Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Gelure

Par Daniel F. Danzl, MD, Professor and Chair, Department of Emergency Medicine, University of Louisville School of Medicine

La gelure est une lésion due au froid dans laquelle une partie du corps est gelée.

  • Le froid extrême peut geler des tissus, les détruire et parfois affecter également les tissus voisins.

  • La zone atteinte peut être insensible, blanche, enflée, couverte de vésicules, ou noire et épaisse.

  • Il faut réchauffer la zone atteinte dans de l’eau tiède aussitôt que possible.

  • La gelure guérit presque toujours après un certain temps mais parfois la chirurgie est nécessaire pour enlever les tissus nécrosés.

Les lésions provoquées par la gelure résultent de l’association de plusieurs facteurs. Le gel tue certaines cellules (nécrose), alors que d’autres survivent. Comme le froid provoque le rétrécissement des vaisseaux et diminue la circulation du sang, un tissu situé près d’une zone gelée peut être lésé à son tour. Le froid peut parfois entraîner la formation de caillots dans les petits vaisseaux de la zone atteinte. Ces derniers peuvent bloquer la circulation sanguine et entraîner la destruction des tissus en aval. Lorsque la circulation sanguine reprend, les tissus lésés libèrent différentes substances chimiques qui entraînent une inflammation. Celle-ci aggrave les lésions provoquées par le froid. De plus, certaines substances toxiques sont libérées dans la circulation sanguine lors du réchauffement des tissus gelés.

Toute exposition d’une partie du corps à des températures inférieures à 0 °C comporte un risque de gelure. Ce risque dépend de l’intensité du froid et de la durée de l’exposition. Le risque de gelure augmente lorsque la circulation sanguine est mauvaise en cas de diabète, artériosclérose, spasme d’un vaisseau sanguin (provoqué par le tabac, certains troubles neurologiques ou certains médicaments), ou de limitation de la circulation du sang (par exemple, en portant des gants ou des chaussures trop serrées). Les mains, les pieds et le visage sont très vulnérables au risque élevé de gelure s’ils sont exposés. Le contact avec l’humidité ou le métal accélère le refroidissement ; il est particulièrement dangereux.

Symptômes des gelures

Les symptômes varient selon la profondeur et la quantité de tissu gelé. Une gelure superficielle consiste en une zone de peau engourdie et blanche, qui se détache après réchauffement. Une gelure un peu plus profonde se traduit par des cloques et l’œdème de la zone atteinte. Si la lésion est plus profonde, l’extrémité atteinte devient insensible, froide et dure. La zone lésée est pâle et froide. Des cloques apparaissent souvent. Les cloques remplies de sang sont le signe d’une atteinte plus sévère que les cloques remplies d’un liquide clair.

Le tissu mort peut rendre l’extrémité atteinte terne et molle : gangrène humide. Dans la majorité des cas de gangrène humide, l’extrémité atteinte doit être amputée. Plus souvent, la zone de tissu mort devient noire et dure : gangrène sèche.

Diagnostic des gelures

  • Un examen médical

  • Des antécédents d’exposition au froid

Le diagnostic de gelure est posé d’après l’aspect typique de la lésion survenue au cours d’une d’exposition importante au froid. Parfois, pendant les premiers jours, la gelure paraît semblable à une lésion qui ne serait pas due au gel. Après un certain temps, les tissus gelés développent des caractéristiques qui les différencient des lésions tissulaires sans gelure.

Traitement des gelures

  • Réchauffer la personne

  • Immerger la zone gelée dans de l’eau chaude

Hors de l’hôpital

Les personnes souffrant de gelures doivent être enveloppées dans une couverture chaude, car elles peuvent également être affectées d’hypothermie. Si possible, commencer à réchauffer la zone gelée immédiatement. Il faut immerger la zone dans de l’eau chaude qui doit rester confortable pour le soignant (environ 40°C). Il faut s’abstenir de frotter la zone (par exemple avec de la neige), car cela entraîne des lésions tissulaires supplémentaires. La zone étant insensible, les personnes ne peuvent indiquer si une brûlure se développe. La zone ne doit donc pas être chauffée face à un feu ou à l’aide d’un coussin chauffant ou d’une couverture électrique.

Le saviez-vous ?

  • Une zone affectée par une gelure ne doit pas être frottée (par exemple avec de la neige) car cela endommage les tissus encore plus.

Les dommages peuvent être plus importants si on dégèle le pied et si les tissus se regèlent, que si on laisse le pied gelé. Par conséquent, si les personnes atteintes de gelures doivent être de nouveau exposées au gel, en particulier si elles doivent marcher avec le pied atteint par les gelures, le tissu ne doit pas être dégelé. Les pieds gelés sont plus vulnérables aux lésions provoquées par la marche. Il faut donc s’efforcer de protéger les tissus lésés des frottements, du serrement ou d’autres risques de lésion éventuels. Les pieds sont normalement nettoyés, séchés et couverts. Les personnes doivent être maintenues au chaud et recevoir un antalgique, si possible. Il faut les emmener à l’hôpital dès que possible.

À l’hôpital

À l’hôpital, le réchauffement commence ou est poursuivi. Le réchauffement complet peut prendre de 15 à 30 minutes. Pendant le réchauffement, les personnes sont encouragées à bouger doucement la partie affectée. La zone gelée devient extrêmement douloureuse lorsqu’on la réchauffe et une injection d’antalgique opiacé peut être nécessaire. Les cloques ne doivent pas être percées. Si elles s’ouvrent, elles doivent être recouvertes d’une pommade antibiotique.

Une fois réchauffée, la zone gelée doit être doucement lavée, séchée, et enroulée dans un bandage stérile et maintenue méticuleusement propre et sèche pour éviter l’infection. Des médicaments anti-inflammatoires, comme l’ibuprofène administré par voie orale ou l’aloe vera en gel appliqué sur la lésion, peuvent diminuer l’inflammation. Certains médecins prescrivent des antibiotiques de façon systématique à toutes les personnes victimes de gelures profondes pour prévenir l’infection. Afin d’améliorer la circulation sanguine dans la région lésée, des médicaments peuvent être administrés par voie intraveineuse ou artérielle, mais ceci n’est utile qu’au cours des premiers jours suivant l’événement. Les médecins peuvent administrer de l’anatoxine tétanique si la personne n’a pas été vaccinée contre le tétanos ou si elle aurait dû recevoir un rappel de tétanos.

Après la sortie de l’hôpital

Les personnes doivent avoir un régime alimentaire sain pour que l’organisme produise suffisamment de chaleur.

Le meilleur traitement courant consiste en séances de balnéothérapie, soit un bain à environ 37 °C trois fois par jour suivi de séchage délicat, en repos et à laisser le temps faire son œuvre. La plupart des personnes guérissent lentement, au bout de plusieurs mois, mais l’amputation est parfois nécessaire pour éliminer les tissus nécrosés. Comme les gelures semblent parfois affecter de plus grandes zones ou être plus graves qu’il n’apparaîtra des semaines ou des mois plus tard, la décision d’amputer est en général remise à plusieurs mois, jusqu’à ce que la zone ait eu le temps de guérir. Parfois, un examen d’imagerie comme la scintigraphie avec radio-isotopes, la thermographie par micro-ondes ou un examen de la circulation au laser Doppler peut aider à déterminer quelles sont les zones qui peuvent se rétablir et celles qui ne le pourront pas. Les zones qui ne se rétablissement pas exigent l’amputation. Certaines personnes présentent un engourdissement ou une sensibilité excessive au froid après la guérison d’une gelure.

Ressources dans cet article