Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Fractures de la hanche

(Fractures du col du fémur ; Fractures sous-épiphysaires ; Fractures intertrochantériennes ; Fractures sous-trochantériennes)

Par Danielle Campagne, MD , Assistant Clinical Professor, Department of Emergency Medicine, University of San Francisco - Fresno

Les fractures de la hanche peuvent survenir au niveau de l’extrémité supérieure arrondie (tête) du fémur, au niveau de la partie étroite du fémur juste en dessous de la tête (col), ou au niveau des renflements de la zone plus large juste en dessous du col.

  • Les fractures de la hanche surviennent généralement chez les personnes âgées et sont souvent dues à une chute mineure, particulièrement chez les personnes souffrant d’ostéoporose.

  • Généralement, le fait de bouger la jambe affectée, de se tenir debout et/ou de marcher cause une douleur importante.

  • Les médecins confirment le diagnostic avec des radiographies ou parfois d’autres examens d’imagerie.

  • Une chirurgie est généralement réalisée pour réparer la hanche ou parfois pour remplacer l’articulation.

Plus de 270 000 fractures de la hanche surviennent aux États-Unis chaque année. Environ 90 % d’entre elles surviennent chez des personnes âgées de plus de 60 ans. Une femme sur 3 et 1 homme sur 6 atteignant l’âge de 90 ans aura subi une fracture de la hanche. Les fractures de la hanche sont plus fréquentes chez les personnes âgées, car elles sont plus à même de :

La plupart des fractures de la hanche sont dues à des chutes, mais chez les personnes âgées souffrant d’ostéoporose, les contraintes des activités ordinaires (comme se tourner dans le lit, se lever d’un fauteuil ou marcher) peuvent casser la hanche.

L’articulation de la hanche se compose de l’extrémité supérieure arrondie (tête) du fémur et d’une partie de l’os pelvien. La tête arrondie du fémur se loge dans la cavité concave de l’os pelvien. Il s’agit d’une articulation sphéroïde. Sous la tête, le fémur devient plus étroit, formant le col du fémur. Sous le col se trouve une zone plus large renfermant deux gros renflements (que l’on appelle trochanters). Les muscles puissants des jambes et des fesses sont attachés aux trochanters par des tendons.

Le fémur : Partie de l’articulation de la hanche

La plupart des fractures de la hanche surviennent juste en dessous de la tête du fémur. Il existe deux types fréquents :

  • Les fractures dites du col du fémur (sous-épiphysaires), qui surviennent au niveau du col fémoral.

  • Les fractures intertrochantériennes, qui affectent les gros renflements juste en dessous du col.

Les fractures de la hanche peuvent également survenir au niveau de la tête du fémur ou sous les gros renflements (ce que l’on appelle fractures sous-trochantériennes).

Les fractures du col fémoral sont particulièrement problématiques, car le plus souvent elles interrompent l’apport sanguin à la tête fémorale. Sans un bon apport sanguin, l’os ne peut se ressouder, et il peut même s’effondrer et mourir (ce que l’on appelle ostéonécrose). Une arthrite sévère douloureuse peut se développer.

Les fractures intertrochantériennes interrompent rarement l’apport sanguin alimentant la tête du fémur. La surface cassée de l’os peut saigner mais généralement pas suffisamment pour causer des problèmes graves. Ces fractures sont en général le résultat d’une chute ou d’un choc direct.

Symptômes

Les fractures de la hanche sont généralement très douloureuses.

Si les morceaux d’os cassé se sont séparés, les personnes ne peuvent pas marcher, se tenir debout ou bouger la jambe. Lorsqu’elles s’allongent, la jambe affectée peut sembler plus courte et peut ne pas tourner. Néanmoins, si les morceaux cassés ont été coincés ensemble et que la fracture est petite, les personnes peuvent parfois marcher, car la douleur est légère et la jambe semble normale.

Si une grosse quantité de sang fuit de la fracture ou de vaisseaux sanguins déchirés se trouvant à côté, les personnes peuvent ressentir des vertiges ou se sentir faibles. La zone peut gonfler, et une ecchymose violacée peut se développer.

Parfois, lorsque la hanche est cassée, la douleur semble venir du genou plutôt que de la hanche. Cette sensation est due au fait que le genou et la hanche ont certaines voies nerveuses en commun. Cette douleur est ce que l’on appelle une douleur irradiée ( Qu’est-ce qu’une douleur projetée ?).

Si la fracture de la hanche force les personnes à rester couchées pendant longtemps, elles sont exposées à un risque accru de développer des problèmes graves ( Problèmes dus à l’alitement prolongé), tels que :

  • Escarres de décubitus

  • Caillots sanguins, pouvant entraîner une embolie pulmonaire

  • Confusion mentale

  • Pneumonie

  • Perte musculaire et diminution de la condition physique générale (ce que l’on appelle déconditionnement)

Les personnes âgées sont plus à même d’avoir des problèmes dus au repos au lit, et ces problèmes peuvent avoir des conséquences plus graves. La fracture de la hanche peut changer la manière dont elles vivent. Les personnes âgées peuvent être incapables de mener à bien leurs activités quotidiennes habituelles. Elles peuvent avoir besoin de quelqu’un pour les aider à domicile ou peuvent devoir aller en maison de santé. Les personnes peuvent déprimer si la fracture limite ce qu’elles peuvent faire ou met fin à leur indépendance.

Diagnostic

  • Radiographies

  • Parfois, tomodensitométrie ou imagerie par résonance magnétique

Les médecins suspectent une fracture de la hanche en se basant sur la description de la lésion par la personne, les symptômes et les résultats de l’examen clinique.

La radiographie montre en général une fracture évidente et peut aider les médecins à confirmer le diagnostic. Néanmoins, les radiographies se révèlent parfois normales, même lorsqu’une fracture est présente ; par exemple, lorsque la fracture est petite et que les fragments sont toujours en place. Ainsi, si les médecins suspectent toujours une fracture de la hanche ou si les personnes continuent à présenter une douleur et ne peuvent pas tenir debout un jour ou plus après la chute, ils utilisent l’imagerie par résonance magnétique (IRM) à la recherche de petites fractures. La tomodensitométrie (TDM) est parfois utilisée, mais elle est moins précise pour détecter les petites fractures de la hanche.

Traitement

  • Généralement, chirurgie pour réparer ou remplacer la hanche

  • Rééducation

Généralement, le traitement se compose d’une chirurgie, car elle raccourcit la durée pendant laquelle les personnes doivent rester alitées et elle réduit le risque de problèmes graves pouvant être causés par le repos au lit. La chirurgie permet aux personnes de sortir du lit et de commencer à marcher dès que possible. En général, les personnes peuvent effectuer quelques pas avec un déambulateur 1 à 2 jours après l’intervention. La rééducation (kinésithérapie) commence dès que possible ( Rééducation après une fracture de hanche).

Le saviez-vous ?

  • Le traitement chirurgical est préférable pour une fracture de la hanche parce qu’il permet de marcher plus tôt et d’éviter les problèmes graves pouvant résulter d’un alitement trop long.

Les hanches fracturées peuvent être chirurgicalement réparées ou remplacées. La procédure utilisée pour la réparation est ce que l’on appelle réduction ouverte avec fixation interne (ROFI, Chirurgie). La hanche est réparée si la fracture n’est pas trop sévère. La hanche peut être remplacée (ce que l’on appelle arthroplastie) lorsque la fracture est sévère ou lorsque l’apport sanguin vers la tête du fémur a été perturbé.

Réparation d’une fracture de la hanche

Les articulations de la hanche sont réparées lorsque la fracture n’est pas trop sévère. La réalisation de la réparation dépend de la localisation de la fracture sur le fémur :

  • Fractures du col du fémur (sous-épiphysaires) : Ces fractures surviennent au niveau du col du fémur. Des broches métalliques peuvent être insérées pour soutenir la tête fémorale.

  • Fractures intertrochantériennes : Ces fractures surviennent au niveau des gros renflements de l’os (trochanters) sous le col du fémur. Pour ces fractures, une vis de compression coulissante et une plaque latérale en métal peuvent être utilisées. D’autres traitements, comme la pose d’une prothèse de la hanche, peuvent être utilisés selon l’état de santé de la personne.

La réparation de la hanche préserve l’articulation de la hanche de la personne.

Les fractures du col du fémur peuvent être réparées en insérant des broches métalliques dans le col et dans la tête du fémur.

Les fractures intertrochantériennes peuvent être réparées en fixant une vis de compression coulissante et une plaque latérale en métal pour maintenir les fragments d’os dans leur position normale pendant la guérison de la fracture. Cette réparation est généralement suffisamment solide pour que les personnes puissent se tenir debout et s’appuyer sur la jambe affectée peu après la chirurgie. Bien que l’os guérisse généralement en quelques mois, la plupart du temps, il faut au moins 6 mois avant que les personnes se sentent aussi à l’aise et fortes qu’avant la fracture et qu’elles puissent marcher comme avant. Néanmoins, de plus en plus, les fractures de la hanche sont traitées avec des vis intramédullaires (type de vis utilisé pour stabiliser l’os) ou une prothèse totale de hanche.

Pose d’une prothèse de la hanche

Il est possible de remplacer tout ou partie de l’articulation de la hanche. Avant de remplacer l’articulation, les médecins retirent les morceaux d’os cassé.

Si une prothèse partielle de la hanche (hémiarthroplastie) est nécessaire, les médecins utilisent une pièce en métal de forme sphérique (prothèse) conçue pour se loger dans la cavité de l’articulation de l’os pelvien. La prothèse est dotée d’une tige solide qui s’adapte au centre du fémur. Certaines prothèses sont fixées sur l’os par du ciment plastique à prise rapide. D’autres prothèses possèdent des revêtements poreux ou en céramique particuliers, sur lesquels l’os en croissance peut directement se fixer et se développer.

Remplacement de la hanche

Il est possible de remplacer tout ou partie de l’articulation de la hanche :

  • Prothèse partielle de la hanche (hémiarthroplastie) : Quand la partie supérieure du fémur (tête) est gravement lésée, elle peut être remplacée par une partie artificielle (prothèse), en métal.

  • Prothèse totale de hanche (arthroplastie totale de hanche) : Parfois, la surface de la cavité dans laquelle la tête du fémur se loge (formant l’articulation de la hanche) doit également être remplacée. L’emboîture est remplacée par une coque métallique recouverte de plastique durable.

.

Une prothèse totale de hanche (arthroplastie totale de hanche) est parfois nécessaire, par exemple, lorsqu’une fracture du col du fémur peut perturber l’apport sanguin de la hanche. Dans cette procédure, la tête fémorale et la surface de la cavité sont remplacées.

Après une arthroplastie de la hanche, les personnes commencent en général à marcher à l’aide de béquilles ou d’un déambulateur 1 à 2 jours après l’intervention, puis avec une canne 6 semaines après.

Les articulations artificielles ne durent pas éternellement. La personne, surtout si elle est active ou lourde, peut nécessiter une nouvelle intervention 10 à 20 ans plus tard.

Le remplacement articulaire constitue souvent une bonne option pour les personnes âgées, car elles ne devraient pas nécessiter une autre intervention. De plus, les personnes âgées en retirent un grand bénéfice, notamment la possibilité de marcher presque immédiatement après l’intervention.

Ressources dans cet article