Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Kystes gynécologiques

Par S. Gene McNeeley, MD, Hutzel Women’s Hospital;Michigan State University, College of Osteopathic Medicine, Hutzel Women’s Health Specialists

Les kystes sont des poches fermées, séparées des tissus qui les entourent. Ils contiennent souvent du liquide ou des matériaux semi-solides. Les kystes qui surviennent fréquemment dans les organes génitaux comprennent les kystes de la glande de Bartholin, les endométriomes, les kystes d’inclusion et épidermiques, et les kystes des canaux des glandes de Skene.

Kystes de la glande de Bartholin

Les kystes de la glande de Bartholin sont des sacs remplis de mucus qui peuvent se former lorsque les glandes situées près de l’ouverture du vagin sont bouchées.

  • ces kystes sont généralement indolores ; cependant, s’ils présentent un volume important, ils peuvent gêner la position assise, la marche et les rapports sexuels ;

  • ils peuvent s’infecter, formant ainsi un abcès douloureux ;

  • en général, les médecins peuvent voir ou sentir ces kystes lors de l’examen pelvien ;

  • les médecins peuvent créer une ouverture permanente de ces kystes vers l’extérieur ou peuvent les enlever chirurgicalement.

Les glandes de Bartholin sont des glandes rondes et très petites, situées dans la vulve, de chaque côté de l’ouverture du vagin. Du fait qu’elles se trouvent situées profondément sous la peau, elles sont normalement imperceptibles. Ces glandes peuvent aider à fournir des liquides pour la lubrification durant les rapports sexuels.

Si les canaux de ces glandes sont bouchés, celles-ci se remplissent de mucus et augmentent de volume. Cela forme un kyste. Ces kystes se développent chez environ 2 % des femmes ; en général, il s’agit de femmes d’une vingtaine d’années. Lorsque la femme avance en âge, elle a moins de risques d’avoir des kystes et des abcès.

On ignore généralement ce qui est à l’origine de cette obstruction. Dans de rares cas, les kystes sont dus à une maladie sexuellement transmissible, telle que la gonorrhée.

Qu’est-ce qu’un kyste de la glande de Bartholin ?

Les petites glandes qui se trouvent de chaque côté de l’ouverture vaginale, appelées glandes de Bartholin, peuvent se boucher. Les liquides s’accumulent alors et les glandes enflent, formant un kyste. La taille des kystes peut aller de celle d’un petit pois à celle d’une balle de golf, voire plus grande encore. La plupart du temps, ils ne se développent que d’un seul côté. Ils peuvent s’infecter, formant ainsi un abcès.

Symptômes

La plupart des kystes ne causent pas de symptômes. Cependant, s’ils augmentent de volume, ils peuvent causer une gêne pour la position assise, la marche ou les rapports sexuels. La femme peut remarquer un nodule indolore près de l’ouverture du vagin, donnant à la vulve un aspect inégal.

Les abcès causent une douleur aigüe et parfois de la fièvre. Ils sont sensibles au toucher. La peau au-dessus des abcès semble rouge. La femme peut présenter des pertes vaginales, qui sont généralement sans relation avec l’abcès.

Diagnostic

Il faut consulter un médecin dans les circonstances suivantes :

  • le kyste continue à grossir ou subsiste après avoir immergé la zone dans de l’eau chaude pendant plusieurs jours (dans une baignoire ou un bain de siège) ;

  • le kyste est douloureux (indiquant souvent la présence d’un abcès) ;

  • une fièvre apparaît ;

  • le kyste gêne la marche ou la position assise ;

  • la femme a plus de 40 ans.

Si un kyste est suffisamment volumineux pour que la femme le remarque ou pour que des symptômes se développent, les médecins peuvent généralement le voir ou le sentir lors de l’examen pelvien. En général, les médecins sont capables de dire s’il est infecté d’après son aspect. En cas d’écoulement, les médecins enverront éventuellement un échantillon pour analyse afin de détecter d’autres infections.

Du fait que le cancer de la vulve ressemble parfois à un kyste, les médecins enlèveront peut-être le kyste afin de l’examiner au microscope (biopsie). On pratique généralement une biopsie si le kyste présente un aspect irrégulier ou bosselé, ou si la femme a plus de 40 ans.

Traitement

Si le kyste est peu douloureux ou indolore, la femme pourra le traiter elle-même. Elle pourra recourir à un bain de siège ou se baigner dans quelques centimètres d’eau chaude, dans une baignoire. Les bains devront durer 10 à 15 minutes et être répétés 3 ou 4 fois par jour. Il arrive que les kystes disparaissent après quelques jours de ce traitement. Si le traitement est inefficace, il faut consulter un médecin.

Chez les femmes de moins de 40 ans, seuls les kystes qui causent des symptômes nécessitent un traitement. Un drainage des kystes est généralement inefficace, car ceux-ci réapparaissent fréquemment. On pourra recourir à la chirurgie afin de pratiquer une ouverture permanente du canal de la glande vers la surface de la vulve. Ainsi, si des liquides remplissent le kyste à nouveau, ils seront drainés à l’extérieur. Après l’injection d’un anesthésique local pour endormir le site, l’une des procédures suivantes est réalisée :

  • mise en place d’un cathéter : une petite incision est pratiquée dans le kyste de façon à pouvoir y insérer une petite sonde à ballonnet (cathéter). Une fois en place, le ballonnet est gonflé et le cathéter est laissé en place pendant 4 à 6 semaines, de façon à former une ouverture permanente. L’insertion et le retrait du cathéter se font en consultation chez le médecin. La femme peut accomplir ses activités normales tandis que le cathéter est en place ; cependant, les rapports sexuels peuvent s’avérer inconfortables ;

  • marsupialisation : le médecin pratique une petite incision dans le kyste et suture les bords internes du kyste à la surface de la vulve. Cette procédure est effectuée en salle d’opération, en ambulatoire. Une anesthésie générale est parfois nécessaire.

Suite à ces procédures, la femme pourra avoir des pertes pendant quelques semaines. En général, l’utilisation de protège-slips est suffisante. Prendre des bains de siège plusieurs fois par jour peut aider à soulager l’inconfort et accélérer la guérison.

Si les kystes réapparaissent, ils pourront être enlevés chirurgicalement. Cette procédure est effectuée en salle d’opération.

Si la femme a plus de 40 ans, les kystes doivent être traités. Le traitement a généralement lieu durant le diagnostic, lorsque le médecin prélève un échantillon destiné à détecter un cancer. Le traitement implique l’ablation chirurgicale du kyste ou sa marsupialisation.

En cas d’abcès, des antibiotiques sont administrés par voie orale pendant 7 à 10 jours. Un cathéter peut être introduit afin de drainer l’abcès, ou une marsupialisation peut être pratiquée d’abord afin de traiter l’abcès, ou plus tard pour empêcher le kyste de se remplir à nouveau.

Indépendamment du traitement utilisé, il arrive que les kystes réapparaissent.

Endométriomes de la vulve

Les endométriomes sont des kystes rares et douloureux, remplis de sang, qui se développent lorsque le tissu de la muqueuse utérine (tissu endométrial) apparaît dans la vulve.

Pour des raisons inconnues, des morceaux de tissu provenant de la muqueuse utérine (tissu endométrial) apparaissent parfois à l’extérieur de l’utérus. Ce trouble est appelé endométriose (voir Endométriose). Une endométriose survient rarement dans la vulve. Elle est plus courante à d’autres endroits, tels que les ovaires. Parfois, le tissu endométrial forme un kyste (endométriome). Les endométriomes se développent souvent sur le site d’une intervention chirurgicale précédente, telle qu’une épisiotomie (une incision destinée à élargir l’ouverture du vagin afin de faciliter le passage du bébé lors de l’accouchement).

Les endométriomes peuvent être douloureux, en particulier lors des rapports sexuels. Les endométriomes répondent aux hormones exactement comme le fait le tissu endométrial. Ils peuvent donc augmenter de volume et devenir douloureux, en particulier avant et pendant les règles. Les endométriomes sont sensibles au toucher et peuvent avoir un aspect bleu. Ils peuvent se rompre, ce qui provoque une douleur aigüe.

Lors de l’examen pelvien, le médecin peut généralement voir et sentir les endométriomes qui provoquent des symptômes.

Les endométriomes qui se développent dans la vulve sont enlevés chirurgicalement. Cette procédure est généralement pratiquée en salle d’opération, mais peut aussi être réalisée au cabinet du médecin. sous anesthésie locale. Les médecins effectuent une biopsie du tissu prélevé afin de s’assurer qu’il ne s’agit pas d’un mélanome, susceptible de survenir au niveau de la vulve et du vagin.

Kystes d’inclusion et épidermiques de la vulve

Les kystes qui se développent sur la vulve comprennent les kystes d’inclusion et les kystes épidermiques. Les kystes d’inclusion vulvaires sont de petits sacs qui contiennent du tissu provenant de la surface de la vulve. Les kystes épidermiques vulvaires sont similaires, mais contiennent des sécrétions provenant des glandes qui sécrètent le sébum (sébacées) près des follicules pileux.

Les kystes d’inclusion sont les plus fréquents des kystes vulvaires. La vulve est la zone qui contient les organes génitaux externes (voir Organes génitaux féminins externes). Les kystes d’inclusion peuvent aussi se développer dans le vagin. Ils peuvent résulter de blessures, telles que des déchirures causées lors d’un accouchement. Lorsque la vulve est lésée, le tissu provenant de sa surface (tissu épithélial) peut être piégé sous la surface. Certains kystes d’inclusion se développent d’eux-mêmes.

Les kystes épidermiques peuvent se développer lorsque les canaux des glandes sébacées se bouchent. Les sécrétions de ces glandes s’accumulent alors sous la surface de la peau.

Ces deux types de kystes finissent par grossir et s’infectent parfois.

Les kystes qui ne s’infectent pas sont généralement asymptomatiques, mais causent parfois une irritation. Ils sont blancs ou jaunes et font généralement moins d’1 centimètre de diamètre environ. Les kystes infectés peuvent être rouges et sensibles au toucher, et rendre les rapports sexuels douloureux.

En général, les médecins peuvent voir ou sentir ces kystes lors de l’examen pelvien.

Si les kystes provoquent des symptômes, ils sont retirés après l’injection d’un anesthésique local pour endormir le site.

Kyste des canaux des glandes de Skene

Les kystes des canaux des glandes de Skene se développent près de l’ouverture de l’urètre lorsque les canaux de ces glandes sont bouchés.

  • des kystes volumineux peuvent causer des douleurs pendant les rapports sexuels ou des problèmes pour uriner ;

  • les kystes qui causent des symptômes peuvent être enlevés.

Les glandes de Skene, également appelée glandes péri-urétrales ou para-urétrales, se situent autour de l’ouverture de l’urètre. Le tissu qui les entoure inclut une partie du clitoris. Ces glandes peuvent être impliquées dans la stimulation sexuelle et la lubrification lors des rapports sexuels.

Ces kystes sont peu fréquents. Ils se forment si le canal de la glande est bouché, en général parce que la glande est infectée. Ces kystes surviennent principalement chez l’adulte. Si les kystes s’infectent, ils peuvent former un abcès.

Symptômes

La plupart de ces kystes font moins d’1 centimètre de diamètre environ et ne causent pas de symptômes. Certains kystes sont plus gros et provoquent des douleurs lors des rapports sexuels. Parfois, les kystes volumineux bloquent le flux urinaire à travers l’urètre. Dans ce cas, les premiers symptômes peuvent être un début de miction hésitant, un écoulement à la fin de la miction et une rétention urinaire. Ou une infection des voies urinaires peut se développer, entraînant un besoin urgent d’uriner et une miction douloureuse.

Les abcès sont sensibles au toucher, douloureux et enflés. La peau au-dessus des canaux semble rouge. La plupart des femmes n’ont pas de fièvre.

Diagnostic

Lors de l’examen pelvien, le médecin peut généralement sentir les kystes ou les abcès s’ils sont suffisamment gros pour causer des symptômes. Cependant, on peut recourir à une échographie ou utiliser une sonde souple à fibres optiques pour voir la vessie (cystoscopie) et confirmer ainsi le diagnostic.

Traitement

Si les kystes causent des symptômes, ils sont enlevés, en général au cabinet du médecin ou en salle d’opération. Au cabinet du médecin, une anesthésie locale est généralement utilisée.

En cas d’abcès, des antibiotiques sont administrés par voie orale pendant 7 à 10 jours. Le kyste est ensuite enlevé. Ou bien, le médecin peut pratiquer une petite incision dans le kyste et suturer les bords du kyste à la surface de la vulve (marsupialisation) de façon à pouvoir le drainer.

Ressources dans cet article