Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Intoxication par les insecticides

Par Gerald F. O’Malley, DO, Thomas Jefferson University and Hospital ; Rika O’Malley, MD

  • Un grand nombre d’insecticides peuvent provoquer un empoisonnement après avoir été ingérés ou absorbés par la peau.

  • Les symptômes peuvent comprendre les larmoiements, la toux et des difficultés respiratoires.

  • Le diagnostic est fondé sur les symptômes, les analyses de sang et la description des événements ayant entouré l'empoisonnement.

  • Plusieurs médicaments sont efficaces pour traiter les intoxications graves.

Les propriétés des insecticides qui sont létales pour les insectes sont parfois nocives pour l’homme. La plupart des empoisonnements graves aux insecticides sont le résultat d’insecticides de type organophosphorés et carbamates, surtout quand ils sont utilisés dans des tentatives de suicide. Comme exemples de produits organophosphorés, on peut citer le malathion, le parathion, le fenthion, le dursban, le diazinon, le chlorpyrifos et le sarin. Certains parmi ces composés sont dérivés de gaz qui attaquent les nerfs. Comme exemples de carbamates, on peut citer l'aldicarb, le carbaryl, le carbofuran, le fenobucarb et l'oxamyl. Les pyréthrines et les pyréthroïdes, qui sont fréquemment utilisées comme insecticides, sont dérivées de fleurs et ne sont pas toxiques pour les humains.

Un grand nombre d’insecticides peuvent provoquer un empoisonnement après avoir été ingérés ou absorbés par la peau. Certains insecticides sont inodores, c’est pourquoi la personne n’a pas conscience de l’exposition. Les insecticides organophosphorés et les carbamates agissent sur certains nerfs de telle sorte qu'ils émettent des impulsions de manière désordonnée ; de nombreux organes deviennent alors hyperactifs et peuvent cesser de fonctionner. Les pyréthrines peuvent parfois provoquer des réactions allergiques. Les pyréthroïdes sont rarement à l’origine de troubles.

Les symptômes

Les organophosphorés et les carbamates sont la cause de larmoiement, de troubles de la vision, de salivation, de sueurs, de toux, de vomissements et également de fréquentes défécations et mictions. La tension artérielle peut baisser. Le rythme cardiaque peut se ralentir et devenir irrégulier, des convulsions peuvent survenir. Des difficultés respiratoires, des spasmes et une faiblesse musculaire peuvent également se produire. La dyspnée ou l’atonie musculaire sont rarement mortelles. Les symptômes durent plusieurs heures ou plusieurs jours après l’exposition aux carbamates, mais peuvent durer des semaines après une exposition aux organophosphorés.

La pyréthrine provoque des éternuements, des larmoiements, de la toux et, parfois, une gêne respiratoire. Des symptômes graves se manifestent rarement.

Le diagnostic et le traitement

Le diagnostic d’intoxication par insecticide repose sur les symptômes et sur la description des événements ayant entouré l'empoisonnement. Des tests sanguins permettent de confirmer l’empoisonnement par les organophosphorés ou les carbamates.

Quand un insecticide entre en contact avec la peau, il faut enlever les vêtements et laver la peau du patient. En cas de symptômes d’empoisonnement par les organophosphorés, il faut consulter un médecin. L’atropine, administrée par voie intraveineuse, peut soulager la plupart des symptômes. La pralidoxime, également administrée par voie intraveineuse, accélère la guérison des fonctions nerveuses en éliminant la cause des symptômes. Les symptômes de l’empoisonnement par carbamates sont soulagés par l’atropine, mais en général pas par la pralidoxime. Les symptômes d'intoxication par la pyréthrine ne nécessitent pas de traitement.