Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Embolie gazeuse

Par Alfred A. Bove, MD, PhD, Temple University School of Medicine

L'embolie gazeuse est l'obstruction de la circulation sanguine vers les organes, provoquée par des bulles gazeuses dans une artère.

  • Dans les quelques minutes suivant leur arrivée à la surface, les plongeurs peuvent perdre connaissance ou présenter des symptômes semblables à ceux d’un AVC.

  • Il faut leur administrer de l'oxygène, les faire allonger et les envoyer le plus tôt possible dans un caisson de recompression.

Les bulles d'air peuvent pénétrer dans le sang après un barotraumatisme pulmonaire ( Barotraumatisme pulmonaire) ou un accident de décompression ( Accident de décompression), atteindre un organe quelconque de l'organisme et obstruer de petits vaisseaux sanguins, le plus fréquemment ceux du cerveau, mais également ceux du cœur, de la peau et des reins. Un embolie gazeuse très importante peut bloquer la circulation entre les cavités du cœur ou dans les grosses artères.

Les symptômes

L'embolie gazeuse est la première cause de décès chez les plongeurs. Les symptômes d’embolie gazeuse apparaissent, en général, quelques minutes après avoir atteint la surface. L'embolie gazeuse cérébrale ressemble souvent à un accident vasculaire cérébral, produisant des céphalées (maux de tête), une confusion, une agitation, une paralysie partielle ou une perte de sensibilité. Certaines personnes perdent soudainement connaissance ou sont prises de convulsions. L'embolie gazeuse grave peut entraîner un choc ( Choc) et le décès.

Le diagnostic

On présume que les plongeurs qui perdent connaissance pendant ou peu de temps après la remontée ont subi une embolie gazeuse. Ils doivent être traités sans délai. Les examens d'imagerie parfois pratiqués ne sont pas toujours fiables.

Le traitement

Il faut faire allonger les personnes immédiatement et leur administrer de l'oxygène. On doit les faire revenir sans délai dans un environnement sous haute pression afin que les bulles d'air soient comprimées et forcées de se dissoudre dans le sang. Dans ce but, de nombreux centres médicaux disposent d’un caisson à haute pression (caisson de recompression ou hyperbare).

Un vol en avion, même à basse altitude, diminue la pression atmosphérique et permet aux bulles d’augmenter de volume, mais il peut être justifié s’il permet de transporter plus rapidement la personne jusqu’à un caisson approprié. Dans la mesure du possible, l’avion qui transporte le blessé doit avoir une pression égale à celle du niveau de la mer, ou ne pas voler au-dessus de 610 mètres d’altitude.