Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Varicelle

Par Craig R. Pringle, BSc, PhD, Emeritus Professor, School of Life Sciences, University of Warwick

La varicelle est une infection très contagieuse par le virus varicelle-zona qui provoque une éruption cutanée prurigineuse caractéristique, constituée de petites lésions surélevées, pustuleuses ou croûteuses.

  • La varicelle touche le plus souvent les enfants, mais le vaccin a considérablement diminué le nombre de cas.

  • Les enfants peuvent présenter un mal de tête léger, une fièvre modérée, une perte d’appétit et se sentir globalement malades avant l’apparition de l’éruption cutanée.

  • Le diagnostic repose sur la reconnaissance des symptômes, en particulier l’éruption cutanée.

  • La plupart des enfants guérissent complètement, bien que certains enfants puissent devenir très malades, et même mourir.

  • Une vaccination de routine peut prévenir la varicelle.

  • Le plus souvent, le traitement se concentre uniquement sur les symptômes.

La varicelle est le plus souvent une infection infantile. Avant l’introduction d’un vaccin en 1995, environ 90 % de tous les enfants contractaient la varicelle avant l’âge de 15 ans. Aujourd’hui la vaccination a réduit d’environ 70 % le nombre de cas de varicelle par an. Cependant, dans certains pays, le vaccin n’est pas disponible ou ne fait pas partie des vaccins pédiatriques recommandés de façon routinière.

L’infection se transmet par l’intermédiaire de gouttelettes d’humidité suspendues dans l’air contenant le virus varicelle-zona, qui est un herpèsvirus ( Généralités sur les infections par les herpèsvirus). La varicelle est très contagieuse juste après le début des symptômes ; mais elle le reste jusqu’à ce que les dernières vésicules se soient transformées en croûtes.

Chez les enfants dont le système immunitaire est normal, la varicelle est rarement grave. La plupart des personnes atteintes de la varicelle n’ont que des ulcérations sur la peau et dans la bouche. Cependant, il arrive que le virus infecte les poumons, le cerveau, le cœur, le foie, ou les articulations. Ces infections graves sont plus fréquentes chez les nouveau-nés, les adultes, et les personnes dont le système immunitaire est affaibli (comme celles qui sont infectées par le VIH ou qui prennent des médicaments qui inhibent le système immunitaire ou de fortes doses de corticostéroïdes).

Les personnes qui ont eu la varicelle développent une immunité et ne peuvent pas la contracter à nouveau. Cependant, le virus varicelle-zona reste quiescent dans l’organisme après l’infection initiale par le virus de la varicelle, et se réactive parfois, plus tard dans la vie, sous forme de zona ( Zona). Un vaccin contre le zona est disponible pour les personnes âgées. Ce vaccin diminue le risque de développer un zona chez les personnes âgées.

Symptômes

Les symptômes débutent 10 à 21 jours après l’infection. Ceux-ci incluent

  • Légers maux de tête

  • Fièvre modérée

  • Perte de l’appétit

  • Sensation de malaise général

Souvent les jeunes enfants n’ont pas ces symptômes, mais les symptômes sont généralement sévères chez les adultes.

Environ 24 à 36 heures après le début des premiers symptômes apparaît une éruption cutanée caractérisée par de petits boutons rouges et plats. Les boutons apparaissent en général initialement sur le tronc et le visage, et s’étendent plus tard aux bras et aux jambes. Certains enfants ne présentent que quelques boutons. D’autres en sont recouverts, y compris sur le cuir chevelu et à l’intérieur de la bouche.

Dans les 6 à 8 heures chaque bouton plat se surélève ; une vésicule ronde prurigineuse remplie de liquide apparaît alors sur un fond rouge, puis finalement se recouvre d’une croûte. Pendant plusieurs jours, des boutons continuent à apparaître et à se transformer en croûtes. Les boutons peuvent être infectés par des bactéries, provoquant une infection cutanée avec des rougeurs (cellulite, Cellulite) ou des vésicules (impétigo bulleux, Impétigo et ecthyma) ou, rarement, une infection des tissus sous-cutanés.

Les boutons cessent en général d’apparaître vers le cinquième jour ; la majeure partie est croûteuse vers le sixième jour et la plupart disparaissent en moins de 20 jours.

Parfois, les enfants qui ont été vaccinés développent la varicelle. Chez ces enfants, l’éruption cutanée est généralement moins grave, l’apparition de fièvre est moins fréquente, et la maladie dure moins longtemps. Le contact avec les ulcérations peut, cependant, propager l’infection.

Les boutons dans la bouche se rompent rapidement et laissent place à des lésions ouvertes (ulcérations), qui rendent souvent la déglutition douloureuse. Ces ulcérations peuvent aussi apparaître sur les paupières, au niveau des voies aériennes supérieures, dans le rectum et le vagin. Des boutons sur les cordes vocales (larynx) et dans les voies aériennes supérieures peuvent parfois provoquer de graves difficultés respiratoires. Les ganglions lymphatiques sur les côtés du cou peuvent grossir et devenir sensibles. La période la plus difficile de la maladie dure en général 4 à 7 jours.

Complications

L’infection pulmonaire (pneumonie) se produit chez environ 1 personne sur 400, essentiellement chez les adolescents et les adultes, provoquant une toux et une gêne respiratoire.

L’infection cérébrale (encéphalite) est moins fréquente et entraîne des déséquilibres lors de la marche, des céphalées, des étourdissements, une confusion et des convulsions. Chez les adultes, l’encéphalite est potentiellement mortelle. Elle survient dans 1 à 2 cas de varicelle sur 1 000.

L’infection cardiaque provoque parfois un souffle cardiaque.

L’inflammation articulaire provoque des douleurs articulaires. L’inflammation du foie et des saignements peuvent également survenir.

Le syndrome de Reye, une complication rare mais très grave, survient presque uniquement chez les personnes âgées de moins de 18 ans et peut apparaître dans les 3 à 8 jours après le début de l’éruption ( Syndrome de Reye). L’administration d’aspirine chez les enfants infectés augmente le risque.

Les femmes enceintes qui ont la varicelle présentent un risque de complications graves (une pneumonie, par exemple), et peuvent en mourir. Si la varicelle apparaît au cours du 1er trimestre ou au début du deuxième, le fœtus peut être infecté. Cette infection peut provoquer des cicatrices sur la peau, des malformations congénitales, et un faible poids à la naissance.

Le risque de complications est également accru chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli.

Diagnostic

  • Examen clinique

  • Rarement, analyses de sang et analyses d’un échantillon prélevé au niveau d’une ulcération.

Le diagnostic de varicelle est généralement certain devant l’éruption cutanée et les autres symptômes typiques.

Les analyses de sang visant à mesurer le taux d’anticorps dans le sang et les analyses de laboratoire permettant d’identifier le virus (d’ordinaire en utilisant un échantillon de frottis des ulcérations) sont rarement nécessaires.

Pronostic

Presque tous les enfants sains guérissent de la varicelle sans séquelles ; seuls 2 enfants environ sur 100 000 décèdent. Avant la vaccination systématique, environ 4 millions de personnes avaient la varicelle annuellement aux États-Unis, et environ 100 d’entre elles (dont la moitié était des enfants) mouraient à cause des complications de la varicelle.

L’infection est plus grave chez les adultes. Environ 30 adultes sur 100 000 meurent.

La varicelle est mortelle chez jusqu’à 15 % des personnes qui présentent un système immunitaire affaibli.

Lorsqu’une personne qui a été vaccinée développe la varicelle, la maladie est moins grave, et il y a moins de cas de décès.

Prévention

Aux États-Unis, les enfants sont habituellement vaccinés contre la varicelle-zona, d’abord à l’âge de 12 mois, puis avec un rappel à l’âge de 4 à 6 ans ( Vaccination des nourrissons et des enfants et Vaccin contre la varicelle). Le vaccin contre la varicelle contient le virus de la varicelle vivant, affaibli. Les enfants plus âgés et les adultes (en particulier les femmes susceptibles d’être enceintes et les adultes atteints de troubles chroniques) qui n’ont pas d’immunité peuvent aussi être vaccinés.

Certaines personnes ne doivent pas être vaccinées :

  • Les personnes dont le système immunitaire est affaibli, y compris celles qui prennent des doses élevées de corticostéroïdes

  • Les enfants qui prennent de l’aspirine régulièrement

  • Les femmes enceintes et celles qui ont l’intention de commencer une grossesse 1 à 3 mois après la vaccination

  • Les personnes qui sont plus que légèrement malades au moment de la vaccination

L’isolement des personnes infectées permet de prévenir la dissémination de l’infection à des personnes qui n’ont jamais eu la maladie. Les enfants ne doivent pas retourner à l’école, ni les adultes au travail, avant que les dernières vésicules soient recouvertes de croûtes.

Après l’exposition à la varicelle

Les personnes fragiles à haut risque de complications, et qui ont été exposées à la varicelle, peuvent recevoir des anticorps dirigés contre le virus varicelle-zona (immunoglobulines contre le virus varicelle-zona). Il peut s’agir de personnes atteintes de leucémie ou dont le système immunitaire est affaibli, des femmes enceintes qui n’ont pas déjà eu la varicelle ou le vaccin, et des nouveau-nés dont la mère a développé la varicelle 5 jours avant ou 2 jours après l’accouchement). Le traitement par les immunoglobulines contre le virus varicelle-zona peut empêcher l’infection ou limiter sa gravité.

Traitement

  • Pour les personnes avec des symptômes légers, mesures visant à soulager les symptômes

  • Pour les personnes présentant un risque de développement de symptômes graves, médicaments antiviraux

Les cas de varicelle légers ne nécessitent que le traitement des symptômes. Des compresses humides appliquées sur la peau calment le prurit, qui peut être intense, et évitent le grattage, qui peut disséminer l’infection et provoquer des cicatrices. En raison du risque d’infections bactériennes, la peau doit être régulièrement lavée à l’eau et au savon, les mains doivent toujours être propres, les ongles doivent être coupés pour limiter au maximum les lésions de grattage et les vêtements doivent être propres et secs. Si les démangeaisons sont sévères, des médicaments qui soulagent les démangeaisons, comme les antihistaminiques, peuvent être administrés par voie orale. Prendre des bains de flocons d’avoine peut également aider. En cas d’infection bactérienne, des antibiotiques peuvent être nécessaires.

Le médecin prescrit généralement des médicaments antiviraux, comme l’aciclovir, le valaciclovir, et le famciclovir, à tous les adolescents et les adultes présentant un risque de symptômes modérés à sévères, y compris aux personnes atteintes de maladie de la peau comme l’eczéma, de maladie pulmonaire chronique, et celles dont le système immunitaire est affaibli. Les médicaments peuvent légèrement réduire la gravité et la durée des symptômes, mais ils doivent être administrés dans les 24 heures de l’apparition de la maladie pour être efficaces. En général, les médicaments antiviraux ne sont pas administrés aux enfants en bonne santé ou aux femmes enceintes.