Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Piqûres de méduses

Par Robert A. Barish, MD, MBA, Professor of Emergency Medicine and Vice Chancellor for Health Affairs, University of Illinois at Chicago ; Thomas Arnold, MD, Professor and Chairman, Department of Emergency Medicine, LSU Health Sciences Center Shreveport

Les méduses appartiennent au groupe des cnidaires. D’autres cnidaires comprennent

  • les anémones de mer

  • les coraux

  • les hydroïdes (comme la physalie)

Les cnidaires causent davantage d’intoxications que tout autre animal marin.

Les cnidaires sont pourvus d’unités piquantes (nématocystes) sur leurs tentacules. Un seul tentacule peut contenir des milliers de telles unités. La gravité de la morsure dépend du type d’animal. La morsure infligée par la plupart des espèces provoque de la douleur, des démangeaisons, une éruption cutanée pouvant évoluer en vésicules qui se remplissent de pus puis éclatent. Les autres symptômes peuvent comprendre une sensation de malaise, des nausées, des céphalées, des douleurs et des contractures musculaires, des larmoiements et une rhinorrhée, une sudation excessive, des douleurs thoraciques aggravées par la respiration. Les piqûres de physalie (en Amérique du Nord) et de méduse-boîte (cubozoaire) (en Australie et dans les océans Indien et Pacifique Sud) ont déjà provoqué la mort.

Traitement

  • Laver le venin et retirer les tentacules de la peau.

  • Bains tièdes ou froids pour soulager la douleur.

Dans un premier temps, le traitement de la lésion causée par une méduse dans les océans d’Amérique du Nord consiste à rincer avec de l’eau de mer et à éliminer le venin par le lavage de la peau. Tout morceau de tentacule doit être enlevé avec des pinces ou, après s’être protégé par deux paires de gants, avec les doigts.

Le type de rinçage varie selon le type de piqûre :

  • Pour les piqûres de méduse dans des eaux non tropicales et pour les piqûres de corail, on peut utiliser un rinçage à l’eau de mer.

  • Pour les piqûres de méduse dans des eaux tropicales, on peut utiliser un rinçage au vinaigre suivi d’un rinçage à l’eau de mer. Ne pas utiliser d’eau douce.

  • Pour les morsures de physalie, on peut utiliser un rinçage à l’eau salée. On ne doit pas utiliser de vinaigre comme liquide de rinçage sur les lésions causées par les physalies parce cela provoquerait un déchargement supplémentaire de venin par les nématocystes n’ayant pas encore piqué (nématocystes « non déclenchés »).

  • Au contraire, pour les méduses-boîtes plus dangereuses, il faut utiliser du vinaigre pour arrêter les « déclenchements » supplémentaires de nématocystes, puis de l’eau de mer doit être utilisée car l’eau douce entraîne une libération supplémentaire de venin.

Pour tous les types de piqûres, après avoir retiré les tentacules, on peut aider à soulager la douleur en trempant la lésion dans l’eau chaude ou en appliquant des compresses froides, au choix des personnes.

Dès le premier signe de difficulté respiratoire ou d’altération de la conscience (notamment la perte de connaissance), il faut immédiatement obtenir des soins médicaux.

Éruption du baigneur en mer

L’éruption du baigneur en mer est une piqûre avec effets prurigineux (démangeaisons et éruption cutanée) affectant les nageurs dans certains lieux de l’Atlantique (comme en Floride, dans les Caraïbes, à Long Island). Elle provient d’une réaction allergique à des piqûres de larves d’anémones de mer ou de méduses-dé à coudre. L’éruption cutanée apparaît à l’endroit où le maillot de bain est en contact avec la peau. Lorsqu’on suspecte une exposition à ces larves, il faut prendre une douche après avoir enlevé son maillot de bain. Les éruptions cutanées peuvent être traitées par de la lotion à l’hydrocortisone et, le cas échéant, par un antihistaminique par voie orale. Si la réaction est plus grave, il faut obtenir des soins médicaux.

Ressources dans cet article