Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Sténose valvulaire

Le cœur est un muscle battant qui pompe le sang dans tout l’organisme. Dans le cœur, quatre valves dirigent le flux sanguin dans la voie appropriée. Cependant, une valve qui est rétrécie ou s’est épaissie peut compromettre le flux sanguin. Cette affection est appelée sténose valvulaire. Dans un cœur en bonne santé, deux valves contrôlent le flux sanguin des chambres supérieures, ou oreillettes, aux chambres inférieures, ou ventricules. Deux autres valves contrôlent le flux sanguin s’écoulant des ventricules vers les poumons et le reste du corps. Pendant un battement cardiaque normal, le sang riche en oxygène se déplace de l’oreillette gauche dans le ventricule gauche par la valve mitrale. Le ventricule envoie le sang dans la valve aortique pour qu’il soit distribué dans tout le corps. Le sang pauvre en oxygène passe de l’oreillette droite au ventricule droit par la valve tricuspide et est envoyé vers les poumons par la valve pulmonaire pour se charger en oxygène. De fins brins fibreux nommés cordages tendineux ouvrent et ferment les clapets, ou cuspides, des valves mitrale et tricuspide. Les cordages tendineux sont fixés dans les ventricules. Lorsque les ventricules se contractent, les valves mitrale et tricuspide se ferment sous la tension des cordages tendineux, tandis que les valves aortiques et pulmonaires s’ouvrent. Les valves pulmonaires et aortiques s’ouvrent et se ferment en réponse à des changements de pression dans les oreillettes et les ventricules. Si une valve se rétrécit, se rigidifie ou s’épaissit, le cœur doit travailler davantage pour pousser le sang dans l’ouverture plus réduite. Au fil du temps, ce travail excessif peut entraîner une hypertrophie et un épaississement du cœur lui-même. Une insuffisance cardiaque peut finir par se développer. Une sténose valvulaire peut exister dès la naissance ou se développer au fil du temps en conséquence d’une cardiopathie ou d’une coronaropathie.