Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Médicaments antiplaquettaires

Le système cardiovasculaire comprend le cœur, les vaisseaux sanguins et le sang. Le sang est constitué de plusieurs composants comprenant : les globules rouges, qui transportent l’oxygène, les globules blancs, ou leucocytes, qui luttent contre l’infection et les plaquettes, également nommées thrombocytes, qui aident à la formation de caillots de sang. Le cholestérol et d’autres substances grasses circulent également dans le sang. Le cholestérol déposé, ou plaque, peut s’accumuler au fil du temps, entraînant un durcissement et un rétrécissement des parois artérielles qui sont par normalement lisses. Si un vaisseau sanguin est endommagé en raison de l’accumulation de plaque, la réparation à l’aide des plaquettes s’effectue dans un processus en trois étapes nommé coagulation. En premier lieu, les plaquettes se fixent à la paroi du vaisseau lésé. Ensuite, les plaquettes libèrent des substances chimiques, telles que l’adénosine diphosphate (ADP). L’ADP se fixe aux récepteurs sur les plaquettes, modifiant d’autres récepteurs pour attirer le fibrinogène moléculaire. Les molécules de fibrinogène constituent la fibrine, qui crée des liens entre les plaquettes. Cette structure piège les globules rouges et d’autres plaquettes pour former un caillot. La coagulation se produit normalement dans le processus de réparation. Toutefois, la quantité de plaquettes de réparation devient parfois trop élevée. Cela peut alors former des caillots inutiles. Les caillots entravent la circulation du sang et peuvent entraîner la mort cellulaire. Certains facteurs de risques de la formation de caillots comprennent : La coronaropathie, l’obésité, le tabagisme, des facteurs génétiques et les suites d’une intervention chirurgicale. Des médicaments antiplaquettaires peuvent empêcher les caillots inutiles de se former. Ils agissent à plusieurs niveaux pendant le processus de coagulation. Lorsqu’il est pris par voie orale, un tel médicament se lie aux récepteurs de l’ADP, empêchant d’autres récepteurs de se modifier. En conséquence, le fibrinogène ne relie pas les plaquettes les unes aux autres et il n’y a pas de formation de caillot, ce qui permet au sang de s’écouler dans les vaisseaux. Les médicaments antiplaquettaires n’empêchent pas l’accumulation de plaque qui entraîne l’athérosclérose. Discutez avec votre médecin de la possibilité de prendre des médicaments abaissant le taux de cholestérol et de toute modification du régime alimentaire qui pourrait être nécessaire pour traiter cette affection. Comme c’est le cas avec tous les médicaments, des effets secondaires peuvent se produire. Une prévention excessive de la coagulation peut entraîner des saignements graves. Par conséquent, il est important de consulter votre médecin avant de prendre ces médicaments.