Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Recompression

(oxygénothérapie hyperbare)

Par Alfred A. Bove, MD, PhD, Professor (Emeritus) of Medicine, Lewis Katz School of Medicine, Temple University

La recompression consiste à administrer de l’oxygène pur pendant plusieurs heures dans une chambre étanche, sous des pressions supérieures à 1 atmosphère.

La recompression produit quatre effets sur le sang qui s’avèrent utiles pour traiter les accidents de plongée :

  • augmentation de la concentration d’oxygène

  • diminution de la concentration d’azote

  • diminution de la concentration de monoxyde de carbone

  • diminution de la taille des bulles de gaz

On utilise la recompression chez les plongeurs lors d’accidents de décompression et d’embolies gazeuses artérielles, mais aussi, de temps à autre, pour traiter l’intoxication par le monoxyde de carbone.

Le traitement par oxygénothérapie dans une chambre hyperbare est souvent appelé oxygénothérapie hyperbare, principalement lorsque l’oxygène est administré à haute concentration, plutôt que pour traiter l’accident de décompression ou l’embolie gazeuse artérielle. L’oxygénothérapie hyperbare est utilisée pour plusieurs troubles non liés à la plongée. La question de savoir si elle est efficace pour tous ces troubles est encore à l’étude.

Plus la recompression sera entreprise rapidement et meilleur sera probablement le résultat. La recompression n’est toutefois utile que si on l’entreprend dans les 48 heures après la remontée en surface. Certains caissons ont de la place pour plusieurs personnes, d’autres pour une personne seulement. Les traitements sont généralement administrés une ou deux fois par jour pendant 45 à 300 minutes. Le plus souvent, on administre de l’oxygène pur sous 2,5 à 3 atmosphères de pression.

La recompression est relativement sans danger mais les médecins essaient de l’éviter chez les personnes présentant les affections suivantes :

  • poumon collabé (pneumothorax)

  • troubles pulmonaires chroniques

  • problèmes de sinus ou rhumes

  • insuffisance cardiaque sévère

  • convulsions

  • claustrophobie

  • chirurgie thoracique récente

  • chirurgie ou lésion récente de l’oreille

  • fièvre

On évite normalement la recompression pendant la grossesse à moins que la vie de la mère ne soit en danger en raison d’effets nocifs possibles de concentrations élevées d’oxygène sur le fœtus. La recompression peut entraîner des problèmes semblables à ceux qui surviennent en cas de barotraumatisme. Elle peut également causer temporairement une myopie, des taux bas de glycémie (hypoglycémie), ou rarement, des effets toxiques sur les poumons ou des convulsions.

Les plongeurs devraient connaître la localisation du caisson de recompression le plus proche, les moyens les plus rapides de s’y rendre et la source la plus adéquate à consulter par téléphone. Ces informations sont également disponibles sur le réseau « Divers Alert Network » (919-684-9111 ; www.diversalertnetwork.org) 24 heures sur 24. L’Association médicale relative aux questions sous-marines et hyperbares (Undersea and Hyperbaric Medical Society) (membership.uhms.org/) est une autre source d’informations utiles et appréciables.

Ressources dans cet article