Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Présentation des dysfonctions sexuelles chez l'homme

Par Irvin H. Hirsch, MD, Thomas Jefferson University

Chez l’homme, les dysfonctions sexuelles sont les difficultés à avoir des rapports sexuels. Ces dysfonctions comprennent les différents troubles du désir sexuel (libido), la possibilité d’obtenir ou de maintenir une érection (dysfonction érectile ou impuissance), les troubles de l’éjaculation, la capacité d'obtenir une érection sans difformité du pénis et les capacités à atteindre l’orgasme.

Le dysfonctionnement sexuel peut provenir de facteurs physiques ou de facteurs psychologiques. Beaucoup de problèmes sexuels résultent de l'association de facteurs physiques et psychologiques. Un trouble physique peut être à l’origine de difficultés psychologiques (telles que l’angoisse, la dépression ou le stress), qui peuvent aussi à leur tour aggraver le trouble physique. Parfois, les hommes se sentent obligés d’atteindre certaines performances sexuelles pour leur partenaire et en éprouvent une angoisse dite de performance. L’angoisse de performance peut devenir envahissante et diminuer le plaisir de l’homme à avoir des relations sexuelles.

Les troubles de l'éjaculation constituent la plus fréquente des dysfonctions sexuelles chez l’homme. Les troubles de l’éjaculation comprennent l’éjaculation précoce avant ou peu de temps après la pénétration dans le vagin (éjaculation précoce), l’éjaculation dans la vessie (éjaculation rétrograde) et l'incapacité à éjaculer (anéjaculation). Les dysfonctions érectiles sont courantes chez les hommes d'âge moyen et chez les hommes âgés. Certains hommes sont également atteints de baisse de libido.

Activité sexuelle masculine normale

L’activité sexuelle normale est le fruit d’une interaction complexe entre l’esprit et le corps. Les systèmes nerveux et endocriniens (hormonaux), ainsi que l’appareil circulatoire s’associent à l’esprit pour donner une réponse sexuelle. Chez l’homme, la réponse sexuelle est sous le contrôle d’un équilibre délicat entre tous les composants de ces systèmes.

Le désir (également appelé excitation sexuelle ou libido) est la volonté d’avoir un rapport sexuel. Il est stimulé par les pensées, les mots, la vue, l’odorat ou le toucher. Le désir conduit au premier stade de la réponse sexuelle, l’excitation. Il s'ensuit une excitation ou un éveil sexuel. Pendant l’excitation, le cerveau envoie des signaux nerveux dans la moelle épinière jusqu'au pénis. Les artères qui apportent le sang aux tissus érectiles (corps caverneux et corps spongieux) répondent à ces signaux en se dilatant. Il en résulte une importante augmentation du débit sanguin en direction des structures érectiles du pénis, qui se remplissent de sang et augmentent donc de volume. Cette expansion exerce une pression qui comprime les veines qui sont normalement responsables du drainage, retarde l’écoulement du sang vers l’organisme et élève la pression sanguine dans le pénis. Cette augmentation de la tension dans le pénis entraîne la rigidité et l'érection La tension musculaire monte également dans tout l’organisme.

À la phase de plateau, l’excitation et la tension musculaire restent constantes ou s’intensifient. L’orgasme correspond au pic ou à l’acmé de l’excitation sexuelle. Au moment de l’orgasme, la tension musculaire s’élève encore dans tout l’organisme, les muscles pelviens se contractent avant l'éjaculation. L'éjaculation se produit lorsque Les nerfs stimulent les contractions musculaires dans les organes reproducteurs masculins : vésicules séminales, prostate et canaux épididymaires et déférents. Ces contractions poussent le sperme dans l’urètre. La contraction des muscles situés autour de l’urètre pousse le sperme davantage hors du pénis. Le col vésical se contracte également, empêchant le sperme de refluer vers la vessie.

Bien que l’éjaculation et l’orgasme se produisent généralement de manière simultanée, ils restent deux événements séparés. Rarement, l’éjaculation peut se produire sans orgasme. De même, l’orgasme peut avoir lieu sans éjaculation, surtout avant la puberté, ou comme effets secondaires de certains médicaments (tels que certains antidépresseurs) ou après une intervention chirurgicale (telle que l'ablation du côlon ou de la prostate). L’orgasme est généralement très agréable.

Le corps revient ensuite à un état de non-excitation. Une fois l’éjaculation terminée ou après un orgasme, les artères diminuent de diamètre et les veines se dilatent, ce qui diminue l’afflux du sang et augmente son écoulement, de telle sorte que le pénis redevient flasque (détumescence). Après l’orgasme, les hommes ne peuvent pas avoir de nouvelle érection immédiatement (période réfractaire), il leur faut attendre environ 20 minutes, un peu moins chez les hommes jeunes, un peu plus chez les hommes d’âge mûr. L’intervalle entre deux érections augmente avec l’âge.

Ressources dans cet article