Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Présentation des réactions indésirables aux médicaments

Par Joan B. Tarloff, PhD, University of the Sciences in Philadelphia

Au début des années 1900, le savant allemand Paul Ehrlich a décrit le médicament idéal comme un projectile « magique ». Un tel médicament devrait agir avec précision sur la zone atteinte sans léser les tissus sains. Bien que beaucoup de nouveaux médicaments soient ciblés de façon plus précise que leurs prédécesseurs, aucun d’entre eux n’a atteint réellement cet objectif jusqu’à présent.

La majorité des médicaments entraînent divers effets mais, habituellement, seul l’effet thérapeutique est requis pour traiter le trouble. Les autres sont considérés comme indésirables qu’ils soient intrinsèquement nocifs ou non. Par exemple, certains antihistaminiques induisent une somnolence tout en contrôlant les symptômes des allergies. Lorsqu’on prend un médicament en vente libre contenant un agent antihistaminique pour dormir, la somnolence est considérée comme un effet thérapeutique. En revanche, lorsqu’un antihistaminique est pris pour contrôler les symptômes de l’allergie pendant la journée, la somnolence est dans ce cas considérée comme un effet gênant et non recherché.

La plupart des personnes, y compris les médecins, appellent les effets nocifs des effets secondaires ; l’autre appellation est celle d’événement indésirable médicamenteux. Cependant, le terme réaction indésirable aux médicaments est techniquement plus approprié pour désigner les effets des médicaments non souhaités, désagréables, douloureux, nocifs ou potentiellement dangereux.

Il n’est pas surprenant que les réactions indésirables aux médicaments soient fréquentes. La majeure partie de ces réactions sont relativement modérées et disparaissent à l’arrêt du traitement ou par modification de la posologie. Certaines disparaissent progressivement avec l’accoutumance de l’organisme au produit. D’autres réactions indésirables aux médicaments sont plus graves et durent plus longtemps. Aux États-Unis, environ 3 à 7 % des hospitalisations sont liées au traitement des réactions indésirables aux médicaments. Des réactions indésirables aux médicaments surviennent dans 10 à 20 % des hospitalisations, et environ 10 à 20 % d’entre elles sont sévères.

Troubles digestifs, perte de l’appétit, nausées, ballonnement, constipation et diarrhée sont des réactions indésirables aux médicaments particulièrement fréquentes, car la plupart des produits sont administrés par voie orale et passent par le tube digestif. Toutefois, presque tous les systèmes organiques peuvent être touchés. Chez les personnes âgées ( Vieillissement et médicaments), le système nerveux central est souvent affecté, ce qui se traduit souvent par une somnolence ou un état confusionnel.

Certaines réactions indésirables aux médicaments sont identifiées lorsque le médicament est en cours d’essai, avant d’être envoyé aux autorités régulatrices pour approbation. D’autres réactions indésirables aux médicaments, et généralement celles qui sont peu fréquentes, ne sont pas détectées tant que le médicament n’est pas commercialisé depuis suffisamment longtemps pour avoir été utilisé par une population assez vaste. C’est pourquoi les médecins sont invités à signaler toute réaction indésirable aux médicaments suspectée aux autorités régulatrices.

Quelques réactions indésirables aux médicaments graves

Réaction indésirable aux médicaments

Types de médicament

Exemples

Anémie (liée à la baisse de production ou à une destruction augmentée des globules rouges)

Certains antibiotiques

Chloramphénicol

Médicaments antipaludéens et antituberculeux chez des personnes qui ont un déficit en enzyme G6PD

Chloroquine

Isoniazide

Primaquine

Œdème de Quincke (gonflement des lèvres, de la langue et de la gorge entraînant des difficultés à respirer)

Inhibiteurs de l’ECA

Captopril

Énalapril

Lisinopril

Fractures osseuses

Inhibiteurs de la pompe à protons

Ésoméprazole

Lansoprazole

Oméprazole

Caillots de sang

Contraceptifs (toutes formes confondues, y compris patchs et pilules)

Drospirénone/éthinylœstradiol

Norelgestromine/éthinylœstradiol

État confusionnel et somnolence

Sédatifs, y compris nombre d’antihistaminiques

Diphénhydramine

Antidépresseurs (en particulier chez les personnes âgées)

Amitriptyline

Imipramine

Défaut de production des globules blancs (leucocytes), avec risque accru d’infection

Certains médicaments antipsychotiques

Clozapine

Médicaments de chimiothérapie

Cyclophosphamide

Mercaptopurine

Méthotrexate

Vinblastine

Certains médicaments utilisés dans les troubles de la thyroïde

Propylthiouracile

Lésions rénales

AINS (utilisation répétée à doses excessives)

Ibuprofène

Kétoprofène

Naproxène

Antibiotiques de la classe des aminosides

Gentamicine

Kanamycine

Certains médicaments de chimiothérapie

Cisplatine

Méthotrexate

Antifongiques

Amphotéricine B

Certains antibiotiques

Gentamicine

Tétracycline (périmée)

Lésions hépatiques

Certains analgésiques

Paracétamol (utilisation à doses excessives)

Certains médicaments antituberculeux

Isoniazide

Suppléments alimentaires en fer (en quantité excessive)

Antidépresseurs

Duloxétine

Antibiotiques

Tétracycline

Destruction des tissus musculaires (rhabdomyolyse)

Statines

Atorvastatine

Simvastatine

Ulcères gastriques ou intestinaux (avec ou sans saignement)

AINS

Aspirine

Ibuprofène

Kétoprofène

Naproxène

Anticoagulants

Héparine

Warfarine

Bisphosphonates

Alendronate

Étidronate

Risédronate

Certains antibiotiques

Pénicillines

Quinolone

Anticonvulsivants

Phénytoïne

Acide valproïque

Tachycardie ventriculaire ( Tachycardie ventriculaire)

Antiarythmiques

Amiodarone

Procaïnamide

Sotalol

Antipsychotiques

Chlorpromazine

Halopéridol

Lithium

ECA = enzyme de conversion de l’angiotensine ; G6PD = glucose-6-phosphate déshydrogénase ; AINS = anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Ressources dans cet article