Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Fractures de la hanche

Par James R. Roberts, MD, Drexel University College of Medicine;Mercy Catholic Medical Center

  • Les fractures de la hanche surviennent le plus souvent chez les personnes âgées. Elles peuvent être causées par des chutes peu importantes, en particulier chez les personnes affectées d'ostéoporose.

  • La plupart des personnes atteintes d'une fracture de la hanche ne peuvent ni bouger la jambe, ni se tenir debout ni marcher.

  • Les fractures de la hanche sont diagnostiquées par des radiographies ou des examens d'imagerie.

  • Quand on a recours à la chirurgie, on remplace parfois l'articulation.

Plus de 270 000 fractures de la hanche se produisent aux États-Unis chaque année, et environ 90 % surviennent chez des personnes de plus de 60 ans. Les fractures de la hanche sont fréquentes chez les personnes âgées à cause de l'ostéoporose et des chutes. L'utilisation de certains médicaments augmente le risque de fracture de la hanche chez les personnes âgées (voir Vieillissement et médicaments). Une femme sur 3 et 1 homme sur 6 atteignant l'âge de 90 ans aura subi une fracture de la hanche. Les fractures de la hanche chez les personnes âgées peuvent entraîner des complications menaçant le pronostic vital, comme des caillots de sang et une pneumonie. Les fractures de la hanche changent le mode de vie des sujets. Par exemple, une personne ayant subi une fracture de hanche peut avoir besoin de soins de suivi ou peut devoir déménager pour aller dans une maison de soins.

L’extrémité supérieure de l'os de la cuisse (fémur) comporte de grandes proéminences osseuses (trochanters) sur lesquelles s’insèrent des muscles puissants, puis le col assez court et enfin la tête sphérique qui forme la partie externe de l’articulation de la hanche. La plupart des fractures de la hanche surviennent juste sous la tête sphérique (fracture du col ou fracture sous-capitale) ou sur les trochanters (fracture intertrochantérienne).

Les fractures du col fémoral sont particulièrement problématiques, car le plus souvent elles interrompent l’apport sanguin à la tête fémorale, qui forme l’articulation de la hanche. Sans un apport de sang satisfaisant, l’os ne peut pas guérir et finit par se nécroser. Ces fractures peuvent être causées par une force minime telle que la marche chez les personnes atteintes d'ostéoporose et peuvent être des fractures de fatigue.

Les fractures intertrochantériennes ont tendance à créer de grandes surfaces osseuses fracturées qui provoquent des hémorragies internes. Ces fractures sont en général le résultat d'une chute ou d'un choc direct.

Les symptômes et le diagnostic

La plupart des personnes âgées atteintes de fracture de la hanche ne peuvent pas bouger la jambe et encore moins se tenir debout ou marcher. Quand le médecin les examine, leur membre paraît raccourci et tourné vers l’extérieur, à cause de la traction non équilibrée des muscles. Un gonflement et une ecchymose se forment, en raison du sang qui s’échappe au niveau de la fracture. Les fractures de la hanche peuvent causer une douleur dans le genou, appelée douleur irradiée.

La radiographie montre en général une fracture évidente et peut aider le médecin à confirmer le diagnostic. Cependant, des lignes fines de fracture peuvent ne pas être visibles initialement sur la radiographie. Quand un médecin suspecte une fracture de la hanche ou si la personne continue à souffrir en étant incapable de se tenir debout un jour ou plus à la suite d'une chute, il est recommandé d'effectuer un examen d'imagerie par résonance magnétique (IRM) ou une tomodensitométrie (TDM).

Le saviez-vous ?

  • Le traitement chirurgical est préférable pour une fracture de la hanche chez les personnes âgées parce qu'il leur permet de marcher plus tôt et d'éviter les problèmes graves pouvant résulter d'un alitement trop long.

Le traitement

La plupart des personnes qui souffrent d’une fracture de la hanche sont traitées chirurgicalement. Si les personnes atteintes d'une fracture de la hanche sont obligées de garder le lit à cause de leur pathologie, elles courent un risque accru de complications graves, telles que : escarres, caillots sanguins entraînant une embolie pulmonaire, confusion mentale et pneumonie. L'un des grands avantages de la fixation chirurgicale consiste dans le fait que cette dernière permet au patient de se lever du lit et de commencer à marcher dès que possible. En général, la personne peut effectuer quelques pas avec un déambulateur 1 à 2 jours après l’intervention. La rééducation physique commence dès que possible.

Le type d’intervention dépend du type de fracture.

Réparation d'une fracture de la hanche

Il existe 2 types fréquents de fracture de la hanche. Les fractures dites du col du fémur ou sous-épiphysaires surviennent au niveau du col fémoral. Les fractures intertrochantériennes se produisent au niveau des grandes proéminences osseuses (trochanters) où s’insèrent les puissants muscles des fesses et des jambes. Lorsque la fracture n’est pas trop grave, on peut poser chirurgicalement des broches métalliques pour soutenir la tête fémorale. Cet acte chirurgical conserve l’articulation originelle du patient.

Les fractures du col du fémur peuvent être réparées à l'aide de broches métalliques ou, après avoir retiré les morceaux fracturés, en remplaçant la tête du fémur par un implant métallique (remplacement partiel de la hanche par la pose d'une prothèse). L'implant peut s'avérer nécessaire lorsque l'alimentation sanguine de la tête fémorale a été endommagée.

Les fractures intertrochantériennes sont traitées avec une vis de compression coulissante et une plaque latérale qui maintient les fragments d'os en place pendant la guérison de la fracture. La fixation est en général suffisamment résistante pour permettre de mettre le poids corporel en appui sur la jambe peu de temps après l'intervention chirurgicale. Bien que les fragments d'os guérissent normalement au bout de deux mois, la plupart des personnes ont besoin de 6 mois pour retrouver leur niveau original de confort, de résistance et de capacité de marche.

Remplacement partiel de la hanche

Si un remplacement partiel de la hanche est nécessaire, des implants métalliques spéciaux sont employés. Ils sont constitués d’une surface sphérique polie s’insérant dans la cavité articulaire, et d’une tige solide s’insérant dans le canal médullaire central du fémur. Certains implants prothétiques sont fixés sur l’os par du ciment plastique à prise rapide. D’autres implants possèdent des revêtements poreux ou en céramique particuliers, sur lesquels l’os en croissance peut directement se fixer et se développer.

Remplacement de la hanche

Quand la partie supérieure (tête) du fémur est gravement endommagée, elle peut être remplacée par une partie artificielle (prothèse), en métal (généralement une prothèse de Moore). Cette intervention est appelée prothèse partielle de la hanche. Très rarement, la cavité où s’insère la tête du fémur (formant l'articulation de la hanche ou acétabulum) doit être également remplacée. Le composant utilisé est une coque métallique recouverte d’une matière plastique résistante. Cette intervention est appelée prothèse totale de hanche.

Après une intervention de remplacement articulaire, le patient commence en général à marcher immédiatement à l’aide de béquilles ou d’un déambulateur, puis avec une canne 6 semaines après. Cependant, les articulations artificielles ne durent pas éternellement. Le patient, surtout s’il est actif ou lourd, peut nécessiter une nouvelle intervention 10 à 20 ans plus tard. Le remplacement articulaire est souvent avantageux pour les personnes âgées, car la probabilité de devoir effectuer une nouvelle intervention chirurgicale est très faible. De plus, les personnes âgées en retirent un grand bénéfice, notamment la possibilité de marcher presque immédiatement après l’intervention.

Parfois, l’intégralité de l’articulation doit être remplacée. Cette procédure est fréquemment employée pour traiter l'arthrose. Le remplacement de l'articulation complète est rarement utilisé pour le traitement des fractures.

Ressources dans cet article