Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Intoxication par des fruits de mer

Par Gerald F. O’Malley, DO, Professor of Emergency Medicine, Sidney Kimmel School of Medicine, Thomas Jefferson University and Hospital ; Rika O’Malley, MD, Attending Physician, Department of Emergency Medicine, Einstein Medical Center

Une gastro-entérite peut être due à l’ingestion de poissons osseux ou de mollusques. Il existe trois types courants d’intoxication causée par l’ingestion de poissons osseux :

  • Ciguatera

  • Tétrodotoxine

  • Scombridé

Intoxication par la ciguatera

L’intoxication par la ciguatera peut être due à la consommation de l’une des 400 espèces de poissons des récifs tropicaux de Floride, des Antilles ou du Pacifique. La toxine est produite par des dinoflagellés, organismes marins microscopiques consommés par les poissons. Elle s’accumule dans la chair de ces poissons. Les poissons âgés et plus grands (comme la loche, le vivaneau et le kingfish) sont plus toxiques que les poissons plus petits et plus jeunes. Le goût du poisson n’est pas altéré. Les méthodes de traitement actuelles, notamment la cuisson, ne parviennent pas à détruire la toxine.

Les symptômes initiaux (crampes abdominales, nausées, vomissements et diarrhée) peuvent commencer 2 à 8 heures après l’ingestion du poisson, et peuvent durer de 6 à 17 heures. Les symptômes tardifs peuvent comprendre :

  • Démangeaisons

  • Sensation de picotements

  • Maux de tête

  • Courbatures

  • Inversion des sensations de chaud et de froid

  • Douleurs faciales

Au cours des mois qui suivent, des sensations inhabituelles et une nervosité peuvent persister.

Les médecins peuvent traiter les personnes affectées par des perfusions intraveineuses de mannitol (médicament réduisant l’œdème et la tension), mais il n’est pas certain que ce traitement soit efficace.

Intoxication par la tétrodotoxine

L’intoxication par la tétrodotoxine est la plus courante au Japon, car les Japonais mangent du poisson-lune (fugu) en sashimi, mais plus de 100 espèces d'eau douce et d'eau salée contiennent la tétrodotoxine. Les symptômes sont similaires à ceux de l’intoxication par la ciguatera. Quand une grande quantité de toxine est ingérée, les muscles peuvent devenir paralysés et la mort peut survenir par paralysie des muscles régulant la respiration. La toxine ne peut être détruite ni par la cuisson ni par la congélation.

Intoxication scombéroïde ou histaminique

Après leur capture, les tissus des poissons tels que maquereau, thon, bonite, bonites et dauphin bleu (mahi-mahi) se dégradent en produisant des quantités importantes d’histamine. Lorsqu’elle est ingérée, l’histamine provoque une congestion immédiate du visage. Elle peut également provoquer des nausées, des vomissements, des douleurs abdominales et de l’urticaire quelques minutes après l’ingestion du poisson. Les symptômes, souvent confondus avec une allergie aux fruits de mer, durent normalement moins de 24 heures. Le poisson peut avoir un goût poivré ou amer. Contrairement aux autres intoxications par les poissons, cette intoxication peut être évitée par l’emploi d’une méthode de conservation appropriée après la pêche. Les médicaments antihistaminiques tels que la diphénhydramine et la ranitidine peuvent être utiles pour soulager les symptômes.

Intoxication par les mollusques

L’intoxication par les mollusques se produit souvent de juin à octobre, essentiellement sur les côtes du Pacifique et de la Nouvelle-Angleterre. Des mollusques tels que les moules, les palourdes, les huîtres et les coquilles Saint-Jacques absorbent des dinoflagellés venimeux à certaines périodes, quand l’eau prend une coloration rouge et est appelée marée rouge.

Les dinoflagellés génèrent une toxine (dite neurotoxine) qui attaque les fibres nerveuses. Cette toxine, la saxitoxine, résiste à la cuisson et provoque une intoxication marine paralysante.

Le premier symptôme, des fourmillements autour de la bouche, débute 5 à 30 minutes après l’ingestion. Des nausées, vomissements, et des crampes abdominales se manifestent ensuite et sont suivis de faiblesse musculaire. Parfois, la faiblesse progresse jusqu’à la paralysie des bras et des jambes. La faiblesse des muscles essentiels à la respiration peut être suffisamment sévère pour être fatale. Les personnes qui survivent se rétablissent en général complètement.