Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Présentation des troubles provoqués par la chaleur

(maladies liées à la chaleur)

Par John Lissoway, MD, Department of Emergency Medicine;Department of Emergency Medicine, University of New Mexico;Presbyterian Hospital ; Eric A. Weiss, MD, Professor of Surgery (Emergency Medicine);Medical Director, Stanford University Medical Center, Emeritus;Stanford University Fellowship in Wilderness Medicine

L’homme, animal à sang chaud, maintient sa température corporelle entre des bornes étroites, avec une variation de 1 à 2 degrés autour d'une température buccale de 37 °C et d'une température rectale de 38 °C, malgré les grandes variations de la température extérieure. Les limites de la température interne doivent être maintenues pour un fonctionnement normal de l’organisme. Si la température corporelle s’élève ou diminue excessivement, des lésions organiques sérieuses, voire le décès, peuvent se produire.

Régulation de la température

L’organisme régule sa température en équilibrant la production et la déperdition de chaleur.

Il produit de la chaleur par des réactions chimiques (métabolisme), qui résultent essentiellement de la conversion des aliments en énergie. La chaleur est produite également par le travail des muscles lors de l’activité physique.

L’organisme se refroidit en perdant de la chaleur, principalement par les phénomènes de :

  • Rayonnement

  • Évaporation de l’eau (principalement sueur)

Le rayonnement, mécanisme par lequel la chaleur circule des régions les plus chaudes vers les plus froides, est la principale cause de perte de chaleur quand l’organisme est plus chaud que son environnement. Le rayonnement ne requiert pas de contact avec des objets, par exemple, comme lorsqu’une ampoule rayonne de la chaleur dans une pièce.

L’évaporation de l’eau extrait une grande quantité de chaleur d’une surface humide. La sueur, l’humidité produite par les glandes sudoripares, refroidit la peau en s’évaporant. La transpiration constitue la principale cause de perte de chaleur lorsque la température de l’environnement est proche de celle de l’organisme ou pendant l’exercice. Mais l’humidité (présence d’eau dans l’air) diminue l’évaporation de la sueur et donc l’efficacité de la transpiration. La déperdition de chaleur est donc moindre dans les climats chauds et humides.

L’organisme se refroidit également grâce aux phénomènes de

  • Convection : la chaleur est transférée vers de l’eau froide ou de l’air passant sur la peau

  • Conduction : la chaleur est transférée vers des surfaces plus froides en contact avec le corps, comme lorsque l’on s’allonge sur un sol froid

Troubles provoqués par la chaleur

Les troubles provoqués par la chaleur sont de plusieurs types :

Ces types de troubles présentent des symptômes variables selon l’élévation de la température corporelle (et dans quelle mesure) et selon la sévérité de la perte (déplétion) en eau et en sels de l’organisme. L’appauvrissement en eau et en sels de l’organisme est le résultat d’une transpiration excessive et peut entraîner une tension artérielle basse ainsi que des contractions musculaires douloureuses. Les organes internes peuvent être lésés si la température corporelle reste très élevée pendant longtemps.

Causes

Les troubles dus à la chaleur sont provoqués soit par une production excessive de chaleur, soit par une perte insuffisante de chaleur ou les deux.

La production excessive de chaleur peut avoir les causes suivantes :

  • des infections causant de la fièvre

  • une hyperthyroïdie accélérant le métabolisme

  • une activité musculaire intense pouvant survenir pendant un exercice ou un travail physique (en particulier chez les personnes obèses), pouvant résulter de troubles tels que convulsions et agitation, ou être la conséquence du sevrage de drogues ou d’alcool

  • certaines drogues stimulantes telles que la cocaïne, les amphétamines, le méthylène dioxyméthamphétamine (MDMA ou ecstasy), les inhibiteurs de la monoamine oxydase (ou IMAO, type d’antidépresseur) et la phéncyclidine (poussière d’ange)

  • un surdosage de médicaments contenant de l’aspirine, parce qu’à doses élevées, l’aspirine incite les cellules à produire une la chaleur excessive

L’insuffisance de déperdition de chaleur est la plus fréquente sous les climats chauds et humides. Différents facteurs contribuent de manière importante à l’insuffisance des pertes de chaleur :

  • Les vêtements lourds, serrés et imperméables qui ne laissent pas la peau respirer (qui ne permettent pas à l’air et à l’humidité de circuler librement). De tels vêtements empêchent l’évaporation de la sueur de la surface cutanée ; ils empêchent ainsi le refroidissement de l’organisme.

  • La production de sueur peut être réduite par certains médicaments, en particulier par les médicaments antipsychotiques et les médicaments anticholinergiques.

  • Certains troubles de la peau interfèrent avec la transpiration. Parmi ceux-ci, la mucoviscidose, la sclérose systémique (sclérodermie), le psoriasis, l’eczéma et les coups de soleil sévères.

  • L’obésité interfère avec la déperdition de chaleur car l’épais tissu adipeux joue un rôle d’isolant efficace.

  • Certains états mentaux empêchent également les réactions normales en présence de chaleur. Par exemple, les personnes âgées atteintes de démence et les personnes en état d’ébriété dans un environnement très chaud n’auront pas le réflexe de se réfugier dans un endroit plus frais, d’ôter des vêtements lourds ou de mettre le climatiseur en marche.

Facteurs de risque des troubles liés à la chaleur

La probabilité de développer des troubles liés à la chaleur s’accentue lorsque l’exposition est brutale, comme c’est le cas pour les enfants laissés dans une voiture fermée en pleine chaleur un jour d’été. Par temps chaud, la température à l’intérieur d’une voiture fermée peut passer de 27 à 49 °C en 15 minutes. Si les personnes sont exposées progressivement à des périodes prolongées de chaleur humide, leur organisme s’adapte peu à peu, ce qui permet le maintien d’une température corporelle normale. Ce processus s’appelle acclimatation. L’acclimatation est plus rapide chez les personnes jeunes et actives que chez les personnes âgées ou inactives.

Les facteurs qui augmentent la vulnérabilité aux effets des troubles causés par la chaleur comprennent, notamment :

  • être très jeune ou très âgé

  • présenter certaines affections médicales comme celles qui mettent en cause des anomalies fonctionnelles du cœur, des poumons, des reins ou du foie

  • prendre des diurétiques

  • présenter des déséquilibres dans la chimie sanguine (électrolytes)

  • La déshydratation

Prévention

Le bon sens est la meilleure manière d’éviter les troubles dus à la chaleur. Par exemple :

  • Les enfants (et les animaux domestiques) ne doivent jamais être laissés à l’intérieur d’espaces clos et mal ventilés, tels qu’une voiture chaude, même pendant quelques minutes.

  • Quand il fait excessivement chaud, les personnes très jeunes et très âgées ne doivent pas rester dans des lieux non ventilés sans climatiseur.

  • Dans un climat chaud et humide, il est préférable de porter des vêtements légers et amples qui permettent la respiration, comme ceux en coton.

Les liquides et les sels perdus par la transpiration doivent être remplacés par la prise d’eau ou d’aliments et de boissons légèrement salés, tels que les boissons pour sportifs, les jus de tomate salés ou les soupes froides. Les boissons alcoolisées et celles contenant de la caféine ne sont pas de bons liquides de réhydratation et peuvent aggraver la déshydratation.

Efforts pendant la chaleur

Il faut éviter les efforts intenses dans un milieu très chaud. Quand on ne peut pas éviter l’effort dans une atmosphère chaude, la prise de grandes quantités de solutés et le refroidissement de la peau par de l’eau fraîche contribuent au maintien d’une température corporelle proche de la normale. Pour remplacer correctement les pertes liquidiennes, il faut continuer à boire même si la sensation de soif a disparu.

Une perte de poids après un exercice physique ou un travail peut être un indice de déshydratation. Il faut rappeler aux personnes qui perdent 2 à 3 % de leur poids corporel qu’elles doivent boire des quantités supplémentaires de liquide et reprendre du poids pour se trouver à environ 1 kilogramme de leur poids initial avant d’être soumises à une nouvelle exposition le lendemain. Les personnes qui perdent environ 4 % de leur poids corporel doivent limiter leur activité pendant 1 jour.

Les personnes qui travaillent en extérieur et qui boivent de grandes quantités d’eau sans sel risquent de diluer le sodium dans leur sang (état appelé hyponatrémie), ce qui peut causer des convulsions, voire le décès. La consommation de sel, même sous forme d’aliments malsains salés associés à de l’eau, peut résoudre ce problème. D’autres façons courantes de maintenir des taux de sel normaux incluent les comprimés de sel et les boissons pour sportifs disponibles dans le commerce qui contiennent du sel supplémentaire.

Le saviez-vous ?

  • L’ingestion de grandes quantités d’eau pure pendant un effort intense peut diluer dangereusement le sodium dans la circulation sanguine.

L’augmentation progressive du niveau et de la quantité de travail effectué par grande chaleur aboutit finalement à une acclimatation qui permet de travailler en sécurité à des températures qui étaient auparavant dangereuses. Il est en général convenable de passer d’une activité modérée pendant 15 minutes par jour (suffisamment pour stimuler la transpiration) par temps chaud, à 90 minutes d’activité intense sur une période de 10 à 14 jours.

Ressources dans cet article