Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Fièvre jaune

Par Craig R. Pringle, BSc, PhD, Emeritus Professor, School of Life Sciences, University of Warwick

La fièvre jaune est une maladie virale transmise par les moustiques qui apparaît principalement sous les tropiques.

La fièvre jaune est due à un flavivirus. Les moustiques sont responsables de la transmission de cette maladie.

La fièvre jaune est une des infections virales les plus facilement reconnues et les plus importantes d’un point de vue historique. Par le passé, de grandes épidémies de fièvre jaune ont causé des dizaines de milliers de morts. Si, à l’origine, la maladie était répandue dans les zones tropicales et tempérées du globe, elle ne survient plus actuellement que dans les zones tropicales d’Afrique centrale, d’Amérique Centrale et d’Amérique du Sud. L’infection est plus courante au cours des mois chauds, pluvieux et humides en Amérique du Sud et au cours de la fin de la saison des pluies et le début de la saison sèche en Afrique.

Symptômes

Certains sujets infectés sont asymptomatiques. D’autres ont des symptômes légers, et d’autres encore sont atteints d’une maladie grave, menaçant le pronostic vital.

Les symptômes apparaissent généralement environ 3 à 6 jours après la piqûre d’un moustique infecté. Les premiers symptômes sont des céphalées, des étourdissements, des douleurs musculaires, des frissons, et une fièvre légère, d’apparition soudaine. Nausées, vomissements, constipation, fatigue extrême, irritabilité et agitation sont fréquents. Le visage est rouge.

Tous ces symptômes persistent pendant quelques jours. Certains patients récupèrent alors, mais d’autres développent une forte fièvre, des nausées, des vomissements et, de très fortes douleurs généralisées quelques heures ou quelques jours après l’apparition des symptômes initiaux. La peau devient jaune (ictère) car il y a atteinte du foie. Souvent apparaissent des saignements au niveau du nez, de la bouche et du tube digestif. Certaines personnes peuvent vomir du sang. Elles peuvent devenir confuses et apathiques. Une hypotension grave (choc) et un coma sont parfois observés. Les infections sévères peuvent être responsables de convulsions, d’un dysfonctionnement de nombreux organes, et d’un coma. Jusqu’à 50 % des personnes atteintes d’hémorragies sévères et de fièvre meurent.

Diagnostic

  • Culture et analyse de sang

Le médecin suspecte une fièvre jaune quand des personnes vivant dans des régions où cette infection est fréquente présentent des symptômes typiques. On fait le diagnostic par mise en culture des virus ou recherche des anticorps dirigés contre le virus dans le sang.

Prévention

La prévention comprend

  • Éviter les piqûres de moustiques

  • Vaccination

  • Isolement

La mesure préventive essentielle est d’éviter les piqûres de moustiques. Les personnes qui vivent dans les régions où la fièvre jaune est fréquente, ou qui les visitent, peuvent

  • Appliquer sur la peau un insecticide répulsif contenant du DEET (diéthyltoluamide)

  • Utiliser une moustiquaire

  • Porter des chemises à manches longues et des pantalons longs

On dispose d’un vaccin qui est efficace à 95 % dans la prévention de la fièvre jaune. Aux États-Unis, le vaccin n’est administré que dans les cliniques de vaccination de la fièvre jaune autorisées par le service américain de la santé publique. Ces centres sont toutefois nombreux (voir CDC : Yellow Fever Vaccination Clinics). Beaucoup de pays exigent que seulement les personnes en provenance de régions où sévit la fièvre jaune soient vaccinées. Les personnes qui se rendent dans les régions où la fièvre jaune est courante doivent être vaccinées.

Le vaccin n’est pas administré aux

  • Femmes enceintes

  • Nourrissons de moins de 6 mois

  • Personnes qui ont un système immunitaire affaibli, comme les patients atteints du SIDA

Si l’infection est suspectée ou diagnostiquée, la personne est isolée dans une pièce équipée de moustiquaires aux fenêtres et vaporisée d’insecticide pour éviter la transmission du virus par les moustiques.

Traitement

  • Soins d’accompagnement

Le traitement comprend des soins d’accompagnement, notamment des médicaments pour traiter ou prévenir les saignements, par exemple des injections de vitamine K (qui facilite la coagulation).

Il n’existe aucun traitement spécifique pour cette infection.