Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Piqûres et morsures d’animaux marins

Par Robert A. Barish, MD, MBA, University of Illinois at Chicago ; Thomas Arnold, MD, Department of Emergency Medicine, LSU Health Sciences Center Shreveport

On trouve une diversité d'animaux marins qui infligent des piqûres ou des morsures.

La pastenague

Les pastenagues ont du venin dans les épines dorsales de leur queue. Les lésions se produisent en général par contact avec une pastenague (souvent enterrée dans le sable) dans des eaux peu profondes. La pastenague enfonce l’épine de sa queue dans le pied ou la jambe de la victime et injecte le venin. Des fragments de l’épine peuvent rester dans la plaie, ce qui augmente le risque d’infection.

La plaie faite par une pastenague a en général un aspect déchiqueté et saigne spontanément. La douleur est immédiate et intense, mais diminue progressivement en 6 à 48 heures. Ce traumatisme provoque souvent des évanouissements, de la faiblesse, la nausée et de l'anxiété. Les vomissements, la diarrhée, les sueurs, les crampes généralisées et les difficultés respiratoires sont des symptômes moins fréquents.

Le traitement

Les lésions causées par les pastenagues au bras ou à la jambe doivent être irriguées délicatement à l'eau salée pour tenter d'enlever les fragments d'épine caudale. L'épine doit être enlevée seulement si elle se trouve en surface et ne pénètre pas dans le cou, le thorax ou l'abdomen. Un saignement important doit être contrôlé par l'application directe de pression. Au service des urgences, les médecins examinent la plaie pour détecter les fragments d'épine. La vaccination contre le tétanos peut s'avérer nécessaire et le bras ou la jambe traumatisée doit être maintenue en élévation pendant plusieurs jours. Certaines victimes reçoivent un antibiotique et peuvent avoir besoin de recourir à la chirurgie pour suturer la plaie.

Les méduses

Les méduses appartiennent au groupe des cnidaires. D'autres cnidaires comprennent

  • les anémones de mer

  • les coraux

  • les hydroïdes (comme la physalie)

Les cnidaires sont pourvus d'unités piquantes (nématocystes) sur leurs tentacules. Une seule tentacule peut contenir des milliers de telles unités. La gravité de la morsure dépend du type d’animal. La morsure infligée par la plupart des espèces provoque de la douleur, des démangeaisons, une éruption cutanée pouvant évoluer en vésicules qui se remplissent de pus puis éclatent. Les autres symptômes peuvent comprendre une sensation de malaise, des nausées, des céphalées, des douleurs et des contractures musculaires, des larmoiements et une rhinorrhée, une sudation excessive, des douleurs thoraciques aggravées par la respiration. Les piqûres de physalie (en Amérique du Nord) et de méduse-boîte (cubozoaire) (en Australie et dans les océans Indien et Pacifique Sud) ont déjà provoqué la mort.

Le traitement

Dans un premier temps, le traitement de la lésion causée par une méduse dans les océans d'Amérique du Nord consiste à rincer avec de l'eau de mer et à éliminer le venin par le lavage de la peau. Tout morceau de tentacule doit être enlevé avec des pinces ou, après s'être protégé par deux paires de gants, avec les doigts. On ne doit pas utiliser de vinaigre comme liquide de rinçage sur les plaies causées par les physalies parce cela provoquerait un déchargement supplémentaire de venin par les nématocystes n'ayant pas encore piqué (nématocystes « non déclenchés »). En revanche, il faut utiliser du vinaigre pour arrêter les « déclenchements » supplémentaires de nématocystes chez les méduses-boîtes plus dangereuses. Il faut utiliser de l'eau de mer pour irriguer les piqûres de méduses-boîtes car l'eau douce causerait la libération de venin supplémentaire.

Pour tous les types de piqûres, on peut aider à soulager la douleur en trempant la lésion dans l'eau chaude ou en appliquant des compresses froides, au choix du patient. Dès le premier signe de difficulté respiratoire ou d'altération de la conscience (notamment la perte de connaissance), il faut immédiatement obtenir des soins médicaux.

Éruption du baigneur en mer

L'éruption du baigneur en mer est une piqûre avec effets prurigineux (démangeaisons et éruption cutanée) affectant les nageurs dans certains lieux de l'Atlantique (comme en Floride, dans les Caraïbes, à Long Island). Elle provient d'une réaction allergique à des piqûres de larves d'anémones de mer ou de méduses-dé à coudre. L'éruption cutanée apparaît à l'endroit où le maillot de bain est en contact avec la peau. Lorsqu'on suspecte une exposition à ces larves, il faut prendre une douche après avoir enlevé son maillot de bain. Les éruptions cutanées peuvent être traitées par de la lotion à l'hydrocortisone et, le cas échéant, par un antihistaminique par voie orale. Si la réaction est plus grave, il faut obtenir des soins médicaux.

Les mollusques

Les mollusques comprennent les escargots, les pieuvres et les coquillages (coques, huîtres et coquilles Saint-Jacques). Quelques-uns sont venimeux. Le cône de Californie (Conus californicus) est le seul mollusque dangereux des eaux nord-américaines. Sa piqûre peut causer une douleur, un gonflement, une rougeur, un engourdissement dans la zone de la piqûre et parfois, bien que rarement, des troubles de l’élocution, des troubles de la vision, une paralysie musculaire, des difficultés respiratoires et une baisse de la tension artérielle. Les morsures de pieuvres nord-américaines sont rarement graves. Cependant, la morsure de pieuvre à anneaux bleus présente dans les eaux australiennes, bien qu’indolore, entraîne un malaise et une paralysie potentiellement mortelle.

Les escargots de mer (« cone snails ») peuvent être la cause, quoique rare, d'envenimation chez les plongeurs et ramasseurs de coquillages dans les océans Indien et Pacifique. L'escargot injecte son venin par une dent de type harpon lorsqu'il est manipulé avec rudesse (par exemple, pendant le nettoyage de la coquille ou si on le place dans une poche). Le venin peut causer une paralysie temporaire pouvant être fatale dans quelques cas rares.

Le traitement

Les piqûres d'escargot de mer peuvent être immergées dans de l'eau chaude. Les gestes de premiers secours sont peu efficaces sur les lésions provoquées par les cônes de Californie et par la pieuvre à anneaux bleus. Tous les types d'envenimation par des mollusques provoquent des troubles respiratoires, et il faut obtenir sans délai des soins médicaux.

Les oursins

Les oursins sont couverts de longues épines pointues parfois enduites de venin. Toucher ou marcher sur ces épines entraîne typiquement une lésion punctiforme douloureuse. Les épines se brisent en général dans la peau et provoquent une douleur et une inflammation chronique si elles ne sont pas enlevées. Des douleurs articulaires, musculaires et une éruption cutanée peuvent apparaître.

Les épines d’oursin doivent être retirées immédiatement. L’application de compresses imbibées de vinaigre, qui dissout les épines, est généralement le seul traitement nécessaire pour retirer les épines peu profondes. Cependant, une excision chirurgicale peut être nécessaire si les épines sont entrées profondément. Les bains d'eau chaude pour la partie du corps affectée soulagent souvent la douleur.

Ressources dans cet article