Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Les contusions et les lacérations cérébrales

Par James E. Wilberger, MD, Allegheny General Hospital, Pittsburgh;Drexel University College of Medicine ; Derrick A. Dupre, MD, Allegheny General Hospital

Les contusions cérébrales sont des ecchymoses du cerveau, en général dues à un choc violent et direct sur la tête. Les lacérations cérébrales sont des déchirures dans le tissu cérébral causées par un objet étranger ou des fragments d'os enfoncés dans le cerveau à la suite d'une fracture du crâne.

  • Les accidents de véhicule automobile et les coups à la tête sont des causes fréquentes d'ecchymoses et de déchirures au niveau du tissu cérébral.

  • Des symptômes de lésions de la tête, légères ou graves, se développent.

  • On effectue une tomodensitométrie.

  • La personne est mise en observation à l'hôpital et il faut parfois recourir à la chirurgie.

Les contusions et les lacérations cérébrales impliquent des lésions structurales du cerveau et sont donc plus graves que les commotions. Les contusions sont provoquées par la brusque accélération du cerveau qui fait suite à un choc violent, comme un coup brutal porté à la tête, ou une soudaine décélération qui se produit lorsque la tête en mouvement heurte un objet immobile (comme dans le cas où une personne se heurte la tête contre le tableau de bord ou le volant dans un accident de véhicule automobile avec choc frontal). Le cerveau peut être lésé au point d’impact ou du côté opposé, par le contrecoup qu’il subit dans le crâne. Les contusions et les lacérations peuvent provoquer une hémorragie ou un gonflement du cerveau.

Les contusions et les lacérations peuvent être bénignes et ne causer que des dommages minimes au cerveau, avec peu de symptômes ou des symptômes de blessure mineure à la tête. Cependant, avec des lésions plus importantes ou si le gonflement ou le saignement de la lésion est grave, le patient peut présenter des symptômes de blessure sévère à la tête ( Blessure grave à la tête). Par exemple, les personnes sont souvent inconscientes pendant une courte durée (quelques minutes ou moins) ou plus longtemps. Au moment du réveil, les personnes sont souvent somnolentes, confuses ou agitées. Elles peuvent aussi présenter des vomissements, des crises convulsives, une altération de l’équilibre ou de la coordination. La capacité de penser, de contrôler ses émotions, de se mouvoir, d'éprouver des sensations au toucher, de parler, de voir, d'entendre, de sentir (odorat) et de se rappeler peut être également altérée. Une lésion plus grave peut provoquer un œdème cérébral responsable de l’aggravation ultérieure des lésions du tissu cérébral. Un engagement cérébral peut également se développer conduisant au coma.

Les médecins font un examen de tomodensitométrie (TDM) pour diagnostiquer une contusion ou une lacération. Si le saignement et le gonflement sont peu importants, le patient est hospitalisé et mis sous observation, en général pour une semaine au plus. Si le saignement est important, les médecins le traitent comme s'il s'agissait d'une lésion sévère de la tête ( Blessure grave à la tête). Les patients sont souvent admis dans une unité de soins intensifs. Les médecins maintiennent la tension artérielle et les niveaux d'oxygène et de dioxyde de carbone dans le sang à des valeurs souhaitables. Ils peuvent administrer un supplément d'oxygène, une ventilation mécanique, soulager la douleur et donner des sédatifs. La fièvre et les crises convulsives sont traitées.

Pour mesurer la pression dans le cerveau, les médecins peuvent implanter un manomètre à l'intérieur du crâne ou insérer un cathéter dans l'un des espaces internes (ventricules) à l'intérieur du cerveau. Si le saignement conduit à un engagement, il sera peut-être nécessaire d'aspirer le sang par voie chirurgicale pour éviter la compression du cerveau. Cependant, si l'élimination du sang implique l'ablation de tissu cérébral, la fonction cérébrale risque d’en être altérée.