Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Infections pendant la grossesse

Par Lara A. Friel, MD, PhD, University of Texas Health--Medical School at Houston

La plupart des infections fréquentes qui surviennent durant la grossesse, telles que celles de la peau et des voies respiratoires, ne provoquent pas de problèmes graves. Cependant, certaines infections peuvent être transmises au fœtus avant ou pendant l’accouchement et être responsables de lésions chez l’enfant, ou entraîner une fausse couche ou une naissance prématurée.

Les maladies sexuellement transmissibles susceptibles de causer des problèmes sont les suivantes :

  • l’infection à chlamydia peut induire un accouchement prématuré et la rupture prématurée des membranes contenant le fœtus. Elle peut aussi provoquer une inflammation oculaire (conjonctivite) chez le nouveau-né ;

  • la gonorrhée peut également provoquer une conjonctivite chez le nouveau-né ;

  • la syphilis peut être transmise de la mère à l’enfant par l’intermédiaire du placenta. La syphilis peut être responsable de plusieurs malformations congénitales ;

  • l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est transmise au fœtus dans environ un quart des grossesses si les femmes infectées ne sont pas traitées (voir Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) chez les enfants). Les spécialistes recommandent que les femmes infectées par le VIH prennent un ou plusieurs médicaments antirétroviraux durant la grossesse. Lorsque les femmes enceintes prennent de la zidovudine, le risque de transmettre le VIH au fœtus est réduit à moins de 8 %. Si les femmes prennent plusieurs médicaments, le risque peut être réduit jusqu’à 2 ou 3 %. Dans le cas de certaines femmes infectées par le VIH, la césarienne programmée peut diminuer ultérieurement le risque de transmission de l’infection à l’enfant. La grossesse ne semble pas accélérer la progression de l’infection par le VIH ;

  • l’herpès génital peut être transmis au nouveau-né au cours de l’accouchement naturel. Un nouveau-né infecté par l’herpès peut développer une forme d’encéphalite, potentiellement mortelle, dite encéphalite herpétique. Une infection du bébé par l’herpès peut également léser d’autres organes internes, provoquer des ulcérations cutanées et buccales, des lésions cérébrales permanentes, voire le décès de l’enfant. Si cette infection entraîne des ulcérations génitales en fin de grossesse ou si elle apparaît à la fin de la grossesse, il est généralement conseillé aux femmes d’accoucher par césarienne, pour éviter la transmission du virus au nouveau-né. En l’absence d’ulcères, et si l’herpès se développe plus tôt, le risque de transmission est très faible.

Les infections qui ne sont pas sexuellement transmissibles et sont susceptibles de causer des problèmes sont les suivantes :

  • la rubéole peut occasionner des problèmes, en particulier des cataractes, des malformations cardiaques congénitales, une surdité et un retard de croissance ;

  • les infections à cytomégalovirus peuvent traverser le placenta, et léser le foie et le cerveau du fœtus, de même qu’entraîner un retard de croissance ;

  • la varicelle majore le risque de fausse couche. Elle peut léser les yeux du fœtus ou causer des malformations des membres inférieurs, une cécité ou un déficit intellectuel. La tête du fœtus peut être plus petite que la normale ;

  • la toxoplasmose, une infection à protozoaires, peut entraîner une fausse couche, le décès du fœtus ou des anomalies congénitales graves ;

  • la listériose, une infection bactérienne, majore le risque d’accouchement prématuré, de fausse couche et de mort in utero du fœtus. Il est possible que les nouveau-nés soient infectés, mais les symptômes peuvent n’apparaître que plusieurs semaines après la naissance ;

  • les infections bactériennes du vagin (dont la vaginose bactérienne) peuvent entraîner un accouchement prématuré ou la rupture prématurée des membranes qui contiennent le fœtus ;

  • les infections des voies urinaires augmentent le risque d’accouchement prématuré et de rupture prématurée des membranes qui contiennent le fœtus.

L’hépatite virale chronique peut être transmise par voie sexuelle ou par d’autres voies. Elle augmente le risque d’accouchement prématuré.

Afin de déterminer s’il faut traiter la patiente avec des médicaments antimicrobiens, les médecins comparent les risques de l’utilisation des médicaments à ceux de l’infection. Certains médicaments antibactériens, tels que les pénicillines, les céphalosporines et les médicaments liés à l’érythromycine (appelés macrolides), sont généralement considérés comme sûrs pendant la grossesse. D’autres médicaments antibactériens, notamment les tétracyclines et les fluoroquinolones, peuvent causer des problèmes chez le fœtus (voir Médicaments qui peuvent poser des problèmes pendant la grossesse*). Les médecins évaluent aussi si le traitement est susceptible d’avoir des bénéfices. Par exemple, si la femme présente une vaginose bactérienne asymptomatique et si la grossesse n’est pas considérée comme à risque, le traitement de la vaginose bactérienne n’est pas connu pour avoir des bénéfices.