Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Abrasions de la cornée et corps étrangers

Par Kathryn Colby, MD, PhD

Les lésions les plus fréquentes qui atteignent le dôme transparent de la surface avant de l'œil (cornée) sont les égratignures (abrasions) et les corps étrangers (objets). Les corps étrangers dans la cornée laissent des éraflures après leur élimination. La plupart de ces lésions sont mineures.

Causes

Les particules sont des causes fréquentes d'éraflures de la cornée. Les particules peuvent être dispersées par des explosions, par le vent ou lors du travail avec des outils (meulage, martelage et perçage, par exemple). Les branches d'arbre ou les chutes de débris peuvent également causer des éraflures de la cornée. Les lentilles de contact constituent une autre source fréquente d'éraflures. Les lentilles mal adaptées, les lentilles portées quand les yeux sont secs, qui sont mal nettoyées ou sur lesquelles sont collées des particules, les lentilles portées trop longtemps, les lentilles portées à tort pendant le sommeil et la dépose brutale ou incorrecte des lentilles peuvent entraîner des égratignures sur la surface des yeux. La plupart des éraflures de la cornée guérissent sans qu'il y ait d'infection (comme la conjonctivite et l'ulcère cornéen) mais, celles qui sont contaminées par de la terre ou des matières végétales (comme en cas de lésion causée par une branche d'arbre) sont plus souvent susceptibles s’infecter.

Les symptômes

Les éraflures de la cornée et les corps étrangers causent généralement de la douleur, des larmoiements et la sensation d'avoir quelque chose dans l'œil. Ils peuvent aussi causer de la rougeur (due à l'inflammation de vaisseaux sanguins ou de la surface de l'œil) ou parfois, le gonflement de l'œil et des paupières. La vision peut devenir floue. La lumière peut être une source d'irritation ou peut causer un spasme douloureux du muscle qui rétrécit la pupille.

Les lésions pénétrantes de l'œil peuvent causer des symptômes similaires. Quand un corps étranger pénètre à l'intérieur de l'œil, du liquide peut s'écouler.

Le diagnostic et le traitement

Un diagnostic rapide et un traitement approprié peuvent prévenir l’infection. Le diagnostic d’une blessure de l’œil repose sur les symptômes de la personne, les circonstances du traumatisme et l'examen oculaire.

La surface de l'œil est habituellement insensibilisée par un collyre anesthésique (tel que la proparacaïne). Un collyre contenant une substance particulière (fluorescéine) qui brille et se colore sous une lumière spéciale, permet de mieux visualiser les corps étrangers et les éraflures. Avec une lampe à fente (voir Examens ophtalmologiques : Examen à la lampe à fente) ou autre instrument grossissant, le médecin peut alors enlever tout corps étranger restant. Souvent, le corps étranger peut être soulevé et éliminé à l’aide d’un écouvillon humide et stérile ou en rinçant avec de l'eau stérile (irrigation). Si la personne peut garder l’œil immobile, les corps étrangers qui ne sont pas délogés facilement avec un écouvillon peuvent souvent être éliminés sans douleur avec une aiguille hypodermique stérile ou un instrument spécial. Dans le cas de corps étrangers métalliques, il peut rester un anneau de rouille qui peut être éliminé avec une aiguille hypodermique stérile ou une fraise particulière tournant à faible vitesse (petit instrument chirurgical pourvu d'une minuscule surface rotative, pulvérisante et perforante). Il arrive parfois que le corps étranger reste prisonnier sous la paupière supérieure. Il faut alors retourner la paupière (procédure indolore) pour le déloger. Les médecins peuvent aussi frotter avec un écouvillon stérile sur la surface interne de la paupière pour enlever toutes les petites particules pouvant être invisibles.

Les éraflures cornéennes sont traitées de la même manière, qu'il y ait ou non un corps étranger à enlever. Normalement, on administre une pommade antibiotique (par exemple, de la bacitracine avec polymyxine B) pendant quelques jours pour prévenir l'infection. Les éraflures cornéennes importantes peuvent exiger un traitement supplémentaire : la pupille est dilatée par un collyre cycloplégique (comme le cyclopentolate ou l'homatropine). Ces collyres empêchent les spasmes douloureux des muscles qui rétrécissent la pupille. On peut traiter la douleur avec des médicaments pris par voie orale tels que l'acétaminophène ou parfois de l'acétaminophène associé à de l'oxycodone. Certains médecins prescrivent du diclofénac ou du kétorolac en collyre pour soulager la douleur, mais il faut prendre de grandes précautions avec ces médicaments qui, bien que rarement, peuvent causer des complications du genre cicatrices cornéennes (aussi appelées fusion cornéenne). Bien qu'ils soulagent efficacement la douleur, il ne faut pas utiliser d’anesthésiques appliqués directement sur l'œil après l'évaluation et le traitement parce qu'ils peuvent retarder la guérison. Un couvre-œil peut augmenter le risque d'infection et il ne faut pas l'utiliser, en particulier dans le cas d'éraflures provoquées par des lentilles de contact ou un corps étranger pouvant être contaminé par de la terre ou des matières végétales.

Heureusement, les cellules superficielles de l’œil se régénèrent rapidement. Les abrasions étendues guérissent en 1 à 3 jours. Il faut s'abstenir de porter des lentilles de contact pendant 5 jours suivant la guérison de l'abrasion. Il est conseillé de se présenter pour une visite de suivi chez un ophtalmologiste 1 à 2 jours après la blessure.

Le port de protections oculaires (lunettes de sécurité) peut prévenir de nombreux traumatismes.

Corps étrangers intraoculaires

Les corps étrangers intraoculaires (à l'intérieur de l'œil) sont rares. Ils surviennent lorsqu'un corps étranger pénètre dans l'œil. Une infection grave peut se développer.

Causes

Les explosions peuvent causer des corps étrangers intraoculaires. De même, tout mécanisme avec contact métal-métal. Les explosions et certains mécanismes d'outils peuvent provoquer la dispersion de petites particules dans l'air et sur le visage d'une personne. Par exemple, l'utilisation de machines fonctionnant à vitesse élevée (comme les perceuses et les scies) ou l'enfoncement d'un clou ou d'autres objets métalliques avec un marteau peuvent produire des particules chauffées à blanc ressemblant à des étincelles. Chacune de ces particules chauffées à blanc peut, en l’absence de protection oculaire, atteindre l’œil et y pénétrer profondément.

Le corps étranger qui pénètre à l'intérieur de l'œil peut y causer une infection (infection endoculaire ou endophtalmie).

Les symptômes et le diagnostic

Pendant les premières heures suivant la lésion, les symptômes de corps étranger intraoculaire peuvent être semblables à ceux des éraflures de la cornée et des corps étrangers. Cependant, les personnes atteintes peuvent également présenter une perte de vision significative. Du liquide peut s'écouler de l'œil mais, si le corps étranger est petit, la fuite peut être si minime que la personne affectée ne s'en rend pas compte. La douleur peut s'intensifier après les premières heures.

La personne ayant subi une telle pénétration dans l'œil doit impérativement consulter un ophtalmologiste dès que possible. L'examen de l'œil vise à détecter les abrasions de la cornée et les corps étrangers à l'aide d'un collyre contenant une substance (fluorescéine) qui brille sous un éclairage spécial et une lampe à fente (voir Examens ophtalmologiques : Examen à la lampe à fente). Le colorant et la lampe à fente rendent visibles toutes les petites fuites de liquide s'écoulant de l'œil ainsi que les marques de pénétration. Tous les corps étrangers externes au globe oculaire sont enlevés. Si un corps étranger intraoculaire est soupçonné après l'examen, on a recours à un examen d'imagerie tel que la tomodensitométrie (TDM).

Prévention et traitement

Les personnes qui exercent certains métiers ou qui pratiquent certaines activités de loisirs, en particulier celles utilisant des meules, des perceuses, des scies ou des marteaux, doivent porter des protections oculaires (telles que masques, lunettes de sécurité ou lunettes à monture étanche) pour éviter les corps étrangers intraoculaires et autres lésions oculaires.

Des antibiotiques tels que la ceftazidime et la vancomycine sont administrés par voie intraveineuse. Si nécessaire, on peut contrôler les vomissements avec des médicaments contre la nausée. On fixe un protège-œil (soit un produit commercial, soit la partie inférieure d'un gobelet en carton) avec du ruban adhésif par-dessus l'œil pour éviter toute pression involontaire qui pourrait aggraver encore la lésion de l'œil. Il faut consulter un ophtalmologiste dès que possible pour éliminer le corps étranger. Plus le retrait est rapide, plus le risque d’infection est réduit. Une intervention chirurgicale est parfois nécessaire pour déloger le corps étranger.