Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Empoisonnement par des substances corrosives

Par Gerald F. O’Malley, DO, Thomas Jefferson University and Hospital ; Rika O’Malley, MD

  • Les substances corrosives (acides forts et produits alcalins), si elles sont avalées, brûlent tous les tissus qu'elles touchent—depuis les lèvres jusqu'à l'estomac.

  • Les symptômes qui se manifestent comprennent de la douleur (en particulier quand on avale [déglutition]), de la toux, de l'essoufflement et des vomissements.

  • Un médecin insère une sonde flexible d’observation dans l'œsophage pour détecter les brûlures et en déterminer la gravité.

  • Le traitement est déterminé en fonction de l'étendue des lésions et peut nécessiter une intervention chirurgicale.

Les substances corrosives (acides forts et bases alcalines), si elles sont avalées, peuvent brûler la langue, la bouche, l’œsophage et l’estomac. Ces brûlures peuvent provoquer une rupture (perforation) œsophagienne ou de l’estomac. Les aliments et la salive issus de la perforation provoquent des infections graves, parfois mortelles, au niveau thoracique (médiastinite ou empyème) ou dans l’abdomen (péritonite). Les brûlures non perforantes peuvent laisser des cicatrices à l’œsophage et à l’estomac.

Les produits industriels sont habituellement les plus nocifs, car particulièrement concentrés. Cependant, certains produits domestiques courants tels que les déboucheurs, les nettoyants pour WC ou les détergents pour lave-vaisselle contiennent des substances corrosives nocives, comme l’hydroxyde de sodium (soude) et l’acide sulfurique.

Les substances corrosives sont disponibles sous forme solide ou liquide. La sensation de brûlure provoquée par une particule solide accrochée à une surface mouillée (telle que les lèvres) peut éviter qu’une personne n’ingère une trop grande quantité de produit. En revanche, puisque les liquides n’adhèrent pas, il est plus facile de consommer une plus grande quantité du produit et la totalité de l’œsophage peut se retrouver lésée. Les liquides peuvent être inhalés (aspirés) dans les voies respiratoires, ce qui conduit à des lésions des voies aériennes supérieures.

Les symptômes

Une douleur dans la bouche et dans la gorge survient rapidement, en quelques minutes en général, et peut être très intense, notamment lors de la déglutition. Se manifestent alors toux, sialorrhée, impossibilité d’avaler, vomissements, vomissement de sang et difficulté respiratoire. Dans les cas graves d’empoisonnement par des substances très corrosives, le patient peut présenter une forte baisse de la tension artérielle (état de choc), une gêne respiratoire ou une douleur thoracique, pouvant entraîner un décès. Les brûlures des voies respiratoires peuvent causer de la toux, une fréquence respiratoire accélérée ou de la détresse respiratoire.

La perforation de l’œsophage ou de l’estomac peut se produire au bout de quelques heures ou à tout moment dans la première semaine après l’ingestion, souvent après des vomissements ou une toux violente. L’œsophage peut se perforer dans la zone comprise entre les poumons (médiastin) ou dans la région adjacente au poumon (cavité pleurale). Quelles que soient les circonstances, elles causent d'intenses douleurs thoraciques, de la fièvre, une fréquence cardiaque rapide, une respiration rapide, de l'hypotension artérielle et le besoin de chirurgie. La péritonite donne lieu à une grave douleur abdominale.

Les cicatrices de l’œsophage entraînent un rétrécissement (sténose), souvent à l’origine de troubles de la déglutition. Les sténoses se forment habituellement plusieurs semaines après la brûlure, parfois sur des brûlures qui initialement n’avaient provoqué que de légers symptômes. Les sujets présentant des cicatrices et des lésions de l’œsophage peuvent souffrir d'un cancer de l’œsophage plusieurs années après l'accident.

Le diagnostic et le traitement

La bouche est examinée pour trouver des traces de brûlures chimiques. Puisque l’œsophage et l’estomac peuvent être brûlés malgré l’absence de brûlures dans la bouche, le médecin insère un endoscope (une sonde souple à fibres optiques) dans l’œsophage afin de rechercher les brûlures, surtout si la personne bave ou présente des difficultés pour déglutir. L’inspection directe permet au médecin de déterminer la gravité de la lésion et éventuellement de prévoir le risque de rétrécissements ultérieurs et le recours possible à une réparation chirurgicale de l’œsophage.

Le traitement est choisi en fonction de l’étendue des dommages. Les patients atteints de brûlures graves ont parfois besoin d’un traitement chirurgical immédiat, afin d’éliminer les tissus gravement lésés.

Les substances corrosives peuvent provoquer autant de lésions en remontant qu’en descendant dans l’œsophage, il ne faut donc pas provoquer de vomissements en cas d’ingestion d’une substance corrosive. Il ne faut pas administrer de sirop d'ipéca ni de charbon.

Si les brûlures sont discrètes, le patient peut être encouragé à boire des liquides, du lait ou de l'eau, suffisamment tôt pour diluer le liquide corrosif dans l'estomac. L'ingestion de liquides peut commencer chez soi ou en route vers l'hôpital. Tant que la personne ne peut pas boire seule, les liquides sont administrés par voie intraveineuse. Les perforations sont traitées par des antibiotiques et la chirurgie. En cas de développement de sténose, une prothèse-tube (stent) peut être placée dans la partie étroite de l’œsophage, pour éviter qu’il ne se ferme et pour faciliter les dilatations ultérieures. Des dilatations répétées peuvent s’avérer nécessaires pendant des mois, voire des années. En cas de sténoses graves, une intervention de reconstruction de l’œsophage peut être nécessaire.