Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Piqûres d’abeilles, de frelons, de guêpes et de fourmis

Par Robert A. Barish, MD, MBA, University of Illinois at Chicago ; Thomas Arnold, MD, Department of Emergency Medicine, LSU Health Sciences Center Shreveport

  • Les piqûres d’abeilles, de frelons, de guêpes et de fourmis causent normalement de la douleur, des rougeurs, un gonflement et des démangeaisons.

  • Les réactions allergiques sont peu fréquentes mais peuvent être graves.

  • Il faut enlever les dards et appliquer une crème ou pommade soulageant les symptômes.

Les piqûres d’abeilles, de guêpes et de frelons sont fréquentes dans l'ensemble des États-Unis. Certaines fourmis peuvent également piquer. Une personne peut tolérer en moyenne 10 piqûres par livre de poids corporel. Cela signifie donc qu’un adulte moyen peut supporter plus de 1000 piqûres, alors que 500 piqûres peuvent tuer un enfant. Cependant, une seule piqûre peut entraîner la mort par réaction anaphylactique chez une personne allergique (réaction allergique menaçant le pronostic vital quand la tension artérielle chute et les voies respiratoires se bloquent — Réactions anaphylactiques). Aux États-Unis, le nombre de décès consécutifs aux piqûres d’abeilles est 3 à 4 fois supérieur au nombre de décès par morsures de serpent. Une abeille particulièrement agressive, appelée abeille tueuse, a migré depuis l’Amérique du Sud vers les États du Sud et du Sud-ouest des États-Unis. Ces abeilles attaquent leurs victimes en très grand nombre (nuée), et leurs piqûres entraînent une réaction plus grave que celles des autres abeilles.

Dans les régions du Sud, particulièrement dans la région du golfe du Mexique, les fourmis rouges piquent chaque année plus de 40 % des habitants, provoquant au moins 30 décès par an.

Les symptômes

Les piqûres d'abeille, de guêpe et de frelon causent immédiatement de la douleur et une rougeur avec enflure, parfois des démangeaisons, sur une superficie d'environ 1 centimètre carré. Dans certains cas, un œdème de près de 5 cm de diamètre voire plus peut se développer en 2 à 3 jours autour de la piqûre. Cet œdème est parfois pris pour une l'infection, laquelle est très rare après une piqûre d’abeille. Des réactions allergiques peuvent provoquer une éruption cutanée, des démangeaisons sur tout le corps, une respiration sifflante, des difficultés respiratoires et un état de choc.

La piqûre de fourmi rouge provoque souvent une douleur immédiate, ainsi qu’une rougeur et un œdème qui disparaissent après environ 45 minutes. Il se forme ensuite une vésicule qui éclate au bout de 2 à 3 jours, et qui s’infecte souvent. Parfois, une plaque rouge, enflée et prurigineuse, apparaît à la place de la vésicule. L'inflammation de certains nerfs et des convulsions peuvent survenir.

Le traitement

Une abeille peut laisser son dard dans la peau. Il faut enlever le dard aussi vite que possible en raclant avec une arête mince non tranchante (par exemple, le bord d'une carte de crédit ou un couteau de table mince). On peut réduire la douleur en appliquant un cube de glace enveloppé dans du plastique et un linge fin sur la piqûre. Une crème ou pommade contenant un antihistaminique, un anesthésique, un corticostéroïde, ou une association de ces produits peut être utile. Les réactions allergiques sévères sont traitées à l'hôpital avec de l'épinéphrine, des liquides par voie intraveineuse et d'autres médicaments.

Les personnes allergiques aux piqûres doivent toujours avoir sur elles une seringue préremplie d’adrénaline (obtenue sur prescription), destinée à résoudre la réaction anaphylactique ou allergique. Les autres piqûres sont traitées comme les piqûres d’abeilles. En cas d'antécédents de réactions anaphylactiques ou d'allergie connue aux piqûres et morsures d’insectes, il est recommandé de porter un bracelet d'identification comme alerte médicale.

En cas d’allergie grave connue aux piqûres d’abeilles, on peut proposer une désensibilisation (immunothérapie allergénique— Immunothérapie spécifique (désensibilisation)) qui permet de prévenir les réactions allergiques futures.