Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Torsion d’annexe

Par S. Gene McNeeley, MD, Clinical Professor;Chief of Gynecology, Center for Advanced Gynecology and Pelvic Health, Michigan State University, College of Osteopathic Medicine;Trinity Health

La torsion d’annexe est une torsion de l’ovaire, et parfois de la trompe de Fallope, qui interrompt l’apport sanguin de ces organes.

  • Cette torsion provoque une douleur soudaine et aiguë, et souvent des vomissements.

  • Les médecins utilisent une sonde à ultrasons insérée dans le vagin (échographie transvaginale) pour confirmer le diagnostic.

  • Une intervention chirurgicale est immédiatement pratiquée pour détordre l’ovaire ou l’enlever.

Un ovaire et, parfois, la trompe de Fallope s’enroulent autour des tissus semblables à des ligaments qui les soutiennent. Une torsion de l’ovaire (torsion d’annexe) est peu fréquente, mais est plus susceptible de se produire chez les femmes en âge de procréer. Elle survient généralement lorsqu’il y a un problème avec l’un des ovaires. Les situations suivantes la rendent plus probable :

  • Grossesse

  • Le recours à des hormones pour stimuler l’ovulation (en cas de problèmes de stérilité).

  • Une augmentation du volume de l’ovaire, due en général à des tumeurs ou à des kystes non cancéreux (bénins).

Les tumeurs non cancéreuses sont davantage susceptibles de causer une torsion que les tumeurs cancéreuses.

Il arrive rarement qu’un ovaire normal se torde. Les enfants sont plus susceptibles d’avoir ce type de torsion.

La torsion d’annexe survient généralement d’un seul côté. En général, seul l’ovaire est impliqué, mais il arrive parfois que la trompe de Fallope s’enroule également. Parfois, l’apport sanguin de l’ovaire est interrompu suffisamment longtemps pour entraîner la nécrose des tissus de l’ovaire. Une torsion d’annexe peut provoquer une péritonite, une infection des espaces de l’abdomen (cavité abdominale) et des tissus qui le bordent.

Le saviez-vous ?

  • L’ovaire se tord parfois, provoquant une douleur soudaine et aiguë.

Symptômes

Lorsqu’un ovaire se tord, la femme ressent une douleur soudaine et aiguë dans la zone pelvienne. Cette douleur s’accompagne parfois de nausées et de vomissements. Avant la douleur soudaine, la femme peut ressentir une douleur intermittente à type de crampe pendant plusieurs jours ou parfois même pendant plusieurs semaines. Cette douleur peut survenir parce que l’ovaire se tord et se détord de façon répétée. L’abdomen peut être sensible au toucher.

Diagnostic

  • Échographie

Les médecins suspectent généralement cette affection d’après les symptômes présentés et les résultats d’un examen clinique.

Une échographie à l’aide d’une sonde à ultrasons insérée dans le vagin (échographie transvaginale) est effectuée afin de confirmer le diagnostic. Habituellement, cette procédure permet aussi de déterminer si le flux sanguin de l’ovaire a été interrompu.

Traitement

  • Intervention chirurgicale pour détordre l’ovaire

Si l’échographie appuie le diagnostic, la femme est traitée immédiatement. L'une des procédures suivantes est utilisée pour essayer de détordre l’ovaire et ainsi le conserver :

  • Laparoscopie : le médecin pratique une ou quelques petites incisions dans l’abdomen. Puis il insère une sonde de visualisation (laparoscope) dans une incision. À l’aide d’instruments introduits dans les autres incisions, il essaye de détordre l’ovaire et, si nécessaire, la trompe de Fallope. La laparoscopie est réalisée à l’hôpital et nécessite généralement une anesthésie générale ; elle ne requiert cependant pas d’hospitalisation.

  • Laparotomie : le médecin pratique une incision plus large dans l’abdomen. Le médecin n’utilise pas de laparoscope, car il peut voir les organes affectés directement. Comme il s’agit d’une incision plus large, une nuit à l’hôpital est nécessaire.

Si la présence d’un kyste ovarien est constatée et que l'ovaire peut être conservé, le kyste est enlevé (cystectomie).

Si l’apport sanguin a été interrompu et que les tissus se sont nécrosés, les trompes de Fallope et les ovaires doivent être retirés (salpingo-ovariectomie).

Si une tumeur ovarienne est présente, l’ovaire est entièrement retiré (ovariectomie).

Ressources dans cet article