Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Grossesse ectopique (extra-utérine)

Par Antonette T. Dulay, MD, The Ohio State University College of Medicine

Une grossesse ectopique est l’implantation d’un ovule fécondé à un endroit anormal.

  • Les femmes peuvent présenter une douleur abdominale et un saignement vaginal.

  • Une échographie est réalisée, principalement afin de déterminer la localisation du fœtus.

  • En général, une intervention chirurgicale est pratiquée afin d’enlever le fœtus et le placenta ; cependant, une dose unique de méthotrexate est parfois utilisée pour interrompre la grossesse ectopique.

Normalement, un ovule est fécondé dans la trompe de Fallope et va s’implanter ensuite dans l’utérus. Cependant, si la trompe est rétrécie ou obstruée, l’ovule fécondé peut ne pas atteindre l’utérus. Ainsi, il arrive parfois que l’ovule fécondé s’implante dans les tissus à l’extérieur de l’utérus ; on parle alors de grossesse ectopique ou extra-utérine. La localisation la plus fréquente de la grossesse ectopique est l’une des trompes de Fallope (grossesse tubaire), mais elle peut se fixer à d’autres endroits.

Les fœtus des grossesses ectopiques survivent parfois plusieurs semaines. Cependant, comme les tissus à l’extérieur de l’utérus ne peuvent fournir l’apport sanguin nécessaire, le fœtus finit par mourir. La structure contenant le fœtus se rompt généralement après environ 6 à 16 semaines, bien avant que le fœtus ne soit viable. Lorsque la rupture de la grossesse ectopique survient, l’hémorragie peut être sévère et peut éventuellement mettre la vie de la femme en danger. Plus la structure se rompt tardivement, plus la perte de sang est importante et le risque de décès élevé.

La grossesse ectopique est observée dans un cas sur 200 grossesses.

Les facteurs de risque de grossesse ectopique comprennent :

  • une affection tubaire ;

  • une précédente infection génitale haute ;

  • des antécédents de grossesse ectopique ;

  • une procédure chirurgicale antérieure, telle qu’un avortement ou une ligature des trompes (une technique de stérilisation) ;

  • l’utilisation en cours d’un DIU.

Grossesse ectopique : grossesse extra-utérine

Normalement, un ovule est fécondé dans la trompe de Fallope et va s’implanter ensuite dans l’utérus. Cependant, si la trompe est rétrécie ou obstruée, l’ovule peut avancer lentement ou être bloqué. Ainsi, l’ovule fertilisé ne parvient jamais dans l’utérus, ce qui aboutit à une grossesse ectopique.

Une grossesse extra-utérine peut être localisée à de nombreux endroits différents, notamment dans l’une des trompes de Fallope, dans un ovaire, sur le col de l’utérus et dans l’abdomen.

Symptômes

Les symptômes comprennent un saignement vaginal ou des pertes vaginales légères, des crampes ou des douleurs dans le bas de l’abdomen, ou les deux. Certaines femmes ne présentent aucun symptôme jusqu’à ce que la structure contenant la grossesse se rompe. Si la structure se rompt, la femme ressent généralement une douleur aigüe et constante dans le bas de l’abdomen. En cas de perte de sang importante, la femme peut s’évanouir, transpirer ou ressentir des étourdissements. Ces symptômes peuvent indiquer qu’elle a perdu une quantité de sang telle que sa tension artérielle est dangereusement faible (choc).

Diagnostic

Les médecins suspectent une grossesse ectopique chez les femmes en âge de procréer qui présentent une douleur dans le bas de l’abdomen ou un saignement vaginal, des évanouissements ou un état de choc. On pratique alors un test de grossesse. Si ce test est positif, une échographie est réalisée à l’aide d’une sonde insérée dans le vagin. Si l’échographie détecte le fœtus dans un site autre que l’utérus, le diagnostic est confirmé. Si l’échographie ne détecte aucun fœtus, une grossesse ectopique reste possible, ou bien la grossesse se situe dans l’utérus, mais est encore trop précoce pour être visible. Les médecins effectuent des analyses de sang afin de mesurer une hormone produite par le placenta tôt dans la grossesse, appelée la gonadotrophine chorionique humaine (HCG). Cet examen peut aider les médecins à déterminer si la grossesse est trop précoce pour que le fœtus soit visible dans l’utérus ou s’il s’agit d’une grossesse ectopique.

Si cela est nécessaire pour confirmer le diagnostic, les médecins peuvent utiliser une sonde à fibres optiques appelée laparoscope, insérée par une petite incision pratiquée juste sous l’ombilic. Cette procédure leur permet de voir une grossesse extra-utérine directement.

Traitement

Une grossesse ectopique doit être arrêtée le plus vite possible pour sauver la vie de la femme. Dans la plupart des cas, le fœtus et le placenta doivent être retirés chirurgicalement, généralement à l’aide du laparoscope, mais parfois, par une incision abdominale plus large (technique appelée laparotomie). Lors de cette intervention, les médecins peuvent retirer la totalité de la trompe de Fallope contenant le fœtus et le placenta. Ou bien ils peuvent ouvrir la trompe, retirer le fœtus et le placenta, et laisser la trompe de Fallope en place sans la ligaturer. Cependant, le fait de laisser la trompe en place majore le risque de grossesses ectopiques à l’avenir. Dans de rares cas, l’utérus est tellement endommagé qu’il faut avoir recours à une hystérectomie.

Des injections de méthotrexate peuvent souvent être utilisées plutôt qu’une intervention chirurgicale. Ce médicament induit le rétrécissement de la grossesse ectopique et sa disparition. Il arrive qu’il soit nécessaire de recourir à la chirurgie en plus du méthotrexate.

Ressources dans cet article