Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Les chutes chez les personnes âgées

Par Laurence Z. Rubenstein, MD, MPH, Professor Emeritus of Geriatric Medicine;Professor Emeritus of Medicine/Geriatrics, University of Oklahoma College of Medicine;University of California, Los Angeles

  • La plupart des chutes surviennent lorsque les personnes présentant un état de santé qui altère la mobilité ou l’équilibre rencontrent un obstacle dans leur environnement.

  • De nombreuses personnes n’ont aucun symptôme avant une chute, mais certaines éprouvent des vertiges ou d’autres symptômes.

  • Après une chute, les personnes peuvent avoir une fracture osseuse ou des bleus.

  • Les médecins font souvent des examens pour évaluer si une maladie sous-jacente a pu entraîner la chute.

  • Les chutes peuvent être évitées en prenant des précautions autour du domicile.

  • Après le traitement des blessures, les personnes travaillent avec des kinésithérapeutes pour tenter de réduire le risque d’autres chutes.

Les chutes sont courantes chez les personnes âgées. Environ un tiers des personnes âgées vivant chez elles tombent au moins une fois par an, et environ la moitié de celles vivant dans une maison de santé tombent. Aux États-Unis, les chutes sont la cause principale de mort accidentelle et la 7e cause de décès chez les personnes de 65 ans et plus. Une fois que les personnes ont fait une chute, elles sont plus susceptibles de tomber à nouveau.

Les chutes provoquent souvent des blessures. Certaines blessures, comme la fracture de la hanche, peuvent être graves. Les personnes âgées sont plus susceptibles de se casser les os parce qu’elles ont souvent les os poreux et fragiles (ostéoporose). Certaines blessures causées par une chute sont fatales.

La plupart des personnes âgées craignent les chutes. La peur de la chute peut entraîner des problèmes. Les personnes peuvent être inquiètes lors de leurs activités habituelles et perdre confiance en elles, voire perdre leur indépendance. Les personnes âgées peuvent faire beaucoup de choses pour surmonter leurs peurs et pour réduire les risques de chute. Savoir ce qui provoque la chute peut aider.

Le saviez-vous ?

  • Bien que les chutes soient fréquentes chez les personnes âgées, elles ne font pas normalement partie du processus de vieillissement.

Causes

Les chutes peuvent être provoquées par un état de santé qui altère la mobilité ou l’équilibre, par les obstacles dans l’environnement, ou par les situations potentiellement dangereuses. La plupart des chutes surviennent lorsque plusieurs causes interagissent. Par exemple, les personnes souffrant de la maladie de Parkinson et de troubles visuels (état de santé) peuvent trébucher sur une rallonge (obstacle dans l’environnement) alors qu’elles se précipitent pour répondre au téléphone (situation potentiellement dangereuse).

L’état de santé des personnes est affecté par les changements dus au vieillissement, la condition physique, les troubles existants et les médicaments utilisés. Il est probable que l’état de santé ait un effet plus important sur le risque de chute que les dangers de l’environnement et les situations dangereuses. Un mauvais état de santé non seulement augmente le risque de chute, mais il altère aussi la manière dont les personnes répondent aux dangers et aux situations dangereuses.

Les déficiences physiques qui augmentent le risque de chute sont notamment celles qui concernent :

  • L’équilibre ou la marche

  • La vue

  • La sensation, en particulier dans les pieds

  • La force musculaire

  • La cognition

  • La tension artérielle ou les battements cardiaques

L’utilisation de médicaments qui modifient l’attention (par exemple, analgésiques opioïdes, médicaments anxiolytiques et certains antidépresseurs) ou qui font baisser la tension artérielle (par exemple, antihypertenseurs, diurétiques, et certains médicaments pour le cœur) peut aussi augmenter le risque de chute.

Dans de nombreuses chutes, des obstacles dans l’environnement sont impliqués. Les chutes peuvent se produire lorsque les personnes ne remarquent pas un obstacle ou ne réagissent pas assez rapidement après avoir remarqué l’obstacle.

Les obstacles dans l’environnement qui augmentent le risque de chute sont notamment

  • Un éclairage insuffisant

  • Les tapis

  • Les sols glissants

  • Les fils électriques ou les rallonges ou les objets qui sont dans le passage

  • Les trottoirs irréguliers et les bords de trottoir cassés

  • Un manque de familiarité avec les lieux

La plupart des chutes surviennent en intérieur. Certaines surviennent alors que les personnes sont debout sans bouger. Mais la plupart surviennent en bougeant : en se levant du lit ou en se couchant, en se levant d’un siège ou en s’asseyant, en se levant d’un siège de toilette ou en s’y asseyant, en marchant, en montant ou descendant les escaliers. En bougeant, on peut buter sur quelque chose ou trébucher ou perdre l’équilibre. Tout mouvement peut être dangereux. Mais si l’on se précipite ou si l’attention est partagée, le mouvement devient encore plus dangereux. Par exemple, marcher peut être encore plus dangereux lorsque l’on se précipite à la salle de bain (surtout pendant la nuit quand on n’est pas complètement éveillé ou quand l’éclairage peut être insuffisant) pour répondre au téléphone ou pour parler avec un téléphone sans fil.

Symptômes

Avant la chute, les personnes n’ont souvent aucun symptôme. Lorsqu’un obstacle dans l’environnement ou une situation dangereuse entraîne une chute, il y a peu ou pas d’avertissement. Cependant, si la chute est partiellement ou complètement due à l’état de santé les personnes, on peut avoir remarqué les symptômes avant la chute. Les symptômes peuvent inclure

  • Vertiges

  • Sensation de tête légère

  • Battements de cœur forts, et rapides ou irréguliers (palpitations)

Après une chute, les blessures sont fréquentes et ont tendance à être plus graves à mesure que l’on vieillit. Plus de la moitié des chutes entraînent au moins une légère blessure, comme un bleu, une entorse de ligament ou un muscle froissé. La plupart des blessures graves sont des fractures osseuses, des déchirements de ligaments, des coupures profondes et des lésions d’un organe comme un rein ou le foie. Environ 2 % des chutes entraînent une fracture de la hanche. Les autres os (haut du bras, poignet et bassin) sont fracturés dans environ 5 % des chutes. Certaines chutes entraînent une perte de connaissance ou une blessure à la tête.

Les chutes peuvent entraîner davantage de problèmes si les personnes ne se lèvent pas tout de suite ou ne font pas venir de l’aide. Ces situations peuvent faire très peur et les personnes peuvent se sentir impuissantes. Rester au sol, même pendant quelques heures seulement, peut entraîner des problèmes, tels que :

  • Déshydratation

  • Basse température du corps (hypothermie)

  • Pneumonie

  • Rhabdomyolyse (destruction des tissus musculaires pouvant endommager les reins ou entraîner une insuffisance rénale)

Les effets d’une chute peuvent durer longtemps. Environ la moitié des personnes qui marchaient avant de chuter et de se casser la hanche ne peuvent plus marcher aussi bien après, même après un traitement et une rééducation. Les personnes qui ont fait une chute peuvent développer une peur de la chute qui leur enlève toute confiance en elles-mêmes. En conséquence, elles peuvent rester chez elles et abandonner des activités, comme faire les courses, aller voir des amis et faire le ménage. Lorsque l’on est moins actif, les articulations se raidissent et les muscles s’affaiblissent. Les articulations raides et les muscles faibles peuvent augmenter le risque de chute et rendre l’activité et l’indépendance plus difficiles. Pour beaucoup de personnes, les chutes représentent un élément important à prendre en compte dans la décision de déménager dans une maison de santé ou une résidence assistée. C’est pour toutes ces raisons que les chutes peuvent considérablement réduire la qualité de vie.

Certaines chutes peuvent être graves et entraîner la mort. Le décès peut survenir immédiatement, par exemple, lorsque la tête frappe contre une surface dure et que cela provoque un saignement incontrôlé dans le cerveau ou autour de celui-ci. Le décès survient beaucoup plus fréquemment plus tard, à la suite des complications des blessures graves provoquées par la chute.

Diagnostic

  • Examen clinique

  • Parfois, analyses de laboratoire

Il est d’une importance vitale que les personnes disent à leur médecin si elles sont tombées, même si le médecin ne leur a pas posé la question, afin que le médecin puisse découvrir les raisons traitables ayant contribué à la chute. Les personnes ayant subi une chute peuvent être réticentes à l’idée d’en parler à leur médecin, parce qu’elles pensent que les chutes sont normales à leur âge, surtout si elles ne sont pas blessées. Même les personnes qui ont été gravement blessées lors d’une chute et traitées aux urgences peuvent être réticentes à admettre qu’elles sont tombées. Parfois, elles ne veulent pas que les autres pensent qu’elles sont impotentes et qu’elles doivent déménager dans un environnement plus contrôlé comme une maison de santé.

Pour identifier la cause de la chute, les médecins posent des questions sur les circonstances de celle-ci, notamment les symptômes éventuels survenus juste avant la chute (comme une douleur thoracique, un vertige et un essoufflement) et sur toute activité qui a pu contribuer à la chute. Il demande aux témoins de la chute de décrire ce qu’ils ont vu. Les médecins s’informeront aussi de l’utilisation de médicaments, avec ou sans ordonnance, ou d’alcool ayant pu contribuer à la chute. Les médecins demandent aux personnes si elles ont perdu conscience et si elles ont été capables de se lever sans aide.

Les médecins font d’abord un examen clinique pour vérifier les blessures éventuelles et obtenir des renseignements sur les causes possibles de la chute. L’examen peut inclure les éléments suivants :

  • Mesure de la tension artérielle : Si la tension artérielle diminue lorsque les personnes se lèvent, la chute peut avoir été causée par une hypotension orthostatique.

  • Bruits du cœur : Avec un stéthoscope, les médecins écoutent le cœur pour déceler une fréquence cardiaque lente, des rythmes anormaux, des problèmes de valve cardiaque et une insuffisance cardiaque.

  • Évaluation de la force musculaire et de l’amplitude de mouvement : Les médecins examinent le dos et les jambes et vérifient l’absence de problèmes dans les pieds.

  • Évaluation de la vue et du système nerveux : Les médecins vérifient les fonctions du système nerveux comme la force musculaire, la coordination, le sens de la position et l’équilibre.

Les médecins demandent parfois aux personnes d’accomplir une activité habituelle, comme s’asseoir sur un siège et se lever, marcher ou monter une marche. L’observation de ces activités peut aider les médecins à identifier un état qui a pu contribuer à la chute.

Si la chute provient d’un obstacle environnemental et qu’il n’y a eu aucune lésion importante, aucun examen ne sera fait. Mais lorsque l’état de santé peut avoir contribué à la chute, des tests seront nécessaires. Par exemple, lorsque l’examen clinique détecte un problème cardiaque, la fréquence et le rythme cardiaques seront enregistrés à l’aide d’une électrocardiographie (ECG). Ce test peut prendre quelques minutes et peut s’effectuer au cabinet médical. Les personnes peuvent également porter un appareil ECG portable (moniteur Holter) pendant 1 ou 2 jours. Des analyses de sang, telles que la numération formule sanguine et la mesure des taux d’électrolytes, peuvent être utiles chez les personnes ayant ressenti des vertiges ou des étourdissements. Si le système nerveux semble mal fonctionner, une tomodensitométrie (TDM) ou une imagerie par résonance magnétique (IRM) de la tête peuvent être utiles.

Prévention

Les personnes âgées peuvent faire des choses simples et pratiques pour réduire le risque de chute.

  • Faire régulièrement de l’exercice : La musculation ou l’entraînement musculaire peut renforcer des jambes faibles et ainsi permettre d’améliorer la stabilité pendant la marche. Le tai-chi et les exercices d’équilibre comme se tenir sur une jambe peuvent permettre d’améliorer l’équilibre. Les programmes d’exercice doivent être adaptés aux besoins des personnes. De nombreux centres pour personnes âgées, des YMCA ou d’autres clubs de santé proposent des cours d’exercice physique gratuits ou à faible coût adaptés aux personnes âgées.

  • Porter des chaussures adéquates : Les chaussures qui ont des semelles fermes et antidérapantes, du soutien pour les chevilles avec des talons plats sont préférables.

  • Se lever lentement quand on est assis ou couché et attendre un instant avant de commencer à se déplacer : Cette stratégie permet d’éviter les vertiges parce qu’elle donne le temps au corps de s’adapter au changement de position.

  • Apprendre une manœuvre simple de la tête : Une manœuvre simple de la tête appelée la manœuvre d’Epley peut aider certaines personnes âgées qui éprouvent des vertiges lorsqu’elles se déplacent. Elle consiste à tourner la tête de manière spécifique. En général, les médecins font la manœuvre la première fois, mais les personnes peuvent apprendre à la faire seules si elles doivent la répéter.

  • Vérifier les médicaments pris : Les personnes peuvent demander aux médecins ou aux autres professionnels de la santé de vérifier tous les médicaments pris, avec ou sans ordonnance, afin de voir si certains peuvent augmenter le risque de chute. Si de tels médicaments sont utilisés, les médecins peuvent diminuer la dose ou demander d’arrêter la prise de ce médicament.

  • Faire vérifier régulièrement sa vue : Avoir des lunettes adaptées et les porter peut aider à éviter les chutes. Un traitement du glaucome ou de la cataracte qui limitent la vision, peut aussi aider.

  • Consulter un kinésithérapeute pour réduire le risque de chute : Certaines personnes âgées ont besoin d’un kinésithérapeute pour les entraîner à marcher, en particulier si elles se servent d’un dispositif d’assistance comme un déambulateur ou une canne. Les kinésithérapeutes peuvent aider les personnes à ajuster ou adapter d’autres dispositifs d’assistance (comme des repose-pieds amovibles sur des fauteuils roulants) et leur apprendre comment les utiliser.

Les obstacles dans l’environnement peuvent parfois être éliminés ou corrigés.

  • L’éclairage peut être amélioré en augmentant le nombre de lampes ou en changeant le type de lampes.

  • Les interrupteurs peuvent être positionnés de manière à être facilement atteints. On peut utiliser des lampes sensibles au mouvement ou des lampes qui s’allument quand on les touche.

  • Un éclairage adéquat pour les escaliers (à l’intérieur et à l’extérieur) et dans les zones à l’extérieur utilisées de nuit est particulièrement important. Les escaliers doivent avoir des marches antidérapantes et des rampes robustes et fermes. On peut appliquer des adhésifs de couleur vive pour marquer clairement les marches.

  • Les fils électriques ou les rallonges qui sont dans le passage peuvent être éliminés en ajoutant plus de prises électriques ou en les faisant passer autour de l’embrasure des portes ou sous les revêtements de sol.

  • Les éléments qui encombrent le sol et les escaliers peuvent être rangés et enlevés du passage.

  • Des barres ou poignées d’appui peuvent être installées près des sièges de toilette, des baignoires et dans d’autres endroits où on a besoin de se tenir en se levant. Les barres d’appui doivent être correctement installées, afin de ne pas se détacher du mur.

  • Un siège de toilette surélevé peut aider.

  • Les tapis qui bougent peuvent être retirés ou fixés au sol par collage ou avec des agrafes ou on peut utiliser des tapis antidérapants.

  • Des petits tapis antidérapants doivent être utilisés dans la salle de bain et la cuisine.

  • Les objets de la maison fréquemment utilisés peuvent être rangés dans des meubles de rangement, placards, ou autres espaces situés entre le niveau de la taille et des yeux, afin de pouvoir les atteindre sans s’étirer ou se baisser.

Apprendre à gérer en toute sécurité les situations potentiellement dangereuses peut s’avérer plus important que de retirer un obstacle dans l’environnement. Parfois, les personnes doivent faire plus attention aux dangers potentiels et réfléchir sur des manières d’accomplir les tâches quotidiennes avec plus de sécurité. Par exemple, elles peuvent placer des téléphones sans fil à divers endroits dans la maison afin de ne pas devoir se précipiter pour répondre aux appels téléphoniques.

Les chutes ne peuvent pas toujours être évitées. Ainsi, les personnes susceptibles de se fracturer la hanche, comme celles souffrant d’ostéoporose, doivent renforcer leurs os en prenant du calcium et de la vitamine D ainsi que des médicaments sur ordonnance supplémentaires pour ralentir leur perte osseuse. Certaines personnes peuvent porter un protecteur de hanche, un protecteur externe rembourré qui est inséré dans un sous-vêtement extensible et qui recouvre la hanche, qui peut prévenir les fractures de hanche quand il est porté régulièrement.

Savoir quoi faire en cas de chute peut aider les personnes âgées à avoir moins peur de tomber. Si elles tombent et ne peuvent se relever, elles peuvent se tourner sur le ventre, ramper vers un meuble (ou une autre structure qui peut supporter leur poids) et se relever en s’y appuyant.

Les personnes âgées doivent aussi avoir un bon moyen d’appeler à l’aide. Les personnes qui sont tombées plusieurs fois peuvent conserver un téléphone à un endroit accessible depuis le sol. Une autre option est d’installer un système d’appel d’urgence (dispositif de signalement médical) qui avertit quelqu’un de venir au domicile. La plupart de ces systèmes ont un bouton d’alerte porté sur un collier. Pour appeler à l’aide, on appuie sur le bouton.

Liste de vérification pour éviter les chutes à la maison

Toutes les pièces

Interrupteur accessible

Pas de fils électriques ou de rallonges sur le passage

Pas de tapis

Téléphones sans fil

Meubles robustes (qui n’ont pas de pieds branlants, de roues ou de pivots)

Couloirs libres de tout encombrement

Voies de passage libres

Cuisine

Rangements accessibles (afin de pouvoir les atteindre sans s’étirer ou se baisser)

Tapis antidérapants

Chambre à coucher

Lampe de chevet accessible

Veilleuse

Moquette ou tapis fixé au sol ou antidérapant

Salle de bain

Siège de toilette surélevé

Barres d’appui

Tapis antidérapants

Veilleuse

Bandes ou tapis en caoutchouc antidérapant dans la douche ou la baignoire

Utilisation de chaussures de douche ou d’un siège de bain (un siège de bain permet aux personnes dont l’équilibre est déficient de s’asseoir pendant qu’elles prennent leur douche)

Retrait des verrous ou utilisation de verrous qui peuvent s’ouvrir des deux côtés de la porte

Salon

Moquette ou tapis fixé au sol ou antidérapant

Accoudoirs sur les chaises

Escalier (intérieur et extérieur)

Bon éclairage

Rampes solides

Marches antidérapantes

Marches hautes de moins de 15 centimètres

Traitement

  • Traiter les blessures dues à une chute

  • Traiter les troubles et apprendre aux personnes à éviter les chutes

La première priorité est le traitement des lésions, telles que blessures à la tête, fractures, entorses de ligament ou froissements de muscle.

La priorité suivante est de prévenir des chutes ultérieures en traitant les troubles qui peuvent avoir contribué à la chute. Par exemple, chez les personnes présentant une fréquence cardiaque très lente accompagnée d’étourdissements, un stimulateur cardiaque peut être implanté. Si possible, les médicaments potentiellement nocifs sont arrêtés, la dose est réduite ou ils sont remplacés par un autre médicament.

Les kinésithérapeutes et les ergothérapeutes peuvent améliorer la démarche et l’équilibre des personnes ainsi que la confiance en soi après une chute. Ils peuvent fournir des conseils sur la manière d’éviter les chutes. Les thérapeutes peuvent encourager les personnes à rester actives. La kinésithérapie et des exercices d’équilibre et d’étirements encadrés peuvent aider à diminuer le risque de chute.

Ressources dans cet article