs articulaires.

Plus rarement, l’infection touche les poumons. La personne infectée peut présenter une légère fièvre, une toux, ou une respiration sifflante et se sentir essoufflée. Si l’infection persiste, un tissu cicatriciel (fibrose) peut se former dans les poumons.

Diagnostic

  • Examen d’un échantillon de sang

Le diagnostic repose sur l’identification des microfilaires dans un échantillon de sang examiné au microscope. L’échographie permet de visualiser les vers adultes qui se déplacent dans les vaisseaux lymphatiques élargis.

Un test sanguin qui permet d’identifier rapidement les signes de l’infection a été conçu. Toutefois, sa valeur est limitée, car il ne permet pas de distinguer les filaires d’autres vers, ou les infections passées de l’infection actuelle.

Prévention

Le meilleur moyen de se protéger contre la filariose lymphatique est d’éviter de se faire piquer par les moustiques en prenant les mesures suivantes :

  • Utiliser des insecticides répulsifs

  • Porter des vêtements imprégnés de perméthrine (insecticide)

  • Porter des chemises à manches longues et des pantalons longs

  • Mettre des moustiquaires au-dessus des lits

Dans les régions où la filariose lymphatique est endémique, la diéthylcarbamazine ou d’autres médicaments utilisés comme traitement peuvent aussi être efficaces pour prévenir l’infection. Ces médicaments réduisent le nombre de microfilaires dans le sang des personnes infectées et de ce fait empêchent la propagation de la maladie. Dans certaines régions, la diéthylcarbamazine a été ajoutée au sel de table.

Traitement

  • Médicaments utilisés pour traiter les infections par un ver (médicaments antihelminthiques) ou doxycycline (un antibiotique)

  • Traitement des effets à long terme

Infection aiguë

Les premiers brefs symptômes disparaissent généralement d’eux-mêmes. On ignore si le traitement empêche ou atténue les effets à long terme.

Les choix de traitement pour la filariose lymphatique comprennent

  • Diéthylcarbamazine : Ce médicament est pris par voie orale pendant 1 ou 12 jours. Il tue les microfilaires et certains vers adultes.

  • Albendazole plus ivermectine ou diéthylcarbamazine : Une dose d’albendazole est prise par voie orale. Les deux associations de traitements réduisent rapidement le nombre de microfilaires dans la circulation sanguine, mais l’ivermectine ne tue pas les vers adultes.

  • Doxycycline : Cet antibiotique est pris pendant 4 à 6 semaines. Il tue certaines bactéries qui vivent dans les vers et qui sont essentielles à leur survie, entraînant donc la mort des vers.

Infection chronique

Les effets de l’infection chronique sont traités.

Le gonflement chronique nécessite un soin cutané méticuleux. Il faut faire attention de ne pas abîmer la peau et de nettoyer avec soin toutes coupures ou écorchures aussi petites soient-elles. Ces soins contribuent à prévenir les infections bactériennes. Le gonflement peut être réduit en enveloppant le membre affecté de bandages élastiques ou en le surélevant. En cas d’éléphantiasis sévère, comprenant le gonflement du scrotum, une procédure chirurgicale peut être pratiquée pour améliorer le drainage du système lymphatique.

Les infections bactériennes sont traitées par antibiotiques par voie orale. Les antibiotiques peuvent ralentir ou prévenir l’évolution vers l’éléphantiasis.

Pour les problèmes pulmonaires, la diéthylcarbamazine prise pendant 14 à 21 jours est efficace. Toutefois, l’infection revient chez près d’un quart des personnes. Il faut alors répéter le traitement.