Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Méningoencéphalite amibienne primitive

Par Richard D. Pearson, MD, University of Virginia School of Medicine

La méningoencéphalite amibienne primitive est une infection rare, généralement fatale du système nerveux central (cerveau et moelle épinière) due à Naegleria fowleri.

Les amibes responsables de cette infection vivent dans les eaux douces, souvent stagnantes partout dans le monde. Quand les patients, généralement des enfants ou de jeunes adultes, nagent dans des eaux contaminées, les amibes peuvent pénétrer au niveau du système nerveux par l’intermédiaire des muqueuses nasales. Une fois arrivées au cerveau, elles provoquent une inflammation, la mort des tissus et une hémorragie.

Symptômes

Les symptômes apparaissent 1 à 2 semaines après l’exposition. Parfois, le premier symptôme est une modification de l’odorat ou du goût. Ensuite apparaissent des maux de tête, une raideur de la nuque, une sensibilité à la lumière, des nausées et des vomissements. Les patients deviennent confus, somnolents et peuvent convulser. L’évolution est rapide, aboutissant à la mort dans les 10 jours.

Diagnostic

  • Ponction lombaire et analyse du liquide céphalorachidien

  • Biopsie du cerveau

La suspicion du diagnostic médical repose sur les symptômes apparus chez le patient et sur la notion de bain récent en eau douce, mais la confirmation de ce diagnostic est difficile. Une ponction lombaire est effectuée pour prélever un échantillon de liquide céphalorachidien (liquide entourant le cerveau et la moelle épinière). Cet examen peut exclure d’autres causes possibles de méningite et d’infection cérébrale, mais il n’est pas toujours possible de découvrir les amibes dans l’échantillon.

Parfois un échantillon de tissu cérébral est prélevé pour être examiné au microscope et analysé (biopsie).

D’autres techniques peuvent être effectuées dans des laboratoires spécialisés et sont plus susceptibles de détecter les amibes. Elles comprennent la mise en culture, la réaction en chaîne par polymérase (PCR) pour mettre en évidence le matériel génétique de l’amibe, et la coloration permettant de révéler les amibes dans le tissu cérébral.

Traitement

  • Une association de médicaments

Comme seulement quelques patients survivent, il est difficile de trouver le meilleur traitement. Les médecins le plus souvent utilisent une association de médicaments comprenant

  • Miltéfosine, qui doit être obtenue auprès des centres pour le contrôle et la prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention, CDC)

et un ou plusieurs des médicaments suivants :