Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Microsporidiose

Par Richard D. Pearson, MD, University of Virginia School of Medicine

La microsporidiose est une infection due à un protozoaire du genre Microsporidia. Les symptômes dépendent des organes infectés, mais l’infection provoque généralement des diarrhées, d’autres troubles intestinaux, ou des symptômes oculaires.

  • Des symptômes apparaissent principalement chez des personnes dont le système immunitaire est affaibli, comme celles atteintes du SIDA.

  • Les symptômes varient, mais comprennent une diarrhée chronique, des douleurs abdominales, une fièvre, une perte de poids, et une inflammation oculaire.

  • Le diagnostic repose sur l’identification du protozoaire dans un échantillon de tissu infecté.

  • Les médicaments antiparasitaires peuvent contrôler l’infection mais pas l’éliminer.

Différentes espèces de Microsporidia sont responsables d’infections chez l’homme, mais les symptômes apparaissent principalement chez les patients atteints du SIDA ou d’autres déficits du système immunitaire. Ces protozoaires peuvent infecter l’intestin, les canaux biliaires, la cornée, les muscles, les voies respiratoires, les voies urinaires, et parfois, le cerveau. L’infection peut diffuser dans tout le corps.

La transmission des Microsporidia se fait par l’intermédiaire de spores qui peuvent être ingérées ou inhalées ou pénétrer au niveau de l’œil. Ces parasites peuvent être transmis d’homme à homme ou par contact avec un animal. À l’intérieur de l’organisme, les spores transpercent une cellule et y injectent des substances qui se transformeront en spores. La cellule éventuellement peut se rompre, libérant ainsi les spores. Ces spores peuvent essaimer dans tout l’organisme, provoquant une inflammation, ou être excrétées au niveau respiratoire, dans les selles ou dans les urines.

Symptôme de la microsporidiose

Les symptômes de la microsporidiose varient en fonction de

  • L’espèce responsable de l’infection

  • Les organes affectés

  • L’état de fonctionnement du système immunitaire

Les personnes avec un système immunitaire normal n’ont aucun symptôme, mais la microsporidiose peut être responsable de diarrhées chroniques chez les patients atteints du SIDA. Parmi les autres symptômes de la microsporidiose, il peut y avoir des douleurs abdominales, un ictère (jaunisse), une fièvre, une perte de poids, une toux persistante, une douleur sur le côté (flanc), des douleurs musculaires, des céphalées, et une irritation oculaire avec une rougeur de l’œil. La vision peut devenir floue. Une infection sévère peut entraîner une cécité.

Diagnostic de la microsporidiose

  • Examen d’un échantillon de tissu infecté au microscope

Pour faire le diagnostic, on examine au microscope un échantillon de tissu atteint, généralement à l’aide de techniques spéciales permettant de mieux visualiser le protozoaire. Il peut être nécessaire de prélever des échantillons de selles, d’urine, de sang, de crachats, de liquide céphalorachidien (par ponction lombaire), de cornée (par un frottis) ou d’autres tissus (par biopsie).

Des tests spéciaux sont aussi utilisés pour détecter le matériel génétique du parasite (ADN) dans l’échantillon.

Traitement de la microsporidiose

  • Pour la diarrhée persistante, albendazole (un médicament d’ordinaire utilisé pour traiter les infections par un ver, médicament antihelminthique)

Si le système immunitaire est normal, un traitement de la microsporidiose est rarement nécessaire.

Pour la diarrhée persistante, albendazole, pris par voie orale, peut aider à contrôler les symptômes si l’espèce responsable de l’infection y est sensible. Cependant, le médicament n’élimine pas l’infection.

Si la personne atteinte a le SIDA, il est aussi très important de traiter l’infection au VIH le plus efficacement possible. Ce traitement peut renforcer le système immunitaire affaibli, ce qui aide généralement à contrôler la diarrhée.

Les symptômes oculaires peuvent être soulagés par des collyres contenant de l’albendazole ou de la fumagilline. Si ce n’est pas le cas, il peut être nécessaire de réparer la cornée chirurgicalement (kératoplastie).