Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Présentation des noms commerciaux et des noms génériques des médicaments

Par Eva M. Vivian, PharmD, MS, Professor, University of Wisconsin School of Pharmacy

Les médicaments ont souvent plusieurs noms. Lorsqu’un médicament est découvert, il lui est attribué un nom chimique qui décrit sa structure atomique ou moléculaire. Le nom chimique est généralement complexe et inadapté à une utilisation courante. On utilise alors une version abrégée du nom chimique ou un nom de code (tel que RU 486) pour le référencer en milieu scientifique.

Lorsqu’un médicament reçoit l’autorisation de mise sur le marché, délivrée par les autorités sanitaires chargées de s’assurer de la sécurité et de l’efficacité des médicaments (ndt : aux États-Unis, l’organisme officiel est la Food and Drug Administration, [FDA]), on lui donne :

  • un nom générique (officiel)

  • une dénomination commerciale (brevet ou marque).

Par exemple, phénytoïne est le nom générique et Dilantin est la dénomination commerciale du même médicament.

Aux États-Unis, un organisme officiel, l’United States Adopted Names Council (USAN), est chargé d’attribuer le nom générique.

La dénomination commerciale est attribuée par le laboratoire pharmaceutique qui demande l’autorisation de mise sur le marché du médicament et l’identifie comme la propriété exclusive de ce laboratoire.

Lorsqu’un médicament est protégé par brevet, le laboratoire le commercialise sous sa dénomination commerciale. Lorsque le médicament cesse d’être protégé par un brevet, le laboratoire peut le commercialiser sous son nom générique ou sa dénomination commerciale. Les autres laboratoires pharmaceutiques qui déposent une demande d’autorisation de mise sur le marché d’un médicament non protégé par un brevet doivent utiliser le même nom générique, mais peuvent attribuer leur propre dénomination commerciale. Par conséquent, le même médicament générique peut être vendu sous son nom générique ou sous différentes dénominations commerciales.

Les noms génériques et les dénominations commerciales doivent être spécifiques afin d’éviter qu’un médicament ne soit pris pour un autre lorsqu’il est prescrit ou que l’ordonnance est délivrée. Pour éviter toute confusion possible, la FDA doit approuver toutes les dénominations commerciales proposées.

Les fonctionnaires gouvernementaux, les médecins, les chercheurs et tous ceux qui rédigent des articles concernant la nouvelle molécule utilisent le nom générique, car ce dernier se réfère au médicament lui-même et non pas à une marque de laboratoire ou à un produit spécifique. Cependant, les médecins utilisent souvent la dénomination commerciale sur leurs ordonnances parce que cette dernière est plus simple à retenir ou qu’ils ont reçu des informations concernant le nouveau médicament sous sa dénomination commerciale.

Les noms génériques sont généralement plus complexes et plus difficiles à retenir que les dénominations commerciales. De nombreux noms génériques sont une abréviation du nom chimique des médicaments, de leur structure ou de leur formule. En revanche, les dénominations commerciales sont habituellement agréables à l’oreille, le plus souvent en rapport avec l’utilisation pour laquelle elles sont conçues et relativement faciles à retenir, de sorte que les médecins prescrivent le médicament et que les consommateurs le demandent par son nom. Les dénominations commerciales évoquent souvent une caractéristique du médicament. Par exemple, Lopressor diminue la tension artérielle, Vivactil est un antidépresseur qui peut donner de la vivacité, Gluconorm abaisse les taux élevés de glucose (sucre) dans le sang et Myolastan détend les muscles squelettiques. Parfois, la dénomination commerciale est simplement une version abrégée du nom générique du médicament, p. ex. Minocyne pour la minocycline.

Quand il se rapporte aux aliments ou aux produits ménagers, le terme générique est utilisé pour décrire un produit moins cher, parfois moins efficace, voire une imitation de qualité inférieure à celle du produit de marque. Ce n’est pas le cas de la plupart des médicaments génériques qui, bien que généralement moins onéreux, ont la même efficacité et la même qualité que les produits de marque ( Bioéquivalence et correspondance des médicaments génériques). En effet, les fabricants de médicaments génériques développent de nombreux produits de marque pour les organismes de contrôle des dénominations commerciales. Parfois, plusieurs versions génériques d’un médicament sont disponibles. Par exemple, de nombreux fabricants commercialisent des versions du paracétamol.

Qu’y a-t-il dans un nom ?

Désignation chimique

Nom générique

Dénomination commerciale

N-(4-idroxyphényl) acétamide

Acétaminophène

Doliprane

7-chlore-1,3-dihydro-1-méthyl-5-phényl-2H-1,4-benzodiazépine-2-one

Diazépam

Valium

4-[4-(p-clorophénylo)-4-hydroxypipéridine]-4’-fluorobutirrophénone

Halopéridol

Haldol

5-thia-1-azabicycle [4.2.0]-oct-2-ene-2-acide carboxylique7-[(aminophénylacétyl)amino]-3-méthyl-8-oxo-, monohydrate

Céfalexine

Keflex

dl-thréo-2-(méthylammino)-1-phénylpropane-1-ol

Pseudoéphédrine

Sudafed

6-méthoxy-2-[(S)-(4-méthoxy-3,5-diméthylpyridine-2-yl)méthylsulfinyl]-1H-benzimidazole

Ésoméprazole

Nexium

Protection par brevet pour les médicaments

Aux États-Unis, un laboratoire qui développe un nouveau médicament peut obtenir un brevet pour le médicament lui-même, sa synthèse, son utilisation ou même son mode de libération et de diffusion dans le flux sanguin. Ainsi, un laboratoire détient souvent plus d’un brevet pour le même médicament. Les brevets lui garantissent des droits exclusifs sur le produit pour une durée de 20 ans. Des brevets complémentaires peuvent parfois être demandés pour étendre cette durée. Il s’écoule habituellement environ 10 ans entre la découverte d’un médicament (à partir de la délivrance du brevet) et le moment où le médicament est autorisé chez l’homme. Le laboratoire ne dispose donc de l’exclusivité de la commercialisation du médicament que pendant la moitié de la durée du brevet. La FDA peut choisir d’accélérer la procédure d’agrément des médicaments destinés à lutter contre le SIDA, le cancer et autres troubles potentiellement mortels pour lesquels il n’y a pas encore de traitement.

Lorsque la validité du brevet parvient à son terme, d’autres laboratoires peuvent produire et commercialiser une version générique du médicament une fois que les autorités régulatrices l’ont approuvée. Ils commercialisent habituellement leur produit à un prix très inférieur à celui du médicament d’origine, car le fabricant n’a pas besoin de rentrer dans les frais de développement du médicament d’origine et dépense généralement beaucoup moins en commercialisation. Un médicament générique peut être commercialisé sous son nom générique ou sous une dénomination commerciale (médicament générique de marque), mais jamais sous la dénomination commerciale employée par le titulaire du brevet du produit d’origine.

Les médicaments dont le brevet est arrivé à terme n’ont pas tous une version générique. Il peut s’avérer parfois trop difficile de les reproduire ou bien il n’existe pas d’essais probants pour montrer que le médicament générique agit exactement comme la spécialité elle-même. Parfois, le marché du médicament est si étroit qu’il ne serait pas rentable de produire une autre version.

Médicaments génériques délivrés sans ordonnance

Dans certains pays tels que les États-Unis, les versions génériques de certains médicaments en vente libre sont souvent vendues sous leurs noms de marque par des chaînes de magasins spécialisés ou des coopératives, généralement à un prix inférieur. Ces médicaments sont soumis à la même évaluation que les médicaments génériques délivrés sur ordonnance et doivent répondre aux mêmes exigences.

Les pharmaciens peuvent conseiller des médicaments génériques en vente libre qui ont la même efficacité que le produit de référence. Cependant, le consommateur peut préférer un produit à un autre en raison de son aspect, de son goût, de sa consistance ou encore d’autres critères.

Informations supplémentaires

Ressources dans cet article