Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Modifications physiques au cours de la grossesse

Par Haywood L. Brown, MD, Duke University Medical Center

La grossesse entraîne de nombreux changements dans l’organisme d’une femme, dont la plupart disparaissent après l’accouchement. Ces changements provoquent certains symptômes, qui sont normaux. Cependant, certaines maladies, telles que le diabète gestationnel (voir Diabète gestationnel), se développent durant la grossesse, et certains symptômes peuvent indiquer leur présence.

Les symptômes qui doivent être rapportés au médecin dès leur apparition durant la grossesse comprennent :

  • les céphalées persistantes ou inhabituelles ;

  • les nausées ou vomissements persistants ;

  • les vertiges ;

  • les troubles de la vision ;

  • les douleurs ou les crampes dans le bas ventre ;

  • les contractions ;

  • Saignement vaginal

  • la fuite de liquide amniotique (décrite comme « rupture de la poche des eaux ») ;

  • le gonflement des mains ou des pieds ;

  • la diminution de la quantité d’urines ;

  • toute maladie ou infection ;

  • les tremblements (des mains, des pieds ou des deux) ;

  • les convulsions ;

  • l’accélération du rythme cardiaque ;

  • la diminution des mouvements du fœtus.

L’état général :

La fatigue est fréquente, en particulier dans les 12 premières semaines et en fin de grossesse. La femme peut avoir besoin de plus de repos que d’habitude.

Le système reproducteur :

À partir de la 12e semaine de grossesse, l’augmentation de volume de l’utérus peut entraîner une légère proéminence de l’abdomen de la femme. Cette augmentation de volume se poursuit pendant toute la grossesse, en atteignant le niveau de l’ombilic à 20 semaines, et le bord inférieur de la cage thoracique à 36 semaines.

La quantité de sécrétions vaginales normales, claires ou lactescentes augmente. Cette augmentation est généralement normale. Cependant, si les sécrétions ont une couleur ou une odeur inhabituelle, ou si elles s’accompagnent de picotements vaginaux et de brûlures, il faut consulter un médecin. Ces symptômes peuvent être le signe d’une infection vaginale, telles que le trichomonas vaginalis (infection à protozoaires voir Généralités sur les infections vaginales) et la candidose (infection par des levures) ; elles sont fréquentes pendant la grossesse et peuvent être traitées.

Les seins :

Les seins ont tendance à grossir, car les hormones (essentiellement les estrogènes) les préparent à la production de lait. Le nombre de glandes qui produisent le lait augmente progressivement, et elles deviennent capables de produire du lait. La femme peut avoir l’impression de dureté et de tension mammaire. Il convient de porter un soutien-gorge adapté, fournissant un maintien suffisant.

Au cours des dernières semaines de grossesse, les seins peuvent produire un écoulement liquide, jaunâtre ou lactescent (le colostrum). Le colostrum est aussi sécrété pendant les premiers jours qui suivent l’accouchement, avant la production de lait. Ce liquide, riche en minéraux et en anticorps, constitue en général le premier nutriment de l’enfant nourri au sein.

Le cœur et la circulation :

Au cours de la grossesse, le cœur est davantage sollicité, car avec la croissance du fœtus, il faut amener une plus grande quantité de sang vers l’utérus. Vers la fin de la grossesse, l’utérus reçoit un cinquième du volume sanguin de la femme enceinte. Au cours de la grossesse, la quantité de sang pompée par le cœur (débit cardiaque) augmente de 30 à 50 % et, ainsi, la fréquence cardiaque au repos augmente d’une fréquence normale de 70 battements par minute avant la grossesse à 80 ou 90 battements par minute. Au décours d’un exercice physique, le débit et la fréquence cardiaques augmentent davantage chez une femme enceinte. Pendant le travail qui précède l’accouchement, le débit cardiaque augmente encore de 10 %. Après l’accouchement, il diminue rapidement au début, puis plus lentement. Il redevient normal 6 semaines environ après l’accouchement.

Des souffles cardiaques et des troubles du rythme cardiaque peuvent apparaître, car le cœur travaille davantage. Une femme enceinte peut parfois ressentir ces irrégularités ; de tels changements sont normaux pendant la grossesse. Cependant, certaines anomalies du rythme cardiaque (par exemple, les souffles diastoliques et les tachyarythmies), qui surviennent plus fréquemment chez la femme enceinte, nécessitent un traitement.

En général, la tension artérielle diminue au cours du 2e trimestre, mais peut retourner à des valeurs normales au cours du 3e trimestre.

Le volume de sang augmente de 50 % au cours de la grossesse. La quantité de liquide présent dans le sang augmente davantage que les globules rouges (qui transportent l’oxygène). Par conséquent, même s’il y a plus de globules rouges, les analyses de sang indiquent une légère anémie, ce qui est normal. Pour des raisons non élucidées, les globules blancs (qui combattent les infections) augmentent légèrement pendant la grossesse et de façon plus importante au cours du travail et dans les premiers jours qui suivent l’accouchement.

L’augmentation de la taille de l’utérus gêne le retour du sang des membres inférieurs et de la région pelvienne vers le cœur. Par conséquent, il n’est pas rare qu’un gonflement (œdème) survienne surtout au niveau des jambes. Des varices apparaissent parfois sur les membres inférieurs et dans la région qui entoure l’ouverture vaginale (vulve), ce qui peut provoquer une certaine gêne. Les vêtements amples au niveau de la taille et des membres inférieurs sont plus confortables et ne perturbent pas le flux sanguin. Certaines mesures permettent non seulement de soulager la gêne occasionnée, mais réduisent également le gonflement des jambes et favorisent la disparition des varices après l’accouchement :

  • porter des bas de contention ;

  • se reposer fréquemment avec les membres inférieurs surélevés ;

  • se coucher sur le côté gauche.

L’appareil urinaire :

Comme le cœur, les reins travaillent plus au cours de la grossesse, puisqu’ils filtrent un plus grand volume de sang, qui atteint son maximum entre la 16e et la 24e semaine et reste constant jusqu’à immédiatement avant l’accouchement. La pression de l’utérus, dont la taille augmente, peut réduire légèrement les apports de sang aux reins.

L’activité des reins augmente en général en position couchée et diminue debout. Cette différence est plus marquée au cours de la grossesse, c’est une des raisons pour laquelle une femme enceinte doit uriner fréquemment lorsqu’elle est allongée. Quand la grossesse est avancée, la position couchée sur un côté (décubitus latéral), surtout sur le côté gauche, augmente davantage l’activité rénale que le décubitus dorsal. Le décubitus gauche diminue la pression que l’utérus exerce sur la veine principale qui ramène le sang de nos membres inférieurs ; par conséquent, cela améliore le flux sanguin et la fonction rénale.

L’utérus, qui appuie sur la vessie, en réduit les dimensions. Ainsi, elle se remplit plus rapidement, c’est la raison pour laquelle une femme enceinte urine plus souvent et de façon plus urgente.

L’appareil respiratoire :

Le taux élevé de progestérone, une hormone produite en continu durant la grossesse, signale au cerveau de réduire le niveau en gaz carbonique (dioxyde de carbone) dans le sang. Par conséquent, chez la femme enceinte, la respiration est légèrement plus fréquente et plus profonde pour expirer plus de gaz carbonique et maintenir son niveau bas. Cela peut aussi être dû à l’augmentation du volume de l’utérus qui limite la capacité d’expansion des poumons lors de l’inspiration. Le périmètre du thorax d’une femme enceinte augmente légèrement.

Presque toutes les femmes enceintes présentent une dyspnée d’effort, principalement vers la fin de la grossesse. À l’effort, la fréquence respiratoire augmente davantage chez les femmes enceintes que dans les conditions normales.

Une plus grande quantité de sang étant pompée, la muqueuse des voies respiratoires est plus irriguée et gonfle, d’où un rétrécissement des voies respiratoires. Ainsi, une obstruction du nez et des trompes d’Eustache (qui relient l’oreille moyenne à la région rétro nasale) apparaît parfois. La tonalité et le timbre de la voix peuvent légèrement se modifier.

L’appareil digestif :

Les nausées et les vomissements sont fréquents, principalement le matin (maladie gravidique précoce). Ces troubles peuvent être provoqués par des taux élevés d’estrogène et de gonadotrophine chorionique humaine, deux hormones qui contribuent au maintien de la grossesse. Il est possible de soulager ces symptômes en changeant de régime ou de pratique alimentaire. Par exemple, il est conseillé de manger ou de boire fréquemment et en petite quantité, de manger avant d’avoir faim et de manger des aliments fades (tels que du bouillon, du riz et des pâtes). La consommation de biscuits et de boisson gazeuse peut soulager les nausées. Il convient de garder des biscuits à portée de main, autour du lit, pour en manger un ou deux au réveil afin d’éviter les nausées matinales. Aucun médicament n’est actuellement disponible pour traiter spécifiquement ces symptômes. Si les nausées et les vomissements sont assez intenses ou persistants pour être responsables de déshydratation, d’amaigrissement ou d’autres troubles, la personne doit être traitée par des médicaments antiémétiques (anti-vomitifs), ou doit temporairement être hospitalisée pour recevoir un traitement intraveineux (voir Vomissements gravidiques (hyperemesis gravidarum)).

Les brûlures d’estomac et les éructations sont fréquentes, probablement parce que la nourriture demeure plus longtemps dans l’estomac et parce que le muscle circulaire (sphincter), situé à l’extrémité inférieure de l’œsophage, tend à se relâcher, permettant aux substances contenues dans l’estomac de refluer vers l’œsophage. Plusieurs mesures permettent de soulager les brûlures d’estomac :

  • manger de petits repas ;

  • éviter de se baisser ou de se coucher plusieurs heures après le repas ;

  • éviter la caféine, le tabac, l’alcool, l’aspirine et les médicaments associés (salicylates) ;

  • prendre des antiacides liquides, à l’exception des antiacides contenant du bicarbonate de soude, car ceux-ci contiennent trop de sel (sodium).

Les brûlures d’estomac nocturnes peuvent être soulagées en prenant les mesures suivantes :

  • éviter de manger plusieurs heures avant de se coucher ;

  • surélever la tête du lit ou utiliser des oreillers pour soulever la tête et les épaules.

L’estomac produit moins d’acide pendant la grossesse. Par conséquent, les ulcères gastriques se développent rarement pendant la grossesse et ceux qui sont déjà présents commencent à guérir.

Avec la progression de la grossesse, la pression de l’utérus sur le rectum et sur la partie inférieure de l’intestin peut provoquer une constipation. Celle-ci peut être aggravée par le taux élevé de progestérone pendant la grossesse, qui ralentit le péristaltisme intestinal (contraction de l’intestin qui permet la progression de la nourriture). Adopter un régime à forte teneur en fibres, boire de grandes quantités de liquide et faire de l’exercice physique régulier peuvent prévenir cette gêne.

Les hémorroïdes, un trouble fréquent au cours de la grossesse, sont dues à la pression de l’utérus et à la constipation. En cas d’hémorroïdes douloureuses, un émollient de selles, un gel anesthésique ou des compresses chaudes peuvent être utilisés.

Un désir d’aliments ou de substances bizarres non comestibles (telles que l’amidon ou l’argile) peut survenir.

Parfois, les femmes enceintes, en général celles qui présentent également des nausées matinales, produisent un excès de salive. Ce symptôme peut être gênant, mais est sans conséquence.

La peau :

Le masque de grossesse (mélasma) est une pigmentation par plaques brunâtres qui peut apparaître sur le front et les joues. La peau qui entoure les mamelons (aréoles) peut aussi s’obscurcir. En général, une ligne sombre au niveau de la moitié inférieure de l’abdomen apparaît. Ces modifications sont dues à la production, par le placenta, d’une hormone qui stimule les mélanocytes, les cellules responsables de la pigmentation brune de la peau (la mélanine).

Parfois, des vergetures rosées apparaissent sur l’abdomen. Cette modification résulte probablement de la rapide croissance de l’utérus et de l’augmentation du taux des hormones surrénales.

Les petits vaisseaux sanguins peuvent former un dessin en forme de toile d’araignée rouge sur la peau, appelées angiomes stellaires, en général au-dessus de la taille. Des capillaires dilatés et dont la paroi est fine peuvent apparaître, principalement au niveau des mollets.

Les hormones :

La grossesse modifie pratiquement toutes les hormones de l’organisme, notamment par l’effet des hormones produites par le placenta. Par exemple, le placenta produit une hormone qui stimule la glande thyroïde à produire davantage d’hormones thyroïdiennes. En cas d’hyperfonctionnement thyroïdien, la femme enceinte ressent une accélération de son rythme cardiaque (sensation de palpitations). Une augmentation de la transpiration et du volume de la glande thyroïde, et une altération de l’humeur peuvent survenir. Cependant, une hyperthyroïdie, dans laquelle la glande thyroïde est réellement hyperactive, se développe dans moins de 0,1 % des grossesses.

Les taux d’estrogène et de progestérone augmentent précocement dans la grossesse, car l’hormone gonadotrophine chorionique humaine, principale hormone produite par le placenta, stimule leur production permanente par les ovaires. Après 9 à 10 semaines de grossesse, le placenta produit lui aussi de grandes quantités d’estrogène et de progestérone, qui contribuent au maintien de la grossesse.

Le placenta stimule les glandes surrénales pour produire plus d’aldostérone et de cortisol (qui aident à réguler la quantité de liquide excrétée par les reins), entraînant ainsi une augmentation de la rétention liquidienne.

De plus, les modifications hormonales affectent le métabolisme des sucres. Au début de la grossesse, le taux de glucose dans le sang (glycémie) peut baisser légèrement. Cependant, dans la deuxième moitié de la grossesse, il peut augmenter. Une plus grande quantité d’insuline (l’hormone qui contrôle le taux de sucre dans le sang) doit être produite par le pancréas. Par conséquent, le diabète, s’il est déjà présent, peut s’aggraver pendant une grossesse. Un diabète peut également apparaître ; il est alors appelé diabète gestationnel ou gravidique (voir Diabète gestationnel).

Les articulations et les muscles :

Les articulations et les ligaments du pelvis se distendent et deviennent plus souples. Cette modification permet à l’utérus qui s’agrandit d’avoir plus de place et prépare la femme à l’accouchement. Ainsi, la conformation de la femme peut se trouver quelque peu modifiée.

Une lombalgie d’importance variable peut se manifester, car la colonne vertébrale se courbe pour contrebalancer le poids de l’utérus. Il est bon d’éviter de porter des poids, de fléchir les genoux (et non le tronc) pour ramasser les objets, et de maintenir une posture correcte. Le port de chaussures plates ou d’une ceinture de grossesse peut réduire la surcharge lombaire.

Stades de la grossesse

Bien que la grossesse soit un processus continu, elle est subdivisée en trois périodes de 3 mois appelées trimestres (semaines 0 à 12, 13 à 24 et 25 jusqu’à l’accouchement).

Évènements

Semaines de grossesse

1er trimestre

Date des dernières règles de la femme avant la date de la conception.

0

La fécondation se produit.

L’ovule fécondé (zygote) commence à se développer en une sphère creuse de cellules, appelée le blastocyste.

2

Le blastocyste s’implante dans la paroi de l’utérus. Le sac amniotique commence à se former.

3

La région qui deviendra le cerveau et la moelle épinière (tube neural) commence à se développer.

5

Le cœur et les principaux vaisseaux sanguins se développent. À l’échographie, on peut voir les battements cardiaques.

6

Les ébauches des membres apparaissent.

7

Les os et les muscles se forment. Le visage et le cou se développent.

Il est possible de détecter des ondes cérébrales.

Le squelette est formé. Les doigts des mains et des pieds sont entièrement formés.

9

Les reins commencent à fonctionner.

Les organes sont pratiquement tous totalement formés.

Le fœtus peut bouger et répondre aux stimulations tactiles (lorsqu’on le stimule à travers l’abdomen de sa mère).

La femme a pris un peu de poids et l’abdomen s’est légèrement distendu.

10

2e trimestre

On peut identifier le sexe du fœtus.

Le fœtus peut entendre.

14

Les doigts du fœtus peuvent saisir. Le fœtus se déplace plus énergiquement, et sa mère peut le sentir.

La graisse sous-cutanée du fœtus commence à s’accumuler. Des poils apparaissent sur la tête et la peau. Cils et sourcils sont visibles.

16

Le placenta est totalement formé.

20

le fœtus peut survivre en dehors de l’utérus.

La mère commence à prendre du poids plus rapidement.

24

3e trimestre

Le fœtus est actif et change souvent de position.

Les poumons continuent à se développer.

La tête du fœtus se met en position d’accouchement.

En moyenne, le fœtus mesure environ 50 cm et pèse environ 3,5 kg. L’augmentation de l’abdomen de la femme provoque la saillie de l’ombilic.

25

Accouchement

37-42

Ressources dans cet article