Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Présentation de l’intoxication

Par Gerald F. O’Malley, DO, Professor of Emergency Medicine, Sidney Kimmel School of Medicine, Thomas Jefferson University and Hospital ; Rika O’Malley, MD, Attending Physician, Department of Emergency Medicine, Einstein Medical Center

L’intoxication est l’effet nocif qui intervient lorsque l’on avale ou inhale une substance toxique, ou lorsque cette dernière entre en contact avec la peau, les yeux ou les muqueuses, telles que la bouche ou le nez.

  • Les substances toxiques possibles comprennent les médicaments prescrits et en vente libre, les drogues (illicites), les gaz, les produits chimiques, les vitamines, les aliments, les champignons, les plantes, et le venin de certains animaux.

  • Certains poisons ne posent aucun danger alors que d’autres peuvent causer de graves intoxications, voire le décès.

  • Le diagnostic est basé sur les symptômes ou les renseignements obtenus des personnes empoisonnées ou des témoins et, parfois, d’après des analyses de sang et d’urine.

  • Il faut toujours conserver les médicaments dans leur conditionnement d’origine résistant aux enfants et les garder hors de la portée des enfants.

  • Le traitement consiste à soutenir la personne affectée, à éviter l’absorption supplémentaire de poison et parfois, à augmenter l’élimination du poison.

Plus de 2 millions de personnes souffrent d’un type d’intoxication quelconque chaque année aux États-Unis. Les médicaments (prescrits ou en vente libre) et les drogues sont les causes les plus fréquentes d’intoxications graves et de décès liés à une intoxication ( Empoisonnement par le paracétamol, Intoxication par l’aspirine). Il existe d’autres poisons fréquents tels que des gaz (par exemple, le monoxyde de carbone), des produits ménagers ( Empoisonnement par des substances corrosives), des produits agricoles, des plantes, des métaux lourds (par exemple, le fer et le plomb), des vitamines, le venin de certains animaux, ainsi que des alimentas (particulièrement certaines espèces de champignons et de poissons). Presque toutes les substances ingérées en grande quantité peuvent en fait être toxiques.

Intoxication accidentelle

L’intoxication est la cause la plus fréquente d’accidents domestiques non mortels. Les jeunes enfants sont particulièrement exposés à l’intoxication accidentelle à domicile du fait de leur curiosité et de leurs explorations, de même que les personnes âgées, qui confondent souvent les médicaments à prendre. Les personnes hospitalisées peuvent également subir des intoxications accidentelles (dues à des erreurs de médicaments), tout comme les ouvriers de l’industrie (lors d’une exposition à des substances chimiques toxiques).

Intoxication intentionnelle

L’intoxication peut être intentionnelle, dans le cas d’homicide ou de suicide. La plupart des adultes qui tentent de se suicider en s’empoisonnant utilisent plusieurs médicaments associés à de l’alcool. L’intoxication peut être utilisée pour invalider une personne (par exemple, pour la violer ou la voler). Rarement, les parents atteints d’un trouble psychiatrique empoisonnent leurs enfants pour les rendre malades et donc attirer l’attention des médecins (trouble que l’on appelle trouble factice imposé à autrui).

Symptômes de l’intoxication

Les symptômes causés par l’intoxication dépendent du poison, de la quantité ingérée, de l’âge de la personne et de son état de santé général. Certains poisons ne sont pas très puissants et ne causent de troubles qu’en cas d’exposition prolongée ou d’ingestion répétée de grandes quantités. D’autres poisons, en revanche, sont tellement puissants qu’une seule goutte sur la peau peut provoquer de graves symptômes.

Certains poisons provoquent l’apparition de symptômes en quelques secondes, d’autres après quelques heures, jours, voire même années. D’autres encore ne manifestent que peu de symptômes jusqu’à ce qu’ils lèsent, et parfois de façon définitive, des organes vitaux tels que les reins ou le foie.

Les toxines ingérées et absorbées causent généralement des symptômes dans tout l’organisme, souvent parce qu’elles privent d’oxygène les cellules de l’organisme, ou bien parce qu’elles activent ou inhibent des enzymes et récepteurs. Les symptômes peuvent inclure des changements au niveau de conscience, de la température corporelle, de la fréquence cardiaque et de la respiration, et bien d’autres encore, selon les organes affectés.

Les substances caucorrosivesstiques ou irritantes lèsent les muqueuses de la bouche, de la gorge, du tube digestif et des poumons, entraînant douleur, toux, vomissements et essoufflement.

Le contact cutané avec des toxines peut causer divers symptômes, par exemple, des éruptions cutanées, une douleur et une vésication. Des expositions prolongées peuvent causer une dermatite.

Le contact oculaire avec des toxines peut léser l’œil, entraînant des yeux rouges et douloureux et une perte de vision.

Premiers secours en cas d’intoxication

La première priorité pour aider les personnes empoisonnées consiste, pour les tiers présents, à ne pas s’empoisonner eux-mêmes.

Les personnes qui ont été exposées à un gaz toxique doivent être rapidement éloignées de la source d’exposition et portées de préférence à l’air libre, mais les tentatives de réanimation doivent être effectuées par des professionnels. Une formation spéciale et des précautions sont à prendre pour éviter l’intoxication par les gaz toxiques ou les produits chimiques pendant la tentative de sauvetage.

Lors des déversements de produits chimiques, tous les vêtements contaminés, y compris les chaussettes et les chaussures ainsi que les bijoux, doivent être immédiatement enlevés. La peau doit être lavée avec soin en utilisant de l’eau et du savon. S’ils ont été exposés, les yeux doivent être minutieusement rincés avec de l’eau ou du soluté physiologique salé. Les secouristes prendront garde à ne pas s’exposer eux-mêmes à la contamination.

Si les personnes semblent gravement atteintes, il faut appeler les secours d’urgence (composer le 911 dans la plupart des régions aux États-Unis). Les tiers présents doivent tenter une réanimation cardiopulmonaire (RCP) si nécessaire. Lorsque les personnes ne paraissent pas trop atteintes, les tiers présents peuvent appeler le centre antipoison le plus proche pour obtenir des conseils. Aux États-Unis, le centre antipoison local peut être atteint en composant le 1-800-222-1222. De plus amples renseignements sont disponibles sur le site Internet de l’Association américaine des centres antipoison (American Association of Poison Control Centers) (www.aapcc.org). Si l’appelant connaît l’identité du poison et la quantité ingérée, le traitement peut souvent être dispensé à domicile quand le centre antipoison le recommande.

Les emballages des poisons ou de tous les médicaments absorbés (notamment les produits en vente libre) doivent être conservés et remis au médecin ou aux secouristes. Le centre antipoison peut conseiller d’administrer du charbon actif à domicile ( Prévenir l’absorption du poison) avant l’arrivée à l’hôpital et, rarement, de prendre du sirop d’ipéca pour induire un vomissement, surtout si les personnes doivent effectuer un long voyage pour arriver à l’hôpital. Cependant, sauf instructions spécifiques contraires, le charbon actif et le sirop d’ipéca ne doivent pas être administrés au domicile ni par les premiers intervenants (comme les ambulanciers). Le sirop d’ipéca a des effets imprévisibles, causant souvent des vomissements prolongés, et il peut ne pas éliminer de quantités importantes de poison de l’estomac.

Diagnostic de l’intoxication

  • Identification du poison

  • Parfois, analyses de sang et d’urine

  • Rarement, radiographies abdominales

L’identification du poison est primordiale pour le succès du traitement. Les étiquettes sur les flacons des médicaments, ainsi que les renseignements fournis par les personnes, des membres de la famille ou des collègues permettent au médecin ou au centre antipoison de déterminer quelle est la substance responsable. Si des étiquettes ne sont pas disponibles, les médicaments peuvent être souvent identifiés par les marques et la couleur des pilules ou des capsules. Il est moins probable que les examens de laboratoire puissent identifier le poison et de nombreuses drogues et poisons ne peuvent pas être immédiatement identifiés ou mesurés par l’hôpital. Des examens d’urine et de sang peuvent parfois aider à l’identification. Les analyses de sang peuvent parfois révéler la gravité de l’intoxication, mais cela n’est possible que pour un très petit nombre de poisons.

Les médecins examinent la personne à la recherche de signes suggérant un certain type de substance. Par exemple, ils recherchent des traces d’aiguille ou des traces d’injection suggérant que la personne s’est injectée des drogues. Ils examinent également la personne à la recherche de symptômes caractéristiques de certains types d’intoxication. Les médecins cherchent si la personne présente des traces de drogue ou de substance sur la peau ou si des patchs pour l’administration cutanée de médicaments sont cachés sous des plis cutanés, sur le palais ou sous la langue.

Pour certaines intoxications, des radiographies de l’abdomen peuvent indiquer la présence et l’emplacement des substances ingérées. Les poisons pouvant être visibles à la radiographie comprennent le fer, le plomb, l’arsenic, d’autres métaux et les gros paquets de cocaïne ou autres drogues avalées par les passeurs de drogue (mules). Les piles et aimants sont également visibles à la radiographie, tout comme les crocs, les dents, les épines cartilagineuses et d’autres parties d’animaux pouvant se rompre et rester coincées dans le corps après l’attaque d’un animal ou une envenimation.

Tests de dépistage

Des kits en vente libre peuvent désormais être achetés pour identifier les médicaments ou drogues dans l’urine. La précision de ces kits est très variable. Les résultats ne doivent donc pas être considérés comme preuve qu’un certain médicament a été ingéré ou non. Il est recommandé d’effectuer les tests en consultation avec un professionnel. En l’absence de professionnel, il convient de discuter des résultats avec un professionnel ayant l’expérience de ces tests de médicaments. Le professionnel peut aider les personnes à interpréter les résultats de test et à tirer les conclusions pertinentes.

Prévention de l’intoxication

Aux États-Unis, l'usage généralisé de contenants résistant aux enfants avec des bouchons de sécurité, a beaucoup réduit le nombre d'empoisonnements mortels chez les jeunes enfants de moins de 5 ans. Pour éviter les intoxications accidentelles, il faut conserver les médicaments ainsi que les autres substances dangereuses dans leur conditionnement d’origine. Les substances toxiques telles que les insecticides et les agents de nettoyage ne doivent pas être transvasés dans des bouteilles ou des tasses réservées aux boissons, même provisoirement. Autres mesures préventives :

  • Étiqueter clairement les produits ménagers

  • Ranger les médicaments (tout particulièrement les opioïdes) et les substances toxiques dans des armoires pouvant être fermées à clé et hors de la portée des enfants

  • Utiliser des détecteurs de monoxyde de carbone

Les médicaments dont la date de péremption est passée doivent être éliminés en les mélangeant avec de la litière pour chat ou une autre substance non tentante et placés dans une poubelle non accessible aux enfants. On peut également demander conseil à un pharmacien local sur la manière de se débarrasser des médicaments. Avant de prendre et de donner un médicament, ou d’utiliser des produits ménagers, il est recommandé de toujours lire attentivement la notice ou les étiquettes.

La limitation de la quantité d’antalgiques vendus librement dans un seul conditionnement réduit la gravité des intoxications, en particulier lorsqu’il s’agit de paracétamol, d’aspirine, ou d’ibuprofène. Les marques d’identification imprimées sur les pilules et les gélules par les laboratoires de produits pharmaceutiques peuvent aider à prévenir la confusion et les erreurs par les soignants, les pharmaciens et les professionnels de santé.

Le saviez-vous ?

  • Aux États-Unis, le centre antipoison local peut être atteint en composant le 1-800-222-1222.

Traitement de l’intoxication

De nombreuses personnes empoisonnées doivent être hospitalisées. Avec un traitement médical rapide, la plupart des personnes se rétablissent complètement.

Les principes de traitement de chaque type d’intoxication sont les mêmes :

  • Supporter les fonctions vitales telles que respiration, tension artérielle, température corporelle et fréquence cardiaque

  • Empêcher l’absorption supplémentaire de poison

  • Augmenter l’élimination du poison

  • Administrer des antidotes (substances qui éliminent, désactivent ou agissent contre les effets du poison), le cas échéant

  • Éviter une nouvelle exposition

L’objectif du traitement à l’hôpital consiste à maintenir les personnes en vie jusqu’à la disparition ou l’inactivation du poison par l’organisme. La plupart des poisons sont inactivés par le foie, ou filtrés par les urines.

Prise en charge avec des soins d’accompagnement

L’intoxication exige souvent des traitements supplémentaires, appelés soins d’accompagnement, pour stabiliser le cœur, la tension artérielle et la respiration jusqu’à la disparition ou l’inactivation du poison. Par exemple, un patient qui devient très somnolent ou comateux aura besoin d'une intubation endotrachéale pour respirer. Le tube raccordé à un respirateur mécanique fournit une assistance respiratoire. Il évite également que les vomissements ne pénètrent dans les poumons, et le respirateur assure une respiration adéquate.

Le traitement vise par ailleurs à contrôler les convulsions, la fièvre ou les vomissements. Lorsqu’un poison cause une fièvre élevée, les personnes doivent être refroidies, par exemple avec une couverture refroidissante ou par l’application d’eau ou de glace sur la peau.

Lorsque les reins cessent de fonctionner, une hémodialyse est nécessaire. En cas de lésion étendue au foie, il peut être nécessaire de traiter l’insuffisance hépatique. En cas de lésions hépatiques ou rénales graves et permanentes, une greffe de foie ou une greffe de rein peut être nécessaire.

Prévenir l’absorption du poison

Le lavage d’estomac (induction de vomissements ou aspiration gastrique), fréquemment utilisé par le passé, est désormais évité parce que cette technique n’enlève qu’une petite quantité de poison et peut entraîner de graves complications. Le lavage d’estomac améliore rarement le pronostic des personnes. Toutefois, il peut être entrepris, mais assez rarement, lorsqu’un poison exceptionnellement dangereux est en cause et si l’état des personnes paraît très grave.

Cette procédure consiste à insérer un tube à l’intérieur de l’estomac, en passant par la bouche ou le nez. De l’eau est versée dans l’estomac par ce tube qui est ensuite drainée hors du corps (lavage gastrique). La procédure est répétée plusieurs fois. Si les personnes sont devenues somnolentes à cause du poison, les médecins installent normalement et en premier une sonde respiratoire en plastique à travers la bouche et la trachée (intubation endotrachéale). L’intubation endotrachéale aide à éviter que le liquide du lavage gastrique ne pénètre dans les poumons. À l’hôpital, les médecins n’administrent pas de sirop d’ipéca pour vider l’estomac parce que ses effets sont imprévisibles.

Du charbon actif est parfois administré au service d’urgence de l’hôpital aux personnes ayant ingéré des poisons. Le charbon actif se lie au poison encore présent dans le tube digestif, évitant son absorption dans le sang. Le charbon est généralement pris par voie orale par un patient coopératif. Il n’est pas recommandé d’insérer une sonde dans le nez ou la bouche pour administrer du charbon actif chez un patient non coopératif ou dont la conscience est altérée. Les médecins administrent parfois du charbon toutes les 4 à 6 heures pour nettoyer l’organisme. Tous les poisons ne sont pas inactivés par le charbon. Par exemple, le charbon ne se lie pas à l’alcool, au fer, ni à un grand nombre de produits chimiques ménagers.

Augmenter l’élimination du poison

Si la vie des personnes empoisonnées reste en danger malgré l’utilisation de charbon et d’antidotes, des traitements plus complexes deviennent alors nécessaires. Les traitements les plus fréquents sont l’hémodialyse et l’hémoperfusion au charbon.

Dans l’hémodialyse, un rein artificiel (dialyseur) est utilisé pour filtrer les poisons directement dans le sang.

Dans l’hémoperfusion au charbon, ce dernier est utilisé pour aider à l’élimination des poisons ( Hémofiltration et hémoperfusion : Autres méthodes pour filtrer le sang).

Dans les deux méthodes, des petits tubes (cathéters) sont insérés dans les vaisseaux sanguins, l’un pour drainer le sang de l’artère, l’autre pour ramener le sang à la veine. Avant d’être réinjecté dans l’organisme, le sang passe à travers des filtres spéciaux qui éliminent la substance toxique.

L'irrigation complète de l'intestin est une méthode de traitement destinée à évacuer un poison du tube digestif. On l’utilise parfois, par exemple en cas d’intoxication grave causée par des poisons qui restent bloqués dans l’intestin ou qui doivent être déplacés physiquement (comme les paquets de drogue de contrebande dissimulés) ou des poisons qui sont absorbés lentement (comme certains médicaments à libération prolongée) ou qui ne sont pas absorbés par le charbon actif (comme le fer et le plomb).

Une diurèse alcaline est parfois utilisée. Dans cette procédure, une solution contenant du bicarbonate de sodium (la substance contenue dans la levure chimique) est administrée dans une veine pour rendre l’urine plus alcaline ou basique (par opposition à acide). Cela peut augmenter la quantité de certains médicaments (tels que l’aspirine et les barbituriques) excrétés dans l’urine.

Élimination du poison des yeux et de la peau

Les poisons contaminant les yeux ou la peau doivent fréquemment être rincés (irrigation) avec de grandes quantités de solution saline, d’eau courante ou de savon et d’eau.

Antidotes

Bien que la plupart des poisons et des médicaments n’aient pas d’antidotes spécifiques (contrairement aux perceptions du public issues des émissions de télévision et du cinéma), certains en ont. Parmi les médicaments courants qui devraient exiger des antidotes spécifiques il faut citer le paracétamol (l’antidote est la N-acétylcystéine), l’aspirine (l’antidote est le bicarbonate de sodium) et l’héroïne (l’antidote est le naloxone). Certaines morsures et piqûres venimeuses ont également des antidotes ( Morsuresdeserpent). L’exposition à un poison n’exige pas toujours un antidote. Il est souvent possible de se rétablir de soi-même. Mais avec les intoxications graves, les antidotes peuvent sauver la vie.

Antidotes spécifiques fréquemment utilisés

Toxine

Antidote

Paracétamol

N-acétylcystéine

Antigel (type éthylène glycol)

Fomépizole

Éthanol

Benzodiazépines (telles que le diazépam et le lorazépam)

Flumazénil

Morsure de veuve noire (araignée)

Sérum anti-venin de Lactrodectus

Botulisme

Antitoxine botulique

Insecticides au carbamate (de nombreuses marques—vérifier les substances actives)

Atropine

Chlorure de pralidoxime

Cyanure

Hydroxocobalamine

Kit d’antidotes du cyanure (comprend le nitrite d’amyle, le nitrite de sodium et le thiosulfate de sodium)

Digitale, notamment des médicaments (digoxine) et des plantes (laurier-rose, digitale pourprée)

Anticorps spécifiques à la digoxine

Métaux lourds (tels que l’arsenic, le cadmium, le plomb, le mercure et le zinc)

Médicaments enlevant les métaux lourds de l’organisme (médicaments chélateurs) tels que dimercaprol, EDTA calcique, pénicillamine et succimer

Fer

Déféroxamine

Méthanol (alcool de bois)

Fomépizole

Éthanol

Opioïdes (tels que la morphine et l’héroïne)

Naloxone

Insecticides organophosphorés (nombreuses marques, vérifier les substances contenues dans le produit)

Atropine

Pralidoxime

Piqûre de scorpion (seulement les espèces de centruroïdes)

Anticorps fractionnés idiopathiques anti-centruroïdes

Morsures de serpent* (serpents à sonnettes et serpents à tête de cuivre aux États-Unis)

Antidote du venin du serpent à sonnettes (crotale)

Héparine

Protamine

Warfarine

Vitamine K

Plasma frais congelé (PFC)

Concentré de complexe prothrombique (CCP)

* les sérums anti-venin sont spécifiques aux serpents. Il existe de nombreux sérums anti-venin mais les morsures de serpents à sonnettes et de serpents à tête de cuivre sont les plus toxiques aux États-Unis.

Évaluation psychiatrique

Les personnes qui ont fait des tentatives de suicide au poison doivent être soumises à un examen psychiatrique et recevoir un traitement adapté.

Informations supplémentaires

Ressources dans cet article