Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Problèmes liés au liquide amniotique

Par Antonette T. Dulay, MD, Attending Physician, Maternal-Fetal Medicine Section, Department of Obstetrics and Gynecology;Senior Physician, Main Line Health System;Axia Women’s Health

Le liquide amniotique est le liquide qui entoure le fœtus dans l’utérus. Le liquide et le fœtus sont contenus dans des membranes appelées sac amniotique. Il peut y avoir trop ou pas assez de liquide amniotique. Le liquide, le sac amniotique et/ou le placenta peuvent s’infecter ( Infection intra-amniotique).

Une accumulation de liquide amniotique (polyhydramnios ou hydramnios) étire l’utérus et exerce une pression sur le diaphragme de la femme enceinte. Cette complication peut entraîner de graves problèmes respiratoires chez la femme ou déclencher le travail précocement, avant 37 semaines de grossesse (travail prématuré).

L’accumulation excessive de liquide peut résulter des situations suivantes :

  • la présence de diabète chez la femme enceinte ;

  • la présence de plusieurs fœtus (naissances multiples) ;

  • la présence d’anticorps Rhésus dirigés contre le sang du fœtus, produits par l’organisme de la femme enceinte (incompatibilité Rhésus) ;

  • la présence d’anomalies congénitales fœtales, en particulier un blocage de l’œsophage ou une malformation cérébrale et de la moelle épinière (telle que le spina bifida).

Cependant, dans la moitié des cas environ, la cause est inconnue.

Une quantité insuffisante de liquide amniotique (oligohydramnios) peut également provoquer des troubles. Si la quantité de liquide est fortement réduite, le fœtus peut être comprimé, ce qui peut entraîner des difformités. En cas d’oligohydramnios, les poumons peuvent ne pas se développer normalement. Cette combinaison de poumons immatures et de difformités est appelée syndrome de Potter.

En général, il y a trop peu de liquide amniotique dans les situations suivantes :

  • le fœtus présente des anomalies congénitales des voies urinaires, en particulier des reins ;

  • on observe un retard de croissance chez le fœtus ;

  • le fœtus est décédé ;

  • le fœtus présente une anomalie chromosomique ;

  • le placenta ne fonctionne pas normalement (ce qui peut entraîner un retard de croissance) ;

  • la grossesse a duré trop longtemps (42 semaines ou plus).

La prise de certains médicaments, tels que les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IEC, y compris l’énalapril ou le captopril), au cours des 2e et 3e trimestres, peut entraîner une quantité insuffisante de liquide amniotique. Ces médicaments sont généralement évités durant la grossesse. Cependant, dans de rares cas, ils sont utilisés pour traiter une insuffisance cardiaque sévère. La prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS, comme l’aspirine ou l’ibuprofène) en fin de grossesse peut également entraîner une diminution de la quantité de liquide amniotique.

Les médecins peuvent suspecter une quantité de liquide amniotique trop importante ou insuffisante lorsque l’utérus est trop volumineux ou trop petit par rapport à la durée de la grossesse. Il arrive que le problème soit détecté fortuitement lors d’une échographie.