Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Coup de chaleur

Par John Lissoway, MD, Department of Emergency Medicine;Department of Emergency Medicine, University of New Mexico;Presbyterian Hospital ; Eric A. Weiss, MD, Professor of Surgery (Emergency Medicine);Medical Director, Stanford University Medical Center, Emeritus;Stanford University Fellowship in Wilderness Medicine

Le coup de chaleur est un accident potentiellement mortel qui entraîne une élévation majeure de la température corporelle et le dysfonctionnement de nombreux organes.

  • Le coup de chaleur est observé après quelques heures d’effort chez les jeunes athlètes ou après plusieurs jours de grandes chaleurs chez les personnes âgées sédentaires vivant dans un milieu non climatisé.

  • La température corporelle dépasse 40 °C et le cerveau fonctionne mal.

  • Les personnes doivent être immédiatement refroidies.

Le coup de chaleur est la forme la plus grave des affections provoquées par la chaleur. Les personnes frappées par un coup de chaleur sont beaucoup plus atteintes que celles qui présentent d’autres troubles dus à la chaleur. Les caractéristiques suivantes distinguent en particulier le coup de chaleur des autres troubles causés par la chaleur :

  • la température corporelle dépasse généralement 40 °C.

  • des symptômes de mauvais fonctionnement du cerveau se développent.

Le coup de chaleur peut se produire assez rapidement lorsque les personnes réalisent un effort par une chaleur extrême ou dans un environnement chaud et non ventilé. Par exemple, le coup de chaleur peut se développer chez de jeunes athlètes et soldats en bonne santé, en particulier chez ceux qui ne sont pas acclimatés, après quelques heures seulement d’effort intense en conditions chaudes et humides. Les travailleurs dans les environnements chauds, tout particulièrement ceux, comme les pompiers et les fondeurs, qui doivent porter de lourds vêtements de protection sont exposés à un risque similaire. Le coup de chaleur est une cause courante de décès chez les athlètes.

Le coup de chaleur peut aussi se développer en particulier chez les personnes âgées sédentaires vivant dans un milieu mal ventilé et sans climatisation pendant les grandes chaleurs. Les personnes âgées, celles certaines affections (telles que celles qui mettent en cause des anomalies fonctionnelles du cœur, des poumons, des reins ou du foie) et les jeunes enfants sont les plus vulnérables aux coups de chaleur.

Celui-ci se produit parce que l’organisme ne peut pas éliminer la chaleur assez rapidement en réponse à une chaleur extrême. Comme il ne peut pas se refroidir, sa température continue à augmenter rapidement jusqu’à atteindre des niveaux dangereusement élevés. Les conditions qui interfèrent avec la déperdition de chaleur, notamment certains troubles de la peau et les médicaments qui diminuent la transpiration, augmentent le risque.

Le coup de chaleur peut provoquer des lésions, temporaires ou permanentes, d’organes vitaux tels que le cœur, les poumons, les reins, le foie ou le cerveau. Plus la température s’élève, surtout au-dessus de 41 °C, plus les troubles se développent rapidement. Le décès peut survenir.

Symptômes du coup de chaleur

Symptômes précurseurs courants : vertiges, étourdissement, faiblesse, maladresse et mauvaise coordination, fatigue, céphalées, vision brouillée, douleurs musculaires, nausées et vomissements (qui sont également les symptômes de l’épuisement par la chaleur). Les personnes affectées ne se rendent pas compte que leur température corporelle est très élevée.

Dans le coup de chaleur, la peau est chaude, rouge et parfois sèche. La transpiration peut être absente en dépit de la chaleur.

Du fait du mauvais fonctionnement du cerveau, les personnes peuvent devenir confuses et désorientées, avoir des convulsions ou tomber dans le coma. La fréquence cardiaque et respiratoire s’accélère. Le pouls est généralement rapide. La tension artérielle peut être élevée ou basse.

La température corporelle dépasse en général 40 °C et peut être si élevée qu’elle dépasse les graduations du thermomètre classique.

Diagnostic du coup de chaleur

  • Symptômes et antécédents d’exposition à une forte chaleur et à une humidité importante

Le diagnostic est généralement évident. Les personnes ont une fièvre élevée, des symptômes de mauvais fonctionnement du cerveau et des antécédents d’exposition à la chaleur élevée et humide.

Si le diagnostic n’est pas évident, il faut entreprendre des tests pour détecter d’autres troubles pouvant causer des symptômes semblables tels que des infections, un AVC, la consommation de drogue et une hyperactivité de la thyroïde (hyperthyroïdie).

Pronostic du coup de chaleur

Le risque de décès par coup de chaleur dépend des facteurs suivants :

  • l’âge des adultes

  • l’âge des jeunes enfants

  • la sévérité des affections médicales (telles que affections cardiaques, pulmonaires, rénales ou hépatiques)

  • la valeur la plus élevée atteinte par la température corporelle

  • la durée de la température corporelle à un niveau extrêmement élevé

Sans traitement rapide, environ 80 % des personnes décèdent. Chez environ 20 % des personnes qui survivent, le rétablissement cérébral peut ne pas être complet, entraînant des changements de la personnalité, de la maladresse ou une mauvaise coordination. Chez certaines personnes, les reins ne se rétablissement pas complètement.

Après le rétablissement, la température corporelle peut fluctuer de manière anormale pendant plusieurs semaines.

Traitement du coup de chaleur

  • Immersion dans de l’eau froide

  • Mesures de refroidissement par évaporation

  • Parfois, solutés froids par voie intraveineuse

Le corps doit être immédiatement refroidi et il faut appeler une ambulance. En attendant leur transfert à l’hôpital, les personnes doivent être immergées dans de l’eau froide, par exemple dans un lac, un ruisseau ou une baignoire. Si l’immersion n’est pas possible, les personnes doivent être refroidies en brumisant le corps avec de l’eau, puis en soufflant de l’air dessus avec un ventilateur (refroidissement par évaporation). L’eau tiède ou légèrement chaude est plus efficace que l’eau froide pour la brumisation car les personnes sont ainsi moins à même de frissonner, ce qui génère plus de chaleur.

L’administration de médicaments (aspirine ou paracétamol) destinés à traiter la fièvre due à une infection est inutile et doit être évitée.

Le saviez-vous ?

  • Si une personne exposée à une chaleur élevée et à une forte humidité devient confuse ou développe des symptômes de dysfonctionnement cérébral, il faut immédiatement appeler une ambulance et commencer à pratiquer des mesures de refroidissement.

À l’hôpital, le refroidissement est obtenu rapidement en enlevant les vêtements et en mouillant la peau ou en appliquant occasionnellement de la glace. Pour accélérer l’évaporation et le refroidissement, on peut utiliser un ventilateur. La température corporelle est mesurée fréquemment, souvent en continu. On peut administrer des solutés froids par voie intraveineuse. Pour éviter un refroidissement excessif, on doit arrêter les mesures de refroidissement lorsque la température corporelle atteint les environs de 39 °C.

Les convulsions, le coma et les autres dysfonctionnements d’organes éventuels peuvent nécessiter un traitement spécifique. Le coup de chaleur est traité efficacement dans les unités de soins intensifs des hôpitaux.

Ressources dans cet article