Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Conception et développement du médicament

Par Daniel A. Hussar, PhD

De nombreux médicaments couramment utilisés ont été découverts par le biais d’expérimentations chez l’animal et chez l’homme. Cependant, beaucoup de médicaments sont maintenant conçus par rapport au trouble précis à traiter. Des anomalies biochimiques et cellulaires induites par la maladie sont identifiées ; ainsi, des substances en mesure de prévenir ou de corriger de façon spécifique de tels troubles peuvent être mises au point (par le biais de leur interaction avec des sites spécifiques de l’organisme). Lorsqu’un nouveau composé semble prometteur, on modifie habituellement de nombreuses fois sa structure pour optimiser sa capacité à atteindre le site spécifique (sélectivité, Sélectivité du site d’action) et à y rester lié (affinité, Action des médicaments : Affinité et activité intrinsèque), ainsi que pour optimiser sa force (puissance), son efficacité ( Action des médicaments: Puissance, efficacité et efficacité réelle) et sa sécurité (effets secondaires, Efficacité et sécurité d’un médicament). D’autres facteurs, comme la détermination de la résorption par la paroi intestinale ou encore la stabilité de la substance dans les tissus et les liquides biologiques, sont également pris en compte. Ces facteurs sont pharmacocinétiques (ce que fait l’organisme du médicament, Présentation de l’administration des médicaments et de la pharmacocinétique) et pharmacodynamiques (ce que fait le médicament à l’organisme, Puissance, efficacité et efficacité réelle).

Idéalement, un médicament est hautement sélectif pour sa cible de façon à ce qu’il n’ait pas ou peu d’effet sur les autres systèmes de l’organisme, c’est-à-dire des effets secondaires mineurs ou absents ( Présentation des réactions indésirables aux médicaments). Le médicament doit être également très puissant et efficace, ceci afin de pouvoir être utilisé à faibles doses, même dans des cas de troubles difficiles à soigner. La substance doit être efficace en prise par voie orale (par commodité d’utilisation), bien résorbée dans le tube digestif et suffisamment stable dans les tissus et dans les liquides biologiques de façon à pouvoir être administrée, idéalement, en une seule dose quotidienne.

C’est au cours du développement des médicaments que sont établies les doses moyennes ou usuelles. Cependant, la sensibilité à un médicament est différente selon les personnes. De nombreux facteurs comme l’âge ( Vieillissement et médicaments), le poids, le capital génétique et la présence d’autres troubles affectent la réponse au médicament ( Présentation de la réponse aux médicaments). Ces facteurs doivent être pris en compte lorsque le médecin fixe la dose pour une personne donnée.

Du laboratoire à l’armoire à pharmacie

Développement préclinique : Après la conception d’un produit ayant des potentialités thérapeutiques précises, on passe à la phase des essais en laboratoire sur des animaux (appelée test préclinique). Le développement préclinique fournira des renseignements sur le mécanisme d’action d’un médicament, les éventuels effets toxiques, tels que le risque d’atteinte à la fertilité et à la santé de la descendance. Au cours de cette phase, beaucoup de médicaments sont abandonnés du fait de leur toxicité ou de leur inefficacité.

Lorsqu’un médicament semble prometteur en phase préclinique, un programme décrivant l’étude clinique doit être approuvé par un comité de protection des personnes (CPP) et une demande de nouveau médicament expérimental est transmise aux autorités régulatrices. Si les autorités régulatrices approuvent la demande, le médicament peut être testé chez l’homme (la phase des études cliniques).

Études cliniques : Ces études se composent de plusieurs phases et n’incluent que des volontaires ayant donné leur consentement.

  • La phase I évalue la sécurité et la toxicité du médicament chez l’homme. Différentes quantités du médicament sont administrées à un petit nombre de personnes en bonne santé, jeunes et généralement de sexe masculin, afin de déterminer la dose à laquelle la toxicité apparaît.

  • La phase II évalue l’effet du médicament sur le trouble à traiter et recherche la dose adéquate. Différentes quantités du médicament sont administrées à environ 100 personnes qui souffrent du trouble cible pour déterminer la présence d’un éventuel bénéfice. Un médicament efficace chez les animaux en phase de développement préclinique ne signifie pas nécessairement qu’il est efficace chez l’homme.

  • La phase III étudie le médicament chez un groupe beaucoup plus vaste (des centaines, voire des milliers) de personnes atteintes du trouble cible. Ces personnes sont sélectionnées de sorte à être les plus similaires aux personnes susceptibles d’utiliser le médicament dans la pratique réelle. L’efficacité du médicament est étudiée de manière plus approfondie et les nouveaux effets secondaires éventuels sont notés. Les tests de phase III comparent généralement le nouveau médicament et un médicament établi et/ou un placebo.

Outre la détermination de l’efficacité du médicament, les études chez l’homme essaient de déterminer le type et la fréquence des effets secondaires ainsi que les facteurs qui prédisposent les personnes à ces réactions (tels que l’âge, le sexe, les troubles associés et l’association à d’autres médicaments).

Autorisation : Si les études montrent que le médicament est efficace et sûr, une demande de commercialisation (qui comprendra les données issues des études animales et chez l’homme, les techniques de fabrication du médicament, le résumé des caractéristiques du produit et la notice), sera soumise aux autorités régulatrices qui analyseront ces informations et décideront de la sécurité et l’efficacité du produit pour en permettre la commercialisation. En cas d’autorisation par les autorités régulatrices, le médicament devient disponible. La totalité du processus prend environ 10 ans. En moyenne, seuls 5 produits étudiés en laboratoire sur 4 000 passent au stade de l’expérimentation clinique, et seul 1 médicament sur 5 étudié chez les personnes, sera autorisé et prescrit.

Phase IV (post-commercialisation) : Après validation d’un nouveau médicament, le fabricant doit en contrôler l’utilisation et signaler très rapidement aux autorités régulatrices tout nouvel effet secondaire, auparavant non identifié. Les médecins et les pharmaciens sont encouragés à participer au contrôle continu du médicament. Une telle observation est importante car, avant la mise sur le marché, même des études très approfondies ne sont en mesure de déceler que les effets secondaires relativement fréquents (observés dans environ 1 dose sur 1 000). D’importants effets secondaires qui ne surviennent qu’une fois sur 10 000 doses (ou plus) ne peuvent être observés que lorsqu’un grand nombre de personnes utilisera le médicament, donc après la commercialisation. Les autorités régulatrices peuvent suspendre l’autorisation si de nouveaux éléments indiquent qu’un médicament a d’importants effets secondaires. Ainsi, la fenfluramine, utilisée dans les régimes amaigrissants, a été retirée du commerce du fait de l’apparition, chez certaines personnes, de graves troubles cardiaques.

Phase

Groupe de test

Objectifs

Longueur

Développement préclinique

Études en laboratoire (telles que cultures cellulaires et essais sur les animaux)

Préciser les caractéristiques physiques et chimiques du médicament, et évaluer la sécurité et l’efficacité du médicament sur les organismes vivants

2 à 6,5 ans

Études cliniques

Phase I

20–80 volontaires sains

Préciser la sécurité et les niveaux sanguins atteints pour différentes doses du médicament

1,5 ans

Phase II

Jusqu’à 100 personnes atteintes ou susceptibles de développer le trouble sont étudiées

Établir l’efficacité et le schéma posologique, et identifier les effets secondaires

2 ans

Phase III

300–30 000 personnes atteintes du trouble sont étudiées

Confirmer le schéma posologique le plus efficace, recueillir plus d’informations concernant l’efficacité et les effets secondaires du médicament non observés dans les phases I et II et comparer le médicament aux médicaments existants et/ou à un placebo

3,5 ans

Contrôle par l’agence régulatrice

Examen par le gouvernement de l’ensemble des informations provenant des études précliniques et cliniques

Déterminer si le médicament s’est avéré efficace et sûr

0,5 à 1 an

Phase IV (surveillance après la commercialisation)

Toutes les personnes qui prennent le médicament, en particulier les sous-groupes tels que les femmes enceintes, les enfants et les personnes âgées

Identifier tout problème qui ne s’est pas produit au cours des phases I, II et III, tels que ceux qui nécessitent beaucoup de temps pour se manifester et ceux qui sont plus rares

Continu

Ressources dans cet article