Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Vomissements gravidiques (hyperemesis gravidarum)

Par Antonette T. Dulay, MD, The Ohio State University College of Medicine

Les vomissements gravidiques sont des nausées extrêmement sévères et des vomissements excessifs pendant la grossesse.

Ce trouble diffère des nausées matinales ordinaires. Les femmes qui ont des nausées importantes et qui vomissent souvent, au point de perdre du poids et de se déshydrater, sont atteintes d’hyperemesis gravidarum. Celles qui ont des vomissements occasionnels, sans perte de poids ni déshydratation, ne sont pas atteintes de vomissements gravidiques. Les causes des vomissements gravidiques ne sont pas connues.

La thyroïde peut devenir légèrement et temporairement hyperactive (cela s’appelle l’hyperthyroïdie).

Dans de rares cas, les vomissements gravidiques se poursuivent après la 16e à la 18e semaine de grossesse. Dans ce cas, une lésion grave du foie est possible, entraînant un ictère et une dégénérescence du tissu hépatique. Si les vomissements gravidiques lèsent gravement le foie et entraînent une déshydratation sévère, la femme peut devenir confuse.

Diagnostic

Les médecins réalisent des analyses de sang et d’urine afin de déterminer s’il y a une déshydratation et de rechercher des anomalies des électrolytes pouvant entraînant une déshydratation.

Une échographie est généralement réalisée afin de rechercher la présence d’un môle hydatiforme (un trouble qui ressemble à la grossesse au début –  Môle hydatiforme) ou de plusieurs fœtus (naissances multiples). Ces deux situations rendent les vomissements plus probables. D’autres examens peuvent être effectués de façon à exclure d’autres causes possibles de vomissements.

Traitement

Si les vomissements gravidiques sont confirmés, la femme ne reçoit aucun traitement par voie orale au début. On lui administre des liquides par voie intraveineuse. Ces liquides contiennent généralement du sucre (glucose) ainsi que les électrolytes et les vitamines nécessaires. Si les vomissements sont sévères et persistent, la femme est hospitalisée et continue à recevoir des liquides contenant tous les suppléments nécessaires. Elle reçoit aussi des médicaments destinés à soulager les nausées (antiémétiques).

Lorsque la femme a été réhydratée et que les vomissements ont cessé, elle reçoit des liquides à boire. Si elle parvient à tolérer les liquides, elle peut commencer à manger fréquemment de petites portions ne contenant pas d’aliments irritants. Les quantités peuvent être augmentées si elle les tolère.

Si les symptômes récidivent, le traitement doit être renouvelé. Dans de rares cas, si la perte de poids continue et que les symptômes persistent malgré le traitement, la femme est alimentée, le temps nécessaire, au moyen d’une sonde passée à travers le nez jusqu’à l’intestin grêle.

Si les vomissements continuent malgré le traitement et entraînent une perte de poids continue, un ictère et des rythmes cardiaques anormaux, l’interruption de la grossesse est une option. La femme peut discuter de cette option avec son médecin.