Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Traumatisme oculaire fermé

Par Kathryn Colby, MD, PhD

Un choc par un objet contondant peut léser les structures proches de la surface de l’œil (les paupières, la conjonctive, la sclère, la cornée, l’iris et le cristallin) et du segment postérieures (la rétine et le nerf optique). Un tel choc peut également briser (fracturer) les os qui entourent l'œil. Occasionnellement, un choc peut également entraîner des plaies (lacérations) des tissus oculaires.

Des yeux blessés peuvent être très enflés et difficiles à ouvrir. Les médecins doivent malgré tout les ouvrir pour les examiner et s'assurer qu'il n'y a pas de lésion affectant la vision. Les yeux peuvent presque toujours être ouverts délicatement, mais il faut parfois utiliser des instruments à cet effet.

Œil au beurre noir

Dans les premières 24 heures suivant un choc sur l’œil, du sang peut se diffuser dans la paupière et les régions adjacentes pour former un gonflement et un bleu (contusion), communément appelée « œil au beurre noir ». Le sang s'écoule généralement vers le bas de l'œil après un jour ou deux, provoquant un gonflement et une décoloration juste en dessous de la paupière inférieure. L'œil au beurre noir n'a en soi aucun effet sur la vision, bien que d'autres lésions de l'œil qui l'accompagnent puissent être graves.

L'œil au beurre noir disparaît sans traitement après quelques jours ou quelques semaines. En cas d’œil au beurre noir, dans les premières 24 à 48 heures, des compresses de glace peuvent contribuer à réduire le gonflement et à soulager la douleur. Après les premières 24 à 48 heures, on peut appliquer des compresses chaudes qui aident à résorber le sang. Des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS, tels que l'aspirine ou l'ibuprofène) ou de l'acétaminophène, peuvent être administrés si la douleur est intense. Cependant, les personnes affectées par la présence de sang dans l'œil doivent normalement s'abstenir de prendre des AINS qui peuvent aggraver le saignement.

Hémorragie sous-conjonctivale

Un vaisseau sanguin sur la conjonctive (fine couche de tissu recouvrant la plus grande partie de la surface de l'œil) peut se rompre et provoquer une tache de sang rouge sur le blanc de l’œil. Parfois, la totalité du blanc de l'œil se colore en rouge. Le sang s'étale sous la conjonctive (hémorragie sous-conjonctivale) et reste sur la surface de l'œil. Par conséquent, bien que la vue du sang puisse être inquiétante, il s’agit en fait d’un problème peu important qui se résout sans traitement. La zone rouge peut brièvement virer au jaune après environ une semaine. Toutes les traces de sang disparaissent normalement au bout d'une à deux semaines. Une hémorragie sous-conjonctivale survient souvent en même temps qu'un œil au beurre noir.

Hyphéma

Un hyphéma est un saignement dans la chambre antérieure de l'œil (l'espace rempli de liquide entre la cornée transparente et l'iris pigmenté—voir Vue à l’intérieur de l’œil). Le saignement peut persister pendant plusieurs jours après la lésion. Un hyphéma peut entraîner une perte de vision permanente, partielle ou totale. La perte de la vision peut être provoquée par une pression élevée dans l'œil (glaucome), par du sang tachant la cornée ou les deux.

Les personnes souffrant d'hyphéma ont souvent une vision floue et ressentent de la douleur lorsqu'elles sont exposées à une lumière vive. Si l'hyphéma est suffisamment important, une couche de sang est visible derrière la partie inférieure de la cornée quand la personne se tient debout. Toutefois, il arrive que cette couche soit si mince qu'on ne peut la voir que sous une lentille grossissante.

Le traitement

Une personne affectée d'hyphéma doit se faire examiner par un ophtalmologiste (médecin spécialiste des troubles oculaires) dès que possible. Certaines personnes présentant des saignements sévères ou des troubles de la coagulation (qui rendent le saignement très probable) ou qui prennent des anticoagulants peuvent nécessiter un traitement hospitalier.

Le traitement consiste habituellement en repos alité avec la tête de lit surélevée pour aider l’arrêt du saignement. On administre souvent un collyre pour dilater la pupille (comme l'atropine) et réduire l'inflammation de l'œil (généralement des corticostéroïdes). Un protège-œil est appliqué avec de la bande adhésive pour éviter l'aggravation de la lésion.

On mesure la pression intraoculaire au moins une fois par jour pendant les premiers jours. Si la pression est élevée, le patient peut avoir des nausées, des douleurs de l'œil et une baisse de la vision. L'ophtalmologiste peut prescrire un collyre comme ceux que l'on utilise pour le glaucome afin de faire baisser la pression. La prise d’aspirine ou d’autres médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, qui peuvent favoriser le saignement, doit être évitée pendant quelques semaines. Comme l'hyphéma augmente le risque chronique de développer un glaucome, les personnes qui en sont atteintes doivent se faire examiner les yeux chaque année.

Si le saignement récidive, un ophtalmologiste peut administrer de l'acide aminocaproïque qui est un médicament favorisant la coagulation sanguine. Dans les cas rares de récurrence du saignement entraînant une élévation de la pression intraoculaire, il faudra éventuellement drainer le sang par voie chirurgicale.

Décollement de la rétine

Une lésion fermée peut causer la déchirure ou la séparation (décollement) de tout ou partie de la rétine de sa surface sous-jacente au fond du globe oculaire (voir aussi Décollement de la rétine). Généralement, une partie seulement de la rétine se décolle (souvent au bord externe, ou à la périphérie de la rétine), mais si le traitement n'intervient pas rapidement, une plus grande partie de la rétine peut se décoller.

Initialement, le décollement de la rétine peut créer des images de formes flottantes sombres et irrégulières (corps flottants) ou des éclairs de lumière. La vision peut être en partie floue ou perdue, et il s'agit habituellement de la vision latérale (périphérique). Si une plus grande partie de la rétine se décolle, la vision est encore plus floue ou perdue.

Toute personne présentant ces symptômes doit impérativement consulter un médecin dès que possible. L'ophtalmologiste établit le diagnostic et examine le fond de l'œil avec une lampe puissante (ophtalmoscopie) après que l'œil ait été dilaté. Il requiert parfois un examen d'échographie. L'ophtalmologiste peut parfois recoller la rétine ou empêcher la lésion de s'aggraver en utilisant divers traitement tels que la chirurgie, le laser ou la thérapie par le froid (cryopexie).

Autres blessures fermées du globe oculaire

Les autres lésions pouvant survenir après un traumatisme fermé comprennent le saignement dans la section arrière de l'œil (hémorragie du vitré), la déchirure de l'iris, et le déplacement (luxation) du cristallin. En général, il faut appliquer une force importante pour provoquer ces lésions. Les personnes affectées ont tendance à souffrir de lésions oculaires évidentes et graves avec de nombreuses anomalies. Toutes ces personnes ont des troubles de la vision. L'examen par un ophtalmologiste et le traitement doivent avoir lieu dès que possible.