Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Cellules présentatrices d’antigène

Il existe deux classes principales de lymphocytes impliquées dans les défenses spécifiques : les lymphocytes B et les lymphocytes T. Les lymphocytes T immatures sont produits dans la moelle osseuse, mais ils migrent ensuite dans le thymus, où ils deviennent matures et développent la capacité de reconnaître des antigènes spécifiques. Les lymphocytes T sont responsables de l’immunité à médiation cellulaire. Les lymphocytes B, qui deviennent matures dans la moelle osseuse, sont responsables de l’immunité médiée par les anticorps. La réponse à médiation cellulaire commence lorsqu’un agent pathogène est englouti par une cellule présentatrice d’antigène, dans ce cas, un macrophage. Après que le microbe est décomposé par les enzymes lysosomales, des fragments antigéniques sont présentés avec les molécules du CMH (complexe majeur d’histocompatibilité) sur la surface du macrophage. Les lymphocytes T reconnaissent la combinaison de la molécule du CMH et un fragment antigénique, et sont activés de façon à se multiplier rapidement dans un bataillon de lymphocytes T spécialisés. Un membre de ce bataillon est constitué par les lymphocytes T cytotoxiques. Les lymphocytes T cytotoxiques reconnaissent et détruisent les cellules et tissus étrangers ou les cellules infectées par un virus. Un autre lymphocyte T est le lymphocyte T cytotoxique à mémoire, qui reste en réserve dans l’organisme. Si à l’avenir ces lymphocytes T rencontrent à nouveau cet antigène spécifique, ils se différencieront rapidement en lymphocytes T cytotoxiques, assurant une réponde rapide et efficace. Les lymphocytes T auxiliaires coordonnent des défenses spécifiques et non spécifiques. En grande partie en libérant des substances chimiques qui stimulent la croissance des lymphocytes T et B et leur différenciation. Les lymphocytes T suppresseurs inhibent la réponse immunitaire, de sorte qu’elle prenne fin lorsque l’infection a été contrôlée. Alors que le nombre de lymphocytes T auxiliaires augmente pratiquement immédiatement, le nombre de lymphocytes T suppresseurs augmente lentement, laissant du temps pour une première réponse efficace.