Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Suffocation

Par Amy H. Kaji, MD, PhD, Associate Professor, Department of Emergency Medicine, Harbor-UCLA Medical Center

Les manœuvres qui visent à supprimer les causes d’étouffement sauvent souvent la vie. Les adultes étouffent fréquemment à cause d’un morceau d’aliment, comme une bouchée de viande trop grosse. Les nourrissons n’ont pas un sens de la déglutition bien développé, et peuvent étouffer s’ils ingèrent de la nourriture de petite taille et de forme arrondie, comme des cacahuètes ou des bonbons durs. Les enfants, surtout les tout-petits, peuvent aussi s'étouffer avec des ballons de baudruche, des jouets, des pièces de monnaie ou d'autres objets non comestibles qu'ils mettent dans leur bouche, ainsi qu'avec des aliments (en particulier, de forme ronde, lisses comme les hot-dogs, les bonbons ronds, les cacahuètes et les grains de raisin).

La toux peut être le premier symptôme ; elle est souvent si intense qu’elle empêche le sujet d’appeler à l’aide. Parfois celui qui s’étouffe, serre sa gorge des deux mains. La respiration et la parole s’affaiblissent ou s’interrompent. Des sons aigus ou de halètement se font entendre et le sujet peut devenir bleuâtre, avoir des convulsions ou s'évanouir.

Traitement de premiers secours

Le traitement d’une personne en train d’étouffer est prioritaire par rapport à l’appel à l’aide médicale.

Pratique de poussées abdominales

Le secouriste se tient derrière le sujet qu'il encercle de ses deux bras autour de l'abdomen. D'une main, le secouriste forme un poing qu’il entoure de l'autre main. Le secouriste place ses mains entre le sternum et le nombril du sujet et lance ses mains vers l'intérieur et vers le haut.

Une violente toux expulse souvent l’objet des voies respiratoires. Une personne prise d'une toux violente doit continuer à tousser. Si la personne parvient à parler normalement, elle continue néanmoins à tousser violemment. Si une personne qui suffoque ne peut pas tousser, le secouriste doit pratiquer des manœuvres abdominales (manœuvres de Heimlich), qui augmentent la pression dans l'abdomen et le thorax et aident à expulser l'objet.

Si la personne est consciente, le secouriste se place derrière elle et l'encercle de ses deux bras au niveau de l'abdomen. Le secouriste forme un poing. Son pouce doit être à l'intérieur du poing et le côté pouce du poing doit être orienté vers l'intérieur. Le secouriste positionne son poing entre le sternum et le nombril, orienté vers l'intérieur du corps du sujet. Il place l'autre main fermement par-dessus le poing. Il pousse vigoureusement ses mains vers l’intérieur et vers le haut, 5 fois de suite. Chez un enfant, il faut exercer une force plus faible. La série de poussées doit être répétée jusqu’à l’expulsion de l’objet. Si la personne perd connaissance, le secouriste doit arrêter les manœuvres.

Si la personne perd connaissance, le secouriste doit regarder à l'intérieur de sa bouche et de sa gorge pour voir si des objets bloquent les voies respiratoires et, le cas échéant, les enlever. Si le sujet ne se remet pas à respirer, sa langue bloque peut-être les voies respiratoires. Le secouriste fait alors légèrement pivoter la tête du sujet en arrière et soulève son menton, ce qui déplace la langue et ouvre les voies respiratoires. Si la personne ne respire pas, il faut pratiquer la respiration artificielle par le bouche-à-bouche. Si le thorax ne parvient pas à se soulever, cela indique que les voies respiratoires sont toujours bloquées (voir Arrêt cardiaque : Traitement de premiers secours).

Dégagement des voies respiratoires chez un nourrisson

Le nourrisson est maintenu face vers le bas, son thorax reposant sur l'avant-bras du secouriste. Celui-ci tape sur le dos du nourrisson entre les omoplates.

L’enfant est ensuite retourné, son visage tourné vers le haut, sa tête maintenue plus bas que le reste du corps. Le sauveteur pose l’index et le majeur sur le sternum du nourrisson et exerce une pression vers l’intérieur et vers le haut.

On ne pratique pas les poussées abdominales chez le nourrisson. Le nourrisson doit être tourné le visage vers le bas, la poitrine reposant sur l'avant-bras du secouriste, la tête plus basse que le corps. Le secouriste tape alors 5 fois de suite sur le dos du nourrisson avec le talon de la main, entre les omoplates. Les coups doivent être fermes mais pas au point de provoquer des lésions. Le secouriste inspecte ensuite la bouche et élimine tout objet visible. Si les voies respiratoires restent obstruées, le secouriste doit placer le nourrisson tête en bas, le visage tourné vers le haut, et pousser 5 fois sur le sternum vers l'intérieur et vers le haut à l'aide de l’index et du majeur (poussées thoraciques). Le secouriste inspecte ensuite la bouche et élimine tout objet visible.

Ressources dans cet article